ios-personmd-notifications md-help-circle

Profile

  • Guest
    medal 0
  • Posts: 21
  • Post Likes: 3763

Notifications

  • No Unread Notifications

League
International Star League / Viens chez nous !

medal 5609
101 days ago
Excellent ce résumé du canada saison 33 !!
md-quotelink
medal 5696
100 days ago

Christophe 
Excellent ce résumé du canada saison 33 !!



Merci ^^
md-quotelink
medal 5696
95 days ago (Last edited by Jerry Nissa 81 days ago)


International Star League

MTWTFSS at 19:00
100% race distance igp-car 2 cars per team 2.0x race speed
RookieProElite
Teams111316
Reputation508853596567
See league


Le recrutement est toujours ouvert ! Pas de règles pour les pneus/drs


La Saison 33

400x542


Les inscrits :


Bilan 4° semaine / saison

Elite
C'est donc sans surprise que QOS rafle la mise : le titre constructeur, le titre pilote grâce à Simon et la Coupe !
Il a bien laissé quelques miettes
aux autres, mais trop peu..
Constructeurs :
1. Qosmio F1 Team 724 pts
2. CMotorsport 321 pts
3. Team Khira 182 pts
Pilote
1. Loïc SIMON (QOS) 382 pts
2. Théo BONNET (QOS) 245 pts
3. Victor LEROY (CMO) 162 pts
Coupe :
QOS bat TEK 4-1
Victoires - Pilotes
Loïc SIMON (QOS) : 9
Théo BONNET (QOS) : 4
Léa TAMBAY (HFT) : 1
Matt MATIK (BEE) : 1
Sarah PANIS (CMO) : 1
Cyril RAYMOND (TEK) : 1
Anthony BERNARD (QOS) : 1
Gerhard BERGER (HFT) : 1
Quentin PROST (IRP) : 1
Victoires - Equipes
QOS : 14
HFT : 2
BEE : 1
CMO : 1
TEK : 1
IRP : 1

Pro
MUS décroche le titre. Le second, mais cette saison, il est assorti d'un accession au Paradis !!!
DOU prend la 2° place, devant ISL et SMR.
ISL a fini aussi fort qu'elle avait commencé : par une victoire de Väinämö MÄKELÄINEN.
Si MUS décroche le titre constructeur, c'est DOU qui remporte le championnat pilote !
Constructeurs :
1. MUSTANG GP 17 611 pts
2. doubel 554 pts
3.International Star League 414 pts
Pilotes :
1. Alain PANIS (DOU) 362 pts
2. Nicolas MICHEL (MUS) 326 pts
3. Väinämö MÄKELÄINEN (ISL) 299 pts
Victoires - Pilotes
Alain PANIS (DOU) : 8
Väinämö MÄKELÄINEN (ISL) : 4
Nicolas MICHEL (MUS) : 4
Anthony LEROY (MUS) : 4
Victoires - Equipes
DOU : 8
MUS : 8
ISL : 4

Débutant
Il existe des gens pressés.... OFT doit faire parti de cette catégorie.... Première saison, et premier titre. La faute au lest de BPU. Mais BPU a enfin décroché l'accession !
OFT a dominé la saison, ne laissant que les miettes des miettes aux autres. MRT a pu venir se mêler, maias a été trop inconstant.
Constructeurs :
1. Oranjes F1 Team 760 pts
2. Black Puma 475 pts
3. Marussia Racing Team 428 pts
Pilotes :
1. Jérémy THOMAS (OFT) 366 pts
2. Martijn BONT (OFT) 310 pts
3.Alexis PERROT (BPU) 255 pts
Vicoires - Pilotes
Martijn BONT (OFT) : 9
Jérémy THOMAS (OFT) : 5
Alexis PERROT (BPU) : 4
GURDJIEFF (MRT) : 2
Victoires - Equipes
OFT : 14
BPU : 4
MRT : 2




Episode 20

100x135

Dernier GP de la saison. Derniers tours avant les vacances ! Dernier baroud d’honneur ?
Le vétéran en tout cas, montre qu’il est toujours là ! Il signe la pole, et tente un pari fou (même s’il le sait perdu d’avance) : partir en pneu rouges par plus de 30°C !
Derrière lui, une grille presque totalement inédite et métissée ! Aux côtés de Nissa, Prost (IRP), qui s’est approché de la victoire lors de cette dernière série sans jamais l’atteindre). Il sera en pneus jaunes. Comme tous les autres pilotes d’ailleurs. Sur la 2° ligne, Sylvie Bromasseur (GIP) et O. Matik (BEE). Sur la 3°, De Laurenti (GIP) et Leroy (CMO). 4° ligne pour M. Matik (BEE) et Okafor (VRT).
Une grille arc-en-ciel.  Sans QOS. Personne n’ayant vu le Team Principal de l’épique, chacun a décidé de faire comme bon lui semble.
Pas de RED non plus, qui a dû quitter précipitamment l’ISL, en signant un contrat dans une autre ligue. Le Team Principal adresse ses amitiés à ses dorénavant anciens adversaires. « Une opportunité s’est présentée, il fallait la prendre. Je suis obligé de partir rapidement, sans faire la dernière course de la saison, mais je souhaite remercier tout le monde. Vous avez vraiment une super ligue. A bientôt. »
RED sera remplacé les heures suivantes par Sarda Motorsport. Autant dire mauvais timing pour cette équipe, qui aura une course à disputer avec une voiture qui ne sera pas au niveau… Aucune chance de prendre des points, descente assurée. Ce qui fera plaisir à TAZ, le miraculé !
Pour en revenir à la course, Nissa en pneus rouges…. Tous les autres en pneus jaunes. Ils devraient avoir une stratégie similaire… Pas trop le choix avec 32°C à l’ombre, 50°C sur la piste….
Et dès l’extinction des feux, Nissa met sa grande expérience à profit, et mène la course. Après 7 tours, il a 8 secondes d’avance sur le suivant ! Mais pneus rouges obligent, il s’arrête. Et là, quelque chose se passe mal. L’arrêt est trop long, et Nissa sort des stands en 20° position. Largement après la place qu’il aurait dû récupérer. La suspension arrière droite donne quelques signes de faiblesses. Assez pour inquiéter le staff et ralentir la voiture, mais pas trop pour devoir abandonner. Et c’est ce qui va pénaliser la monoplace tout le reste de la course. Mais Nissa avec son expérience ralliera la ligne d’arrivée en 12° position.
Devant, la course est menée depuis cet arrêt par un trois équipes : BEE, IRP, GIP. Parfois CMO s’incruste. Mais c’est souvent : 1 Prost (IRP), 2 O. Matik (BEE) et 3 Bromasszeur (GIP)
Et rien ne semble arrêter ce trio infernal. On voit bien une course très différente. Totalement différente. Avec des QOS mal préparées et sur le flanc.
Non, ce trio semble intouchable. Sauf peut-être par CMO, assoiffée de victoire depuis la 1° obtenue cette saison. Et c’est Leroy qui se charge de « montrer le sponsor ». Tant et si bien qu’il finit par prendre la tête de la course au 48° tour. Et là, c’est lui qui semble intouchable, virevoltant, léger. Léger ? Trop léger d’ailleurs… Alors que la victoire lui tend les bras, à 8 virages du drapeau à damiers, sa monoplace fait « tilt » La voiture était légère. Trop légère. Elle était surtout à sec ! Le Team Principal se tapait la tête contre le muret, Leroy dégringolait au classement, pas aidé par cette série de virage qui ralentissait un peu plus sa monoplace. Il finira 16°, le réservoir sec de chez sec !
Et c’est bien le trio infernal qui a profité de cette erreur incroyable !

Coupe

TEK est toujours en délicatesse avec ses moteurs, qui ne sont pas aussi performants que prévu. Mais ELLE sauve quand même le point de l’honneur. 1-4.

1. Quentin PROST (IRP)
2. Otto Matik (BEE)
3. Sylvie Bromasseur (GIP)


Episode 19

100x135

Brésil. Il fut un temps, c’était le dernier Grand-Prix de la saison, celui d’avant les vacances. Ce n’est plus le cas… Les pilotes ont encore quelques tours de roues avant des vacances bien méritées.
ET pour fêter sa victoire au GP précédent, Berger (HFT) s’octroie une seconde pole-position de rang. Et devant son coéquipier, le vétéran Nissa. Une nouvelle course d’équipe en perspective.
Les 2 pilotes HFT seront bien évidemment chaussés en pneus rouges. Et en regardant la 2° ligne, on voit que les 2 GIP ont les pneus jaunes. Les HFT sont-elles donc les seules en pneus rouges ?
Troisième ligne ; Prost (IRP) devance Bernard, le rookie de QOS.
Quatrième ligne : l’autre QOS, celle du champion de cette saison, Simon. Il devance l’autre IRP de Panis.
On se dirige vers une course d’équipe pour ce GP….  5° et 6° ligne ? O. Matik (BEE), Raymond (TEK), Lambert (TEK), M. Matik (BEE)….
Tout ce petit monde, en groupe par couleur, et en pneus jaunes. Et c’est là, en 13° position que l’on trouve la 3° monoplace en pneus rouges, celle de Smith (TEF)…
Les HFT vont faire une course d’équipe, et les GIP, nettement moins rapides sur la durée vont faire tampon. C’est que tous les spécialistes pensent, et ce qu’il va se passer…. Au début….
Effectivement, les HFT prennent le large directement, avec près de 2 secondes d’avance à la fin du 1° tour !! Et derrière les GIP s’accrochent, trouvant un bon rythme de course devant la meute….
Et De Laurenti en profite pour récupérer la tête de la course après les arrêts des HFT. Place qu’il gardera jusqu’à son arrêt.
Les GIP sont là, bien plus rapides que prévu. D’ailleurs, De Laurenti fera un énorme grand-prix. Il reprendra la tête de la course régulièrement et jusqu’à son arrêt à chaque relais.
Et il est encore en tête lors de son dernier relais. Il semble irrésistible sur ce GP, comme Berger l’était au précédent. Mais, car hélas il y a un mais…. La VSC est de sortie aux 64 ; 65 et 66° tour, la faute aux MER, qui ont subi de graves problèmes mécaniques : moteurs explosés, huile sur la piste, pièces du moteurs, etc…
La vitesse a été considérablement réduite, et les 2 QOS en ont profité pour se rapprocher. Et au « restart », elles n’ont pas mis longtemps à le rattraper. Et la monoplace de De Laurenti n’a pas apprécié autant de tour à faible vitesse…. La 6° vitesse a lâché. Les QOS ont fini par le dépasser dans l’avant dernier tour pour Simon, et dans le dernier tour pour Bernard.
Il ne valait mieux pas passer la radio entre De Laurenti et son stand dans cette fin de course…. Les noms d’oiseaux étaient en train de fleurir….
De Laurenti a focalisé l’attention sur lui, ce qui a permis à sa jeune équipière Sylvie Bromasseur de finir 5°, ne capitulant contre la TEK de Lambert au dernier tour…
Les HFT fort de leur première ligne ont fini 10 et 11. Tout le monde savait que doubler une victoire en doublant la stratégie était utopique. Les pilotes en premier. Mais ils ont voulu quand même essayer…. « Sur un malentendu… »
Ente eux et Sylvie Bromasseur, on retrouve dans l’ordre : Panis (IRP), O. Et M. Matik (BEE) et Wagner (RED).
Une bien belle course que ce GP du Brésil. Qui pourra laisser des regrets à plus d’un participant, mais pas à QOS….
Coupe
Il n’y a plus rien a gagné depuis le 3° point pris par QOS. 3 points sur 5, c’est la victoire. Ça l’a pas empêché de prendre le 4° point !

1. Loïc SIMON (QOS)
2. Anthony BERNARD (QOS)
3. Aldo De LAURENTI (GIP)
4.


Episode 18

100x135

Antépénultième Grand-Prix de la saison. Le dénouement est proche, même si le champion est connu depuis longtemps… L’enjeu du GP ? Basiquement, la victoire. Une première victoire, une victoire de plus. La victoire, ce pour quoi se battent les pilotes de F1. Car seule la victoire est belle.
Et ce n’est pas le vétéran Nissa qui dira le contraire, lui qui vient de signer son dernier contrat de pilote. Il prendra sa retraite à la fin de celui-ci. Et il espère donc gagner encore une ou deux courses comme il dit…
Pour en revenir à ce GP au Mexique, le soleil joue à cache-cache avec les nuages. Les gros. Les gris. Les moches. Mais pas de pluie pour ce GP.
Mais un gros coup de tonnerre quand même à la fin !
Mais commençons par le début. CMO pensait s’être approprié la 1° ligne avec Leroy et Panis. Mais à la dernière seconde, Berger, le jeune autrichien de HFT « vole » le meilleur temps. Il fera partie des 5 pilotes qui partiront en pneus rouges. Avec les 2 CMO mais aussi avec Wagner (RED) et Smith (TEF). Et surtout devant Bernard, la 1° QOS sur la grille, la 1° monoplace à partir en pneus jaunes.
Souvent un départ en pneus rouges signifie pas de victoire, et classement hors du TOP 10. Parfois, on arrive à accrocher une place dans ce TOP 1O, en changeant de stratégie en course, mais cela fait surchauffer les crânes des ingénieurs… Partir en pneus rouges pour Berger, c’est peut-être un moyen de laisser le vétéran à l’avant pour le final de la course. Se dirige-t-on bers une course d’équipe ? Même si Nissa est 16° au départ ?
Berger doit quand même assurer son départ. Les CMO sont agiles et vives. Et même si c’est le jeune Bernard pour QOS qui est là, c’est quand même une QOS.
Et Berger réussi son envol ! A tel point qu’à la fin du premier tour il compte plus d’une seconde d’avance sur ses poursuivants. Il donne l’impression de voler sur la piste. Les 10 premiers tours du GP sont une démonstration. Personne n’arrive à la suivre.
Nissa son coéquipier parti de la 16° place arrive dans le TOP 10 peu le premier arrêt de Berger. Et même s’il sort « loin », en 22° position, Nissa est devant. La course d’équipe ? Nissa s’arrête à son tour, alors 6°. Et en même temps que la plupart des pilotes. Berger fait alors un bond au classement. Pas de quoi reprendre la tête de la course. Mais certains pilotes n’ont pas encore ravitaillé.
Ce qui permet à Berger de récupérer le tête de la course. Pas pour longtemps, car il doit s’arrêter au bout de quelques tours pour son second ravitaillement. Il ressort 5°.
Et là, c’est l’exacte répétition de ce qu’il vient de se passer. Il fait sa course, les arrêts des uns, des autres, il reprend la tête. Jusqu’au nouvel arrêt. Tout le monde comprend qu’il est sur une stratégie à 4 arrêts, 5 relais courts. Il sort des stands 3°. Excellent ravitaillement. Mais il reste une trentaine de tours, et au moins un arrêt pour tout le monde. Le prochain arrêt sera déterminant.
Nissa oscille entre la 6° et la 12° place. Berger reste en tête. Leroy de CMO est en embuscade. Avec les QOS, une GIP, une IRP, une RED….  Dont le classement varie en fonction des tours et du DRS.
La pression monte pour Berger. Sortir 3° et récupérer la première place en un tour, check !
Derrière, ça recolle. La course est intense, agressive. Mais Berger fait son relais en tête. Il est d’ailleurs un des derniers à s’arrêter. Mais pas le dernier. Berger sort 5°. Devant, il reste Bernard, en tête et Simon de QOS. LA CMO de Leroy est là. Comme la GIP de Sylvie Bromasseur.
Berger s’attends au pire à finir à cette 5° place.
Message radio : « Gerhard, stay clean ! The 4 before will stop one more time ! They WILL stop ! You know what to do ! »
Plutôt que d’attaquer comme un fou, Berger ralentit son rythme. Juste assez pour ne pas se faire distancer, mais assez pour pouvoir attaquer au moment opportun !

Les 4 devant lui finissent par s’arrêter. En 2 vagues, mais ils s’arrêtent, et Berger reprend donc la tête de la course. Il n’y a plus aucun obstacle, à part lui-même. Le chemin vers la victoire est ouvert ! Son coéquipier revient aussi dans le TOP 10, pour ne plus lâcher les points.
Bernard aura beau tenter le tout pour le tout, il arrive très vite sur Berger. Trop vite. L’ayant vue, Berger lui laisse la place, ce qui surprend Bernard qui se retrouve à freiner trop tard et tirer tout droit pendant que Berger reprend la ligne et accélère vers la victoire !
Le Team Principal HFT a sorti 2 bouteilles de champagne, qu’il dépose aux équipes qui l’entoure, CMO et QOS. Une bouteille chacun.
Pour fêter cette victoire, grâce à une stratégie d’équipe. Et un 8° pilote victorieux cette saison.
En retournant vers son motor-home, il dit : « C’est sûr que si je ne m’occupe que de mon équipe et rien d’autre autour, c’est plus simple pour gagner… »

Coupe
QOS n’a pas gagné ce soir. Mais cette équipe est CHAMPIONNE. Et en finissant à la seconde place, elle termine loin devant TEK, et gagne le précieux 3° point qui kuî offre une troisième COUPE en 3 éditions !
Félicitations !

1. Gerhard BERGER (HFT)
2. Anthony BERNARD (QOS)
3. Victor LEROY (CMO)

Episode 17

100x135

Encore un GP avec une séance d’essais qualificatifs bien plus passionnante que le GP (ou plutôt son résultat) lui-même.
Intéressant à quel point ?
Encore une fois, pas de QOS en pole-position. Et pas de 1° ligne ! Non, la première, c’est Sigurdson pour VRT qui réalise la meilleur temps (une première depuis le GP d’Abu Dhabi S32). Mais d’un rien devant Berger (HFT). Sur la 2° ligne, un bel effort des PHE ! Tandis que les 2 RED sont sur la 3° ligne. VRT et PHE réalisent une énorme performance en occupant les 3 premières places !
Et elles feront partis des 6 monoplaces à partir en pneus rouges.
Sur la 4° ligne, Prost (IRP) se place devant O. Matik (BEE). Les MAV occupent la 6° ligne. Et c’est là, sur la 6° ligne qu’on retrouve la première QOS, avec le 11° temps (l’autre est 19°).
Deux places très éloignées de la victoire. Et pourtant… Et pourtant, c’est encore une victoire de QOS. Même si Prost (IRP) a encore mené, mais en vain… Et pourtant, même en étant plus chargées, en faisant des relais plus longs, elles finissent aux 2 premières places.
Devant S. Panis de CMO. Et en ayant très peu mené. Certes, il suffit d’être une seule fois en tête pour gagner. Une seule fois dans le bon tour… Le dernier…
Prost (IRP) finira 4°, soit une place de mieux qu’au précédent GP. Berger, longtemps 9°, finira premier hors des points (11°, oui), la faute a un problème de suspension qui l’a contraint à ralentir pour finir le GP. Son niveau d’expérience est encore faible. Avec un peu plus de bouteille, il aurait mieux géré cet incident et gardé sa 9° place.  Même si ce manque d’expérience n’empêche pas certains de remporter des Grands-Prix.

Coupe

TEK hors-jeux d’entrée, hors de performance, pas de reprise…. TEK finit loin du vainqueur du jour QOS qui s’approche un peu plus d’un trophée QOS qu’il aime bien !

1. Loïc SIMON (QOS)
2. Anthony BERNARD (QOS)
3. Sarah PANIS (CMO)

Episode 16

100x135
Episode 16

Début de la dernière série. Et ça commence avec un ciel chargé. Mais la pluie ne fera pas son apparition, le ciel s’étant éclaircit juste avant la séance de qualification. Ce fut un GP… nippon ni mauvais, plutôt intéressant même.
Déjà, grâce aux essais de qualification. Un temps clair, dégagé, et… pas de QOS en pole-position ! Et surtout, pour la première fois de la saison, pas un pilote ne partira avec les pneus rouges.

Est-ce ce qui a perturbé QOS ? Pourtant, Simon a réalisé un très bon temps. Le meilleur de la séance. Mais il n’a pas été le seul à avoir atteint ce temps. Même seconde, même millième, tout ça…. Non, c’est Prost, pilote IRP qui a été le premier à réaliser ce meilleur temps.
C’est aussi sa première pole position depuis Monaco Saison 24. Grand-prix qu’il avait gagné. Le résultat sera-t-il le même ce soir ?
Il est sur la première ligne, devant la QOS de Simon, un « client » au départ. Mais derrière De Laurenti (GIP) et son coéquipier Panis sur la deuxième ligne pourraient être un obstacle pour les poursuivants… TEK sur la 3° ligne…. Autant d’obstacle pour la seconde QOS de Bernard, 7° temps pour son 2° GP, devant Aer (GIP).  CMO et BEE seront juste derrière, sur la 5° ligne pour la première et la 6° ligne pour l’autre.
Les VRT réalisent une grosse performance en prenant les 13° et 15° temps des qualifs. Les monoplaces sont un peu plus performantes en fin de saison. Presque trop tard….

Prost (IRP) est en pole, et il réussit son départ : Simon (QOS) ne parvient pas à le doubler. Prost semble parti pour réitérer sa performance de la saison 24 et devenir le 7° pilote vainqueur d’un GP cette saison ? Une première victoire depuis Monaco S24 ?
En tête quasiment tout son premier relais, lors du second relais et aussi lors du troisième, il aurait dû aller au bout. Mais sa monoplace a montré quelques signes de faiblesses. En tête encore au 45° tour, il va lentement perdre son avance et Bernard, pour son deuxième GP et après sa deuxième place en Russie le dépasse finissant le 46° tour en tête. Bernard en profitera pour être ce 7° pilote différente à remporter un GP cette saison.
Le tour suivant, Prost est dépassé par la seconde QOS et Panis (CMO). Et De Laurenti signe le retour de GIP aux avant-postes en prenant la 4° place de Prost qui ne cesse de dégringoler. Trois ou 5 tours de plus et les 2 TEK le doublaient à leur tour.

Coupe
QOS remporte un mauvais GP et commence la série de la finale de la meilleure des manières, devant une équipe de TEK jamais en mesure de rivaliser.

1. Anthony BERNARD (QOS)
2. Loïc SIMON (QOS)
3. Sarah PANIS (CMO)


Bilan 3° semaine

Pro
Les 2 leaders du championnat, MUS et DOU se sont détachés un peu plus... Ne laiisant même pas les miettes aux autres ! DOU a remporté 3 GP, MUS les 2 autres.
Pour MUS, l'accession est acquise, et c'est un moindre mal par rapport à sa très belle saison précédente (malheureusement sans promotion).
Le second DOU a de grande chance de suivre MUS en Elite, mais mathématiquement, il manque quelques points. A suivre sur la dernière session.
Débutant
Une troisième session qui voit BPU marquer le pas et MRT monter en puissance. Si OFT a gagné 3 GP sur 5, c'est MRT qui remporte les 2 autres.
OFT est le solide leader du championnat. Elle est assurée mathématiquement d'être promue. Cette dernière série qui se profile devrait sacrer cette équipe. Il va falloir aussi que BPU fasse attention, car MRT est proche derrière. Et les 2 pourraient se trouver au coude à coude pour la seconde place du championnat.


Episode 15

100x135

20h59 :


21h05 :




Episode 14

100x135

De la pluie en prévision. De la pluie pendant les essais libres. Et c’est tout.
Une course presqu’ennuyeuse.
RED a fait illusion quelques tours. Le temps de profiter de la première ligne grâce aux pneus rouges. D’ailleurs, Smith (TEF) est aussi parti en pneus rouges, mais s’est raté (21° temps)
En 2° ligne, les QOS. Encore une première ligne qui leur échappe. Mais elles devancent quand même les MAV (3° lignes) et un mélange d’autres équipes.

Finalement et comme d’habitude, OQS prend la tête de la course et la lâchera jusqu’à l’arrivée. S’envolant inlassablement. Creusant l’écart en piste et même s’arrêtant aux stands !
Bref, une course normale et sans opposition pour QOS.

Coupe
QOS gagne encore un GP. 4° point face à CMO. 4-0. La 3° en 3 éditions.
HFT n’a pas fait une véritable course, et a laissé filer TEK , dont les voitures étaient toutefois meilleures). 3° point pour TEK et la qualification en finale.

1. Théo Bonnet (QOS)
2. Loïc SIMON (QOS)
3. Victor LEROY (CMO)

Episode 13

100x135

Monza. Vitesse et enjeu.
Vitesse, parce ce circuit EST le temple de la vitesse.
Enjeu, parce que QOS peut se qualifier pour la finale de la Coupe du Monde, et prendre une option pour les titres.
Sur la grille pourtant, les RED se montrent plus rapides. Elles ont monopolisé l’attention et la 1° ligne. Et elles sont devant le débutant Roland Culé (BEE), qui réalise le 3° temps avec la fougue de sa jeunesse, Beauclé (TEK), Alexandre Panis, de retour chez IRP, Berger (HFT) et enfin Léa Bernard (TEF). Elle est sur la 4° ligne et sera la 7° monoplace à partir en pneus rouges. Toutes les autres, à commencer par les QOS (8° et 9° temps) seront en pneus jaunes.
Sauf 2 équipes… Au bout du bout, les MER et les MAV semblent avoir été abandonnées par leur Team Principal. Elles seront en pneus gris. La chaleur pourrait éventuellement les aider avec ces pneus mais ils ne seront jamais assez rapides…
Départ en fanfares des RED, collées par la HFT qui finit par prendre l’avantage jusqu’au ravitaillement. Et passer de la 1° à la 24° place, ça pique…. Et pas qu’un peu… Berger ne remettra jamais plus de la course son aileron à l’avant de la course….
C’est QOS qui a su attendre.0 Et quand Bonnet récupère la tête de la course, il ne la lâchera pratiquement jamais. Ou jamais trop longtemps…
Derrière, la lutte pour les places d’honneurs reste ouverte. Et à quelques tours de l’arrivée, le Team Principal QOS fait la moue, peste. Il râle, dit que la gestion du KERS et de la course a été mauvaise. Il annonce haut et fort que la course est perdue pour les QOS.
A côté de lui, le Team Principal CMO fait la moue et ne croit pas trop à ce que vient d’annoncer le manager de QOS.
Mais le Team Principal HFT a pris le temps de vérifier la télémétrie. Il dit au manager CMO de foncer, de vider la réserve KERS chaque fois qu’il le peut, de ne rien lâcher.
Le Team Principal QOS en entendant cela entre dans une rage folle et cris : « Mais qu’est-ce que tu fais là ? Pourquoi tu lui dis quoi faire ? Vous faites une course d’équipe ? Vous êtes tous contre moi ? Ce n’est pas du jeu ! »
« Heu… Pas sûr qu’il m’écouter ou le fasse correctement… »
« Il l’a fait ! Ce n’est pas du jeu ! Vous êtes tous contre moi ! »
Effectivement, CMO a profité des conseils de HFT. Et Sarah Panis a pu prendre la tête. A la faveur du DRS de l’avant-dernier trou. Mais n’a jamais pu lâcher Bonnet qui la repasse et gagne la course.
Le Team Principal QOS ne décolère pas : « Vous n’avez pas le droit ! Vous n’êtes pas dans la même équipe ! »
« Mais, tu as gagné ou pas ? Et ce n’était pas une course d’équipe. Juste des conseils en direct à un manager pour l’aider et l’encourager ! Mais bon, je n’en ferai plus… » Le manager HFT s’éloigne et grommèle : « mauvais gagnant… »
A vaincre sans péril on triomphe sans gloire.

Coupe
QOS gagne donc ce GP et remporte le 3° point face à CMO. Il se qualifie pour la finale. La 3° en 3 éditions.
TEK a été meilleur que HFT sur cette course et sans surprise termine devant. Remportant le point du 2-1.

1. Théo Bonnet (QOS)
2. Sarah PANIS (CMO)
3. Loïc SIMON (QOS)

Episode 12

100x135

Le tourniquet Belge. Très souvent disputé sous une pluie battante. Mais là, pas de pluie, pas de gros nuages noirs… Un bon petit soleil qui chauffe inégalement le circuit… Tout est réuni pour avoir un GP prometteur. Tant qu’il n’y a pas de casse !

Dès les qualifications, on assiste à un festival des TEK. Cela faisait bien longtemps qu’on ne les avait vues aussi virevoltantes ! Elles prendront d’ailleurs possession de la 1° ligne, au grand dam de QOS. Raymond partira devant Beauclé.
Les QOS justement, n’étant pas en première ligne, on s’attend à les voir juste derrière. Et bien non ! C’est BYG qui a trouvé un réglage parfait pour cette séance de qualification. Petit chipe le 3° temps. Il s’élancera devant la HFT de Tambay. Sur la 3° ligne, on trouve un TEF, celle de Smith, enfin un peu aux avant-postes avec ce 5° temps.
Et qu’on ces 5 pilotes en communs ? Ils partiront en pneus rouges ! Oui monsieur ! La chasse sera donnée par les QOS, 6° et 8°. Mais peut-être la seconde BYG, intercalée entre les QOS leur donnera du fil à retordre…
A l’extinction des feux, TEK tente de faire le trou. Mais Tambay reste au contact, s’intercalant ou prenant la tête de la course.
Mais partir en pneus rouges signifie aussi obligation de s’arrêter plus tôt et rime souvent avec stratégie farfelue.
Ce qui normalement coûte la victoire. Sauf que pour ce GP, TEK a finalement très bien géré cet arrêt précoce, ne paniquant pas quand les autres pilotes sont devant et parfois loin devant. Et c’est ainsi que TEK peut finir sa saison tranquillement après avoir gagné au moins un GP cette saison ! Après cette belle leçon et cette belle victoire de Raymond au GP de Belgique.
Derrière, enfin, mais avec les TEK, la lutte a été acharnée mêlant dans la bagarre les CMO et les QOS (le plus souvent. Les autres…)
Et même si les CMO ont bien roulé, c’est QOS qui finira sur le podium : Bonnet 2° et Simon 3°. Leroy (CMO) ne pouvant faire mieux que 4, après avoir dû se débarrasser de Beauclé (TEK, 5) dans le dernier tour. Sarah Panis dans l’autre CMO finira 6°, seule au milieu de tout et tous, si loin devant et derrière… TEF grâce à la belle course de Smith ramène de précieux points (7°) après avoir doublé coup sur coup les 2 HFT (Nissa, 8 – Tambay 9), qui elles avaient dû doubler difficilement les 2 MAV (Prot 10, maverick 11) BYG pourtant bien parti a mal géré. Michel sera 12° devant les 2 GIP et surtout devant son coéquipier parti en 3° position ! La honte….

Coupe
TEK grâce à cette victoire marque un point important, celui de l’égalisation avec HFT !
Dans l’autre match, le duel a tenu ses promesses ! Et malgré une belle course, CMO s’incline pour la seconde fois devant QOS. QOS 2 CMO 0.

1. Cyril RAYMOND (TEK)
2. Théo Bonnet (QOS)
3. Loïc SIMON (QOS)

Episode 11

100x135

De retour après la trêve de mi-saison. Et de retour avec… la pluie. Ça faisait longtemps…. Mais alors trooooop longtemps….
De la purée de poids. Une visibilité réduite, mais suffisante pour la tenue du GP.
Et si certaines équipes prennent l’eau, si certaines coulent, d’autres ont sorti les rames. Comme QOS qui s’octroie sa 1° ligne habituelle (Simon devant Bonnet). Ensuite, on a quelques surprises : De Laurenti (GIP) se glisse en 3° position, devant les 2 MAV, transformées en aéroglisseur, et sa coéquipière Axelle Aer.
Pas de Tek, pas de HFT, pas de RED…. Même dans le TOP 10 de la grille…. Leroy (CMO), les frères Matik (BEE, 8 et 9) et Richard (MER), complètent ce top.
Et les conditions complètement défavorables vont rendre ce GP compliqué et monotone. Simon (QOS) ne quittera jamais sa 1° place. Bonnet lui, sera au pire 3°. QOS réalisera un nouveau doublé, sans surprise.
Non, la surprise, c’est la 3° place finale, celle du podium, attrapée par Prost pour MAV, après quelques courses « à l’envers » …. Il sera devant Aer (GIP, 4), M. Matik (BEE, 5). Pas de TEK et pas de HFT. Et les CMO ? Bientôt, bientôt.
De Laurenti (GIP) heureux 3° des qualifications sera 6° à l’arrivée. Devant la seconde MAV et Simon (MER, 8). IRP prend à nouveau quelques points grâce à Mercier 9°. Et enfin une CMO ! Sarah Panis est 10° ! D’ailleurs, son coéquipier est très loin derrière… 19°…. Ce qui lui a valu un petit pic en course (non, vous avez mal lu) de son team principal : « Victor, Sarah est 11°. Et toi ? ». La réponse ? « J’ai de la buée plein le casque, je vois que dalle ! Tu me files du matos pourri ! Et en plus, je sais pas qui est devant, mais ça sent le barbeuc… C’est quoi cette essence ? » « Oui, bon, le casque, on changera de fournisseur. La voiture, c’est une HFT. Ils ont dû tester une nouvelle essence, mais ça n’a pas l’air au point. Tant pis pour eux, tant mieux pour nous… Colle et rejoint Sarah ! »
Les HFT finiront entre les CMO. 13 et 16. Malgré cette essence frelatée. Jules Bianchi 12° essence à une roue de Richard (MER), mais loin derrière O. Matik (BEE).

Coupe

Les 2 matches opposent QOS à CMO et TEK à HFT.
QOS gagne le GP, QOS gagne le manche. Net et sans bavure. 1-0.
TEK a fait la même course que HFT : anonyme et bien pourrie. Et son meilleur pilote finira 15 devant Nissa. Mais derrière Bianchi, 13°, qui offre le 1° point à HFT.

1. Loïc SIMON (QOS)
2. Théo Bonnet (QOS)
3. Pierre PROST (MAV)


Bilan 2° semaine :

Pro :
MUS a repris sa marche en avant en remportant 3 des 5 GP de cette série. Michel reporte ses second et troisième GP. Panis (DOU) remporte lui aussi son 3° GP.
Et ISL s'impose aussi pour le dernier GP de la série.
Au classement, MUS reste en tête loin devant DOU. ISL reste en 4° position au général, mais se rapproche du 3° SMR grâce à sa victoire.
Au passage, à noter que MUS est officiellement crédité d'un nouveau record : les 20 victoires de l'équipe la saison dernière sont un fait unique.

Débutant :
OFT et BPU se sont encore partagées les GP de cette série, dans les même proportions que lors de la 1° série (OFT 3, BPU 2). Logiquement elles occupent les 2 premières places du général. Loin devant MRT et encore plus loin devant CAS, un des derniers arrivé !




Episode 10

100x135

Après une pluie très british en Autriche, quelle météo nous réserve le GP de Grande-Bretagne. Le ciel est noir, l’atmosphère est lourde… Mais la pluie n’est pas (encore) là.
QOS, TEK, BEE…Une équipe par ligne. Une grille de départ qui aurait eu de la « gueule » comme on dit. Mais c’était sans compter sur les fous furieux, les risque-tout. Ceux qui ont décidé de partir en pneus rouges, malgré un ciel menaçant.
C’est MAV qui semble avoir retapé ses F14 qui s’offre la pole et la première ligne (maverick devant Prost). Derrière, Richard (MER) et Tambay (HFT). Puis Okafor (VRT) et AJ (PHE). Tout ce petit monde partira en pneus rouges. Devant QOS, Tek, BEE, bla bla bla…
Mais les pilotes en pneus rouges auront opté pour la mauvaise stratégie à 4 arrêts. Plus d’arrêts pour être plus léger donc plus rapides. Mais le temps de passage dans les stands est assez long. Tambay a bien essayé de contrer le retard en tentant un relais long en pneus gris. Mais cela l’a envoyé en fond de classement.
Des 6, celui qui s’en sortira le mieux, c’est Prost (MAV) qui finira 12°. Même si tous ont pu espérer au moins une fois rester à l’avant avec la première vague d’arrêt des pilotes partis en pneus jaunes. D’autant que l’un d’entre eux a failli ne pas voir la fin de la course. En effet, Smith (TEF) a terminé son premier relais en roue libre, grâce à la vitesse… Et sans essence…
Devant, Bonnet mènera la danse, se frottant à M. Matik (BEE) et Raymond (TEK). Mais ils ne seront pas en haut de l’affiche à la fin.
Mais justement, le final de cette course assez ordinaire jusque-là allait en faire lever plus d’un !
Les 2 pilotes CMO en seront la vedette, en jouant le coup de la discrétion. Partis loin (Leroy 14, S. Panis 15), sans flamboyance ni filouterie, ils ont fait une course d’équipe pour se retrouver aux avant-postes juste avant leur 3° arrêt.
Et tout s’est véritablement joué dans les 8 derniers tours. S. Panis et Leroy se sont retrouvés isolés avec Simon (QOS) loin devant les autres ! Ils s’échangent les places donnant le meilleur d’eux-mêmes.
Au début de l’avant-dernier tour, S. Panis est 3°, Leroy 2° et Simon 1°. Peu avant la zone de DRS, Les CMO se rapproche de Simon, et le double à l’aspiration. Mais sans réellement décrocher Simon. Quand Leroy sur un coup de tête et alors devant s’écarte juste avant la fin de la zone de DRS. S. Panis est projetée vers l’avant et Simon stoppé. Cela offre une poignée de millièmes de seconde d’espace et/ou de répits.
Assez pour pousser les moteurs un peu plus vers leur limite. Sur le muret des stands, le Team Principal CMO est tendu comme un string. Le manager HFT lui fait signe que la course est gagnée si les pilotes restent « sages ». Il sera le premier à venir le féliciter quand Sarah Panis franchira la ligne d’arrivée près d’une demi-seconde devant Leroy.
Sarah Panis offre ainsi la première victoire à CMO en Elite.
Enfin CMO remporte un grand-prix après avoir tant tourné autour de cette victoire les précédents GP.
Sarah Panis, première Pilote CMO à s’imposer, 31° pilotes ç remporter au moins 1 GP depuis la saison 9 (impossible de mettre la main sur les archives plus anciennes).
Félicitations à elle et CMO !

1. Sarah PANIS (CMO)
2. Victor LEROY (CMO)
3. Loïc SIMON (QOS)

Episode 9

100x135

La pluie, le retour épisode 30000…. De la bonne grosse pluie. Pas la petite chouineuse et pénible. La grosse, celle qui te met bien la buée dans le casque !
Fatalement, tout le monde sera ne pneus bleus, et la stratégie fera la différence (un peu le pilotage aussi…. Mais bon…)
Circulez, y a rien à voir ! Tout ça à cause des QOS qui ont repris leur fâcheuse habitude à se taper l’incruste sur la première ligne (Simon, 1 – Bonnet, 2) … Et accessoirement empêcher les HFT d’y être (Tambay, 3 – Nissa, 4) … Derrière, on s’attend à voir les TEK, les MAV, des RED, des CMO, bref, l’arc-en-ciel du circuit… Et bien non ma petite dame, vous n’aurez que les BYG (Michel, 5 – Petit, 6) ! On part groupé alors ? oui ! Enfin presque…. Sur les lignes 4 et 5, à gauche les BEE, à droite les CMO. Et on va s’arrêter là, parce qu’aller jusqu’au bout, hein…. Et puis il pleut quoi !
La tension monte avant le départ. Comme le niveau d’eau sur la piste. Les fauves sont enfin lâchés sur une piste détrempée !
Tambay (HFT) a saisi sa chance et se retrouve entre les 2 QOS. O. Matik a lui aussi pris un grand départ. De 7°, il passe 4°. Les pilotes BYG ont été surpris et séparés ! Si Michel reste 6, Petit est repoussé à la 10° place.  C’est presque la définition d’un départ raté !
Mais la météo fige le classement dès les premiers tours à 90-95%... Il n’y aura pas de DRS.
Ce circuit est court et rapide. La visibilité faible avec cette météo. L’inconscient des pilotes les pousses à la sécurité. La stratégie va être primordiale.
Dès le premier arrêt, quelques bouchons dans les stands. Tambay par exemple ressort potablement 8°, Nissa 12° (mieux que d’habitude) devant O. Matik (BEE), alors que Bonnet (QOS), Leroy (CMO), Raymond (TEK) continuent. Comme les RED. Ils veulent user les pneus jusqu’aux jantes ?

Et quand ils s’arrêtent, retour à l’état « initial » d’avant les premiers arrêts. Statu quo.
Une équipe va quand même disparaitre du TOP 10 : BYG. Doucement, mais sûrement et gentiment. Et cela sera effectif au 3° arrêt. Problème lors d’un serrage d’écrou. Trop long. Et au lieu de ressortir 10°, le pilote sort 12°. Trop de temps perdu. Il faudra vraiment changer le staff à un moment ou un autre…
Devant QOS prend le large, petit à petit. Et cette avance s’accentue à chaque relais. Simon fait la course en tête, sans résistance. Même Bonnet est distancé. Un problème sur la voiture ? Tambay (HFT) et Leroy (CMO) le rattrape.
Le Team Principal CMO a encore les oreilles qui sifflent quand il a dit à son pilote « OK Victor, plus qu’à ramener la voiture entière… » Et là comme un fait exprès, Leroy part en aquaplaning, manquant d’embrocher Tambay.
Par chance, il récupère et peu repartir sans dégâts en maudissant son manager. Tambay, pour l’éviter, a dû aller dans l’herbe et n’a pas perdu de temps. Elle recolle Bonnet. Leroy arrive encore un fois à les rejoindre. Nouveau message radio : « OK Victor t’es bien revenu ! t’es collé au 3° ! double-le ! » « Pas maintenant ! » la réponse rageuse fuse.
Trois tours plus tard, Leroy est second du GP. Et il reste 3 tours. Simon est loin devant. Bonnet et Tambay trop près derrière. Que faire ?  La réponse sera donnée par Tambay qui au terme d’un double dépassement intérieur-extérieur d’anthologie prendra la 2° place, laissant sur place les 2 pilotes médusés.
Même si Leroy pousse son moteur au maximum et sa conduite à sa limite, il ne la rattrapera pas. Mais il signe un nouveau podium pour son équipe.
Simon, Tambay, Leroy, Bonnet.
C’est Raymond de TEK qui prend la complète le TOP 5. Il a profité d’une erreur de Smith (TEF). Après avoir dépassé Nissa (HFT), Smith est parti à la faute, faisant un tête à queue qui a failli éjecter Nissa de la piste. Mais l’expérience a évité cela.
C’est donc Raymond qui en profité pour les doubler et prendre le large. Nissa, après avoir comme sa coéquipière fait un petit tour dans l’herbe, repart et finit devant Smith.
Malgré l’incident, ils avaient assez d’avance pour éviter de se faire mettre à l’amende par un groupe composé dans l’ordre d’arrivée de : O. Matik (BEE, 8), S. Panis (CMO, 9) et M. Matik (BEE, 10).

Coupe
QOS avec cette troisième victoire de rang prend un 3° point face à BEE et se qualifie pour le trou suivant.
GIP a été à la traine tout le GP. CMO a été à l’avant très souvent. La victoire des Verts sur les Roses est logique.
TEK malgré un début de saison moyen a pris le dessus sur IRP. Et se qualifie pour le tour suivant.
Enfin MAV est à la dérive. Et ce soir, des choix stratégiques farfelus lui ont laissé échapper le point de l’égalisation face à soin adversaire. Qui du coup est qualifié.

1. Loïc SIMON (QOS)
2. Léa TAMBAY (HFT)
3. Victor LEROY (CMO)

Episode 8

100x135

MAV était pressée de quitter la CAN suite à ses mésaventures. Pas étonnant qu’elle fut la première installée au Castelet pour la 8° manche du Championnat du Monde.
Mais cette perte de temps, ce GP dans le vide a ralenti le développement de la voiture. Pourtant assez convaincantes pendant les essais libres, elles n’ont pas été à la fête par la suite, même sans être ridicules. Elles partiront des 4° et 5° ligne (Prost, 8 – maverick, 9), à plus d’une demi-seconde de la première ligne occupée par S. Panis (CMO) et le vétéran Nissa (HFT), les 2 seuls pilotes à avoir tenté le pari de partir en pneus rouges ! Ce qui les place devant les QOS, décalées d’une ligne (Simon 3, Bonnet 4), Berger (HFT, 5), les TEK (Beauclé 6, Raymond 7) Le TOP 10 de la grille sera complété par Leroy (CMO).
A l’extinction des feux, très bon départ de Panis, qui va garder la tête de la course les 2 premiers tours avant que Nissa ne la dépasse. Cela leur permettra de faire un mini écart, juste avant le ravitaillement de Nissa. Panis récupère la tête de course pendant les quelques tours avant son arrêt. Mais ces deux-là, même s’ils pourront être encore une fois en haut de la hiérarchie en fonction des arrêts, subiront finalement cette stratégie décalée. Trop décalée. Panis finira 9°, alors que Nissa sera 13°, juste derrière la MAV de Prost.
La lutte pour les premières places aura finalement mis aux prises les QOS et CMO. Même si TEK, IRP et HFT ont pu faire au moins un tour en tête pendant la course, les 2 autres équipes allait lutter pour la victoire.
A tel point que l’on crut même que CMO allait enfin signer sa première victoire. C’était sans compter sur l’immense boulette de son Team-principal qui annonce par radio « you’re leading the Grand-Prix Keep pushing Valentin ! ». Grand blanc autour de lui alors que le team-principal HFT explose de rire. Le Valentin n’était pas dans la voiture mais à côté de son Team-Principal. Victor Leroy lui a piqué une colère noire. Et lorsqu’il passait devant la ligne de départ, il est venu proche du muret brandir son poing en signe de contestation. Le temps que son team-principal se confonde en excuse. Mais cet incident a été suffisamment perturbant pour que les QOS récupèrent les 2 premières places et les conservent jusqu’à la fin. Laissant Victor Leroy à son désarroi et la 3° place.
Derrière ces 3, TEK a complète le TOP 5 avec ses 2 pilotes, enfin un peu en veine. Ils ont fourni un bel effort, et si ce n’est pas encore la victoire ses places font du bien au moral, d’autant qu’il a fallu empêcher la HFT de Berger de gâcher cette mini-fête !
Ils finiront loin devant les 2 IRP, les pilotes fêtant ces places come une victoire. S. Panis, qui a le mieux géré la stratégie à 4 arrêts. Enfin le TOP 10 est complété par Axelle Aer (GIP).
La première MAV est 12°. Un moindre mal après les récentes déconvenues.
Coupe
Pour cette manche de la Coupe du Monde, même si IRP a terminé dans le TOP 10, TEK a terminé dans le TOP 5. Et du coup remporte la manche et prend l’avantage 2-1.
QOS grâce à sa victoire remporte un second point consécutif face à BEE et prend l’avantage dans son match. 2-1.
CMO avec ce nouveau podium se replace au Championnat du Monde Constructeur, mais surtout ramène le 3° point qualificatif ! Bravo !
Enfin, le dernier match. Nissa 13°, termine devant maverick (17) mais derrière Prost (12). Mais heureusement pour HFT et malheureusement pour MAV, Berger finit 6°, et donne le point de la manche et l’avantage à HFT. 2-1.

1. Théo BONNET (QOS)
2. Loïc SIMON (QOS)
3. Victor LEROY (CMO)

Episode 7

100x135

Un GP du Canada au sec, c’est très agréable ! Du coup, 11 monoplaces ont tenté le départ en pneus rouges.
Et c’est une habitude, QOS monopolise la 1° ligne, avec Bonnet devant Simon. Et il devance son coéquipier pour …. 1 millième !!!! incroyable ! Derrière eux, Berger (HFT) réalise le 3° temps, à 1 centième du leader, et 2 millièmes devant Simon (MER). Sur la 3° ligne, et derrière son coéquipier, le vétéran Nissa (HFT). A ses côtés, Leroy (CMO). Les TEK ne font pas mieux que la 4° ligne (Beauclé devant Raymond). Pendant que TEF dépose Smith sur la 5° ligne, devant les 2 RED.
Tout ce petit monde en pneus rouges. Les autres en pneus jaunes. Ou gris.  Et avec tout ça, pas de MAV. Il faut aller en fond de grille pour les trouver. D’après la rumeur, l’équipe s’est retrouvée bloquée à la frontière et n’a pu entrer sur le territoire canadien immédiatement. La Douane ayant bloqué l’équipe. Malgré tout, l’équipe est arrivée juste à temps sur le circuit. Juste avant le départ. A temps pour laisser concourir ses 2 voitures, mais sans réglages.
A l’extinction des feux, les QOS partent ensembles, mais sans créer un véritable écart, car trop de pilotes sont en pneus rouges. Et les pilotes en pneus jaunes restent proches…
Nissa est le premier à s’arrêter. Il entre dans les stands en étant second et ressort 20°. Encore une course pour l’honneur, trop loin de tout. Même si rien n’est joué encore car les écarts ne sont pas très importants. Même s’il remonte aux grés des arrêts des autres pilotes en pneus rouges. Bonnet (QOS) usant même ses pneus jusqu’à la jante avant de rentrer.

Et tout le GP se passera ainsi. Les premiers à s’être arrêté se retrouvent devant avec l’arrêt des autres. Mais l’avantage est annulé quand eux s’arrêtent. Jusqu’à ce que les écarts se creusent un peu plus, et que rentrer aux stands ne permettent ni gain ni perte de place au classement.
A ce jeu-là, QOS semble imbattable.  Même si CMO a espéré un temps faire un coup en prenant la tête grâce à S. Panis. QOS, a géré, laissé prendre un peu d’écart et est revenu. Un peu comme les cyclistes pendant le Tour de France. Et QOS semblait du coup bien partie pour réaliser le doublé. C’était sans compter sur la volonté des pilotes CMO de faire un résultat, grillant pour la deuxième fois en 2 GP le second pilote QOS et ainsi finir second ! Entre les 2 QOS.

Derrière eux, Berger a longtemps livré bataille avec la seconde CMO avant de le doubler et s’envoler pour finir 4°. Et il s’en est fallu de peu que Leroy perde cette 5° place au profit de Nissa, qui malgré son raté à la sortie du 1° arrêt, a su rester dans les points, et fondre sur Leroy. Laissant Axelle Aer (GIP) de retour à bonne distance. Elle a su se jouer des frère Matik pour les dépasser et les laisser 8 et 9.
Le TOP 10 est complété par Prost (IRP) qui a fait sa course, et a pu se débarrasser de Raymond (TEK, 11°) sur la longueur.
Les MAV, hors concours pour ce GP finiront tant bien que mal ce GP aux 27 et 28° place, juste devant les TAZ…


Coupe

Du coup, cette victoire de QOS lui permet de récupérer le point de la manche et d’égaliser face à BEE.
CMO elle, double son capital point face à GIP (2-0).
IRP grâce à la 10° place de Prost devant Raymond remporte la manche et égalise.
Et la contre-performance de MAV offre l’égalisation sur un plateau à HFT !

1. Loïc SIMON (QOS)
2. Sarah PANIS (CMO)
3. Théo BONNET (QOS)

Episode 6

100x135

La pluie ou le soleil ? Le soleil ou la pluie ? Depuis le début de la saison, la météo met les nerfs de tout le monde à vifs.
Mais pour une fois, la météo annoncée ne changera pas au dernier moment.

Grand soleil et douce chaleur. Ce qui va permettre de voir fleurir les stratégies. Ce qui a pu être constaté aux essais qualificatifs.
12 monoplaces partiront en pneus rouges, 14 en pneus jaunes et 4 en pneus gris. Et bien sûr, les 12 en pneus rouges occuperont les 6 premières lignes. Avec en tête Simon et Bonnet des QOS. La seconde ligne est occupée par Prost (MAV) et Beauclé (TEK), 2 pilotes et/ou écuries qui attendent leur première victoire de la saison. Sur la 3° ligne, Simon (MER) et Mercier (IRP) ont devancé maverick (MAV) et Leroy (CMO). Wagner (RED) et le vétéran Nissa (HFT) occuperons la 5° ligne. Et la 6° (et dernière ligne de pneus rouges) est occupée par Juranowski (RED) et Sigurdson (VRT).
Les chasseurs sont en pneus jaunes. Ils sont menés par Tambay (HFT), les frères Matik (BEE) et Raymond (TEK).
Ce grand-Prix devrait être animé.
Et dès le départ, les QOS font creusent un écart qui semblent augmenter à chaque tour qui passe. Eux en tête, les 10 autres en pneus rouges suivent, s’échangeant les places au gré des freinages tardifs, des DRS, sans trop prendre le large suer les chasseurs.
Les chasseurs justement… Tambay a raté son départ et se retrouve 20° très rapidement. Dépassée par les frères Matik et quelques autres.
Devant, Nissa est le premier à s’arrêter. Et comme le trou n’est pas fait avec tous les pilotes, en entrant en 5° position, il ressort 27°. Le grand-prix est fini. Pas de chance de victoire, peu de chance d’être dans les points. A moins que la stratégie utilisée soit efficace. Mais rien à espérer de ce côté non plus. Des relais plus courts, et chargés en essence.  Et un arrêt supplémentaire. Mais il ne parviendra jamais à revenir dans les points et finira 15°. 4 arrêts n’était vraiment pas la stratégie à adopter sur ce GP. D’ailleurs, des pilotes ayant optée pour cette stratégie, seul Prost (MAV) au prix d’incroyables efforts seront dans les points, finissant 7°. Même son coéquipier, pas au meilleur de sa forme, est longtemps resté 9°. Il rendra les armes face à ses 2 poursuivantes à 3 tours de la fin. Il finira 11° derrière Bromasseur (GIP, 10°) et Tambay (HFT, 9°).
Devant QOS fait tout pour accrocher une nouvelle victoire cette saison. Bon gré, mal gré en fonction des arrêts, les pilotes restent aux avant-postes. Mais lors du dernier arrêt, c’est la dégringolade. Simon, alors en tête rentre, fait son ravitaillement et ressort…14° ! Ce qui va sauver sa course, c’est le 4° arrêts de nombreux pilotes. Ce qui lui permet de revenir en 2° position.
Devant lui, sans tambours ni trompettes, M. Matik. Déjà en tête avant son premier arrêt, puis avant le second et le troisième, il réalise une grande course, gérant l’état du moteur et des pneus. Il prendra la tête définitivement au 42° tour. Derrière Simon revenu à la seconde place ne pourra pas combler son retard. Pire, même ! Il est doublé juste avant la ligne d’arrivée par Leroy (CMO) ! Un podium inédit.
Il écrit que cette saison sera étrange. HFT, qui n’avait plus gagné depuis 3 saisons, a remporté un GP grâce à son dernier pilote vainqueur (Tambay). BEE a pris la même voie. M. Matik avait été le dernier vainqueur pour BEE avant sa victoire du jour. Cette victoire date elle aussi. GP du Canada, S29. La même saison. Le même dernier vainqueur. Copieur !
Blague à part, cela faisait 78 GP que BEE n’avait plus gagné. Et cette saison, c’est la 3° équipe différente à l’emporter, et M. Matik le 4° pilote.
TEK qui a fait une bonne course (enfin, avec Raymond 4°) et MAV devront redoubler d’efforts pour aller chercher cette victoire qui leur fait défaut. D’autant que CMO veut ouvrir son compteur aussi. Ce qui ne devrait plus trop tarder vu les progrès récents de l’équipe !

Coupe.
Pour le début de ce second tour, les Quarts de finale, ce fut intense !
De belles oppositions, et une belle première manche !

MAV- HFT : MAV malgré la bonne volonté Tambay a remporté le point. Elle n’a jamais pu revenir sur Prost, même après avoir doublé maverick. MAV, 1-0.
IRP-TEK : La 4° place de Raymond offre le point à TEK. Beauclé très en dessous de ses qualités habituelles a terminé derrière les 2 IRP. Mais il suffit d’un pilote devant… TEK, 1-0.
QOS-BEE : sans aucun doute LE match du jour ! QOS s’attendait certainement à gagner ce GP sans trop de difficulté, mais M. Matik en a décidé autrement ! BEE, 1-0.
GIP-CMO : Les pilotes GIP grâce à la 10° place de Bromasseur marque un point au championnat du monde. Mais c’est insuffisant pour marquer le point de la manche face à CMO, 2° du GP. CMO, 1-0

1. Matt MATIK (BEE)
2. Victor LEROY(CMO)
3. Loïc SIMON (QOS)


Bilan 1° semaine :

Pro :
Début de saison mitigé pour le champion non promu. On le serait à moins dans la même situation... Il faut se remotiver et se remettre en ordre de marche.
Et cette saison, il y a plus de concurrents (11/16), et on ne devrait perdre personne pour inactivité. C'est un bon départ.
L'autre qui croyait avoir pris un bon départ, c'est l'équipe officielle, avec sa victoire dans le GP initial. MUS ne réitérera donc pas les 20 victoires en 1 saison.
Mais après cette victoire, un trou d'air. Que MUS et DOU le promu se sont empressé de combler en se partageant les victoires sur les 4 autres GP de la série.
MUS pointe en tête, devant les 2 promus DOU et SMR.

Débutant :
BPU devait avoir le champ libre pour enfin dominer cette division, éclater tout le monde et enfin être promu. Mais... C'était sans compter sur les Oranjes mécaniques.Débutant assidu qui remporte 3 GP sur 5 (les 2 autres sont pour BPU).
Une autre équipe semble se distinguer aussi dans cette division atypique, qui héberge pas mal de doux rêveurs, inaptes à la compétition. Il s'agit de MAR. Ces 2 jeunes équipes semblent avoir l'avantage du poids, vu que BPU est lestée. Mais BPU saura-t-elle faire parler son expérience pour enfin dominer cette division ? La suite, la semaine prochaine.


Episode 5

100x135

De la pluie, de la pluie, encore de la pluie…. Il n’y a que ça. De l’eau, de l’eau, de l’eau… Jusqu’à l’heure du départ.
Nombre d’équipe avait déjà préparé les réglages pour un GP sous la pluie.

Mais une seule avait (encore) tenté un pari. HFT n’avait participé à aucune des séances d’essais, laissant ses voitures au chaud au garage. Ce qui avait intrigué au début. HFT comptait, espérait un GP sur piste sèche. Et quand le ciel s’éclaircie peu à peu malgré la pluie, les autres équipes ont compris et ont fait les changements nécessaires. Pari manqué.
Du coup, c’est QOS qui en a profité pour monopoliser la première ligne (Simon, 1 - Bonnet, 2) devant les 2 MER 5Simon, 3 – Richard, 4).
Sur la 3° ligne, Beauclé (TEK) a pris l’avantage sur M. Matik (BEE). Ils ont été plus rapides que les 2 MAV qui ont livré une formidable bataille de chrono : Prost devance maverick pour 2 millièmes !
Sur la 5° ligne l’autre BEE (O. Matik) devant la HFT de Tambay.

Et comme souvent à Monaco, le pole-man a de très grandes chances d’être le vainqueur. Et ce Grand-Prix n’a pas dérogé à la règle. Loïc Simon (QOS) a fait la course en tête d’un bout à l’autre du GP. Et même en s’arrêtant 4 fois ! Derrière lui, pas de surprise, son coéquipier avec la même stratégie. Et pour compléter le podium, une autre équipe en 4 arrêts, MAV, grâce à maverick.
Il aurait dû être suivi de son coéquipier, mais celui-ci a connu beaucoup de difficultés en fin de course avec sa monoplace. Simon (MER) en a profité pour le doublé et finir 4°.
Deux tours de plus et Prost aurait pu/dû être dépassé par Tambay (HFT) qui revenait fort sur lui, mais elle a dû se contenter de la 6° place. Ayant compris rapidement que la victoire leur échapperait, les pilotes HFT ont géré la course pour prendre des points et bonifier ainsi le succès au précédent GP. Tambay 6°, Nissa 9°. Entre eux, M. Matik (BEE) a lutté pour ne pas perdre sa 7° place face à Richard (MER). Enfin, O. Matik, sur l’autre BEE ferme le TOP 10.
Les TEK évitent encore une fois les points de fort belle manière, comme si ces points étaient une maladie. 11° (Raymond) et 13° (Beauclé). Il va bien falloir réagir !

En fin de classement, même si l’on termine le 1° quart du championnat, TAZ pointe à la dernière place. L’équipe ne semble pas être en mesure de faire mieux actuellement. Même si elle n’est pas la seule sans point, cela prouve qu’il est nécessaire voire vital de prendre des points, même les petits.

Coupe.

Côté Coupe du Monde, HFT remporte sa 3° manche d’affilé et se qualifie pour le tour suivant après été mené 2-0 par PHE.
C’était dans cette opposition que résidait le dernier suspens…

1. Loïc SIMON (QOS)
2. Théo BONNET (QOS)
3. rr maverick (MAV)

Episode 4

100x135

Retour en Europe. Et sous la chaleur Espagnole. Ça sent bon l’été ! Les visages sont radieux.
Les essais même s’ils ne nous apprennent rien des stratégies de course ont le mérite de nous faire croire à une course sera très intéressante : toutes les voitures ayant participées (28 sur 30) se tiennent en moins d’une seconde ! Le GP devrait être ouvert !
Et les essais qualificatifs déterminants. Et ils ont amenés quelques surprises ! La première : des voitures en pneus jaunes ont été plus rapides que les voitures en pneus rouges ! C’est ainsi que la pole revient à Tambay (HFT), juste devant Bromasseur (GIP). Une belle première ligne en pneus jaunes. Elles ont été plus rapides que le vétéran, qui partira de la 2° ligne et premier chaussé de pneus rouges. Derrière lui, 2 Prost, pas de la même famille ni même de la même équipe (Quentin, IRP, 4 et Pierre, MAV, 5). Et voilà enfin les 2 autres (et derniers) pilotes en pneus rouges : Smith (TEF, 6) et Juranowski (RED, 7). Une belle grille, bien panachée !
Tout semblait se mettre en place pour un GP ouvert et très animé.
Mais c’est là qu’intervient la 2° surprise. Alors que les voitures avaient fini de se positionner sur la grille de départ, les ingénieurs, techniciens et mécaniciens s’affairant autour des voitures, la pluie arriva. Une belle averse, qui refroidit tout ce petit monde.
Branle-bas de combat, affolement général…. L’averse ne s’arrête pas. Même si la pluie ne s’intensifie pas, elle tombe bien. Recalcul des stratégies, des réglages. Mais impossibles de changer les pneus sur la grille de départ. Il va donc falloir faire un arrêt gratuit… Un crève-cœur pour les équipes bien placées sur la grille. Mais aussi peut-être une chance.

A l’extinction des feux, les 2 HFT font un excellent départ, à la limite du vol de départ. Et dans ce premier tour, Nissa avec ses pneus rouges domine Tambay. Juste derrière eux, Juranoswki a aussi réalisé un très grand départ et se retrouve 3°. Fin du premier tour, Nissa ne rentre pas aux stands et poursuit en pneus rouges. C’est donc, sa coéquipière Tambay qui est la première à s’arrêter, suivie pour une grande partie des autres pilotes.
Fin du deuxième tour, Nissa ne rentre toujours pas aux stands. Va-t-il faire tout son relais sous la pluie en pneus rouges ? Un coup de bluff.  Un coup de maître ?
Derrière lui, Juranoswki ne rentre pas non plus, et ces 2 pilotes commencent à faire un écart plutôt intéressant.
Fin du 3° tour et ils ne rentrent pas aux stands. Smith ne tient plus lui avec ses pneus rouges et change.
Nissa et Juranowski transforme leur coup de bluff en grosse pression sur les autres équipes. D’autant que Tambay, ressortie à la 21° place après son arrêt est maintenant juste derrière eux. Nissa s’arrête enfin, laissant la tête de la course à Juranowski (7° tour). Première place qu’il ne gardera que le temps d’un tour. Juste avant son arrêt.
Et là, Tambay prend les commandes, avec fermeté. Elle ne lâche rien. Le team Principal malgré cette domination reste crispé. Il sait qu’un tout petit détail peut tout faire basculer. Comme une montée des eaux sur la piste vers la fin de la course. Dernier relais. Tambay 2°, Nissa 4°. Devant chacun d’eux, Loïc Simon (QOS, 1°) et Valentin Panis (CMO, 3°). Si tout va bien, ils doivent encore s’arrêter. Il y a de l’électricité dans l’air. Et de la fébrilité !
53°, Ils s’arrêtent. La voix est grande ouverte pour la victoire. Et le doublé. Nissa essais de se rapprocher, sans trop faire surchauffer pneus ou moteur.
Dernier tour, dernier virage ! « Congratulations Guys ! We made it ! »
Tambay remporte ce grand-prix devant son coéquipier. Une première pour l’équipe depuis le GP d’ABU S29. 3 saisons pleines sans victoires. 63 GP en tout entre ces 2 victoires. Persévérance !
Le coup de bluff s’est transformé en coup de maître.
Derrière, personne n’aura été en mesure de répondre à ce coup de génie. Loïc Simon (QOS) finira 3° loin derrière les HFT et avec une belle petite marge sur V. Panis (CMO, 4°) que Bonnet n’aura jamais rattrapé (5°) Suivent Beauclé (TEK), Richard (MER), Raymond (TEK) Smith (TEF) et Leroy (CMO). TOP 10.
Les MAV n’y sont pas. Rare. Elles ont explosé en plein vol sur ce GP. Incapable d’être dans le rythme. Cette équipe nous a peu habitué à ce genre de prestations. Mais elle reviendra vite.

En fond de grille, BYG a foiré son coup. Elle plus que d’autres équipes, qui étaient parties pour faire la même chose. Un relais complet en pneus jaunes avant de passer les pneus verts. Sauf que BYG a fait son 2° relais comme ça. Avant de passer directement aux pneus bleus. Hors course. Les BYG ont eu un peu plus de performance, dans les 5 derniers torus, quand le niveau de l’eau sur la piste était plus élevé. Les autres équipes dont les pilotes ont fait un relais complet en pneus jaunes n’ont jamais pu revoir l’avant de la course.

Coupe.

Avec cette victoire, HFT égalise dans son opposition face à PHE.
TEF grâce à Smith prend un point, mais IRP est déjà qualifié depuis le dernier GP.
GIP est dans la même situation que IRP. Déjà qualifiée et perdant du jour. Les qualifiés (TEK, QOS, BEE) ont gagné.
CMO en remportant son 3° point face à VRT se qualifie aussi.
Il reste un match indécis. HFT-PHE 2-2. Epilogue à Monaco. Encore sous la pluie ?

1. Léa TAMBAY (HFT)
2. Jerry Nissa (HFT)
3. Loïc SIMON (QOS)

Episode 3

100x135

Un soleil radieux, une température un peu élevée. Un bon retour sur le sec.
Mais alors que toutes les équipes avaient fait leurs réglages pour une piste sèche, la pluie s’est invitée. Et elle se sentait tellement bien qu’elle a décidé de rester. Pour participer à sa manière au GP.
Du coup, comme en AUS, il a fallu revoir les réglages, les stratégies…  Et toute la grille de départ (ou presque) allait partir en pneus bleus.
C’est d’ailleurs Simon de MER qui s’est montré le plus rapide sous cette pluie. Il devance un autre Simon, celui de QOS (aucun lien de parenté entre eux).
Sur la 2° ligne, leurs coéquipiers. Dans le même ordre... La 3° ligne est monopolisée par MAV. La 4° est pour BEE. Leroy (CMO) et Tambay (HFT) partiront de la 5° ligne. Les GIP de la 6°.

Et après le départ, comme en AUS, toutes les voitures restent groupées. Mais les similitudes ne seront pas complétement les mêmes entre ces 2 GP. SI en AUS Loïc Simon (QOS) avait fait la course en tête tout le temps, ici, Valentin Simon n’aura pas le même résultat. Il sera sur le podium, mais seulement 3°.  Les QOS ont joué sur leur expérience et ont forcé le destin pendant les ravitaillements.  Accélérant la cadence pendant le second relais, elles viraient en tête peu avant le 3° arrêt.

Malgré tout, ce sera un GP assez monotone, les positions de départ étant sensiblement les mêmes à l’arrivée. Pour au moins une F1. Ainsi, les MAV parties 5 et 6 ont fini 4 et 5. C’est le second pilote MER Richard) qui en a fait les frais !
Les 6 premiers de la grille se retrouvent quand même aux 6 premières places… En 7°, c’est la bonne opération du jour. Tambay (HFT) marque ses premiers points. Elle devance O. Matik (BEE, 8° à l’arrivée, 7° au départ), Sylvie Bromasseur (GIP) et Leroy (CMO).
11 et 12 ? l’autre GIP et l’autre BEE.
Les 12 premiers de la grille dans un petit désordre à l’arrivée. Monotone.

Finalement, l’intérêt de ce GP était très vite tombé… à l’eau !
Même pour la coupe, il n’y a pas eu de surprises.
HFT remporte la manche et réduit l’écart face à PHE, à l a traine pour ce GP).
Alors que QOS, IRP, GIP, BEE et TEK (malgré avoir était à la ramasse tout le GP) marque le 3° point de la qualification pour le tour suivant.
CMO remporte un second point et passe en tête dans son match.

1. Théo BONNET (QOS)
2. Loïc SIMON (QOS)
3. Valentin SIMON (MER)

Episode 2

100x135

Après la pluie…. Le beau temps oui…. Mais surtout la suffocante chaleur du désert bahreïnien. Et on sait que certaines équipes détestent carrément cette chaleur. Surtout si tôt dans la saison.
C’est pour cela que peu de pilotes partent en pneus rouges. Mais il y en a toujours pour le faire. Cette saison, ils sont 6. Et là la pole revient à Simon (MER), qui devance Beauclé (TEK d’un rien : 2 centièmes !). Et derrière cette première ligne, on retrouve les habitués des « coups » : Tambay (HFT), de retour, devant les 2 RED et son vétéran de coéquipier.
Opération suicidaire pour ces 6 -là.  Déjà en temps normal les pneus rouges s’usent trop vite, mais alors là, avec la chaleur en plus…. Alerte Spoiler : aucun ne finira dans les points !
Tous les autres partiront en pneus jaunes. Les QOS en tête (4° ligne) pour confirmer la victoire du précédent GP. Pourtant, elles seront moins souvent aux avants-potes…  La première moitié du GP.
MAV a cru un temps avoir retrouvé ses F14 en état, mais ça ne sera pas pour ce GP. Le GP a connu plusieurs leaders, mais à chaque fois éphémère. Et à la fin, c’est QOS qui a fait le trou sans difficulté et qui gagne.
Derrière, certaines équipes ne peuvent pas faire mieux que leur place qualificative.  Un GP assez quelconque au final, QOS tuant tout suspens après son second relais.  Simon le futur vainqueur et son dauphin Bonnet s’échangeant mollement les 2 premières places…
Derrière, MAV a limité la casse en finissant 3 et 4 (Prost devant maverick). Le TOP 5 est complété par l’étonnante Sylvie Bromasseur de GIP, qui commence à collectionner les points. Bientôt les gros points ?
Ensuite vient à bonne distance Leroy (CMO, 6) qui a doublé Mercier (IRP, 7) dans l’avant-dernier virage. Un moindre mal pour CMO, hors-jeu au 1° GP (en pneus secs sous la pluie, suite à la « disparition » des pneus pluie), et dont le second pilote (V. Panis, 9) a perdu l’avantage sur O. Matik (BEE, 8) dans la zone DRS de ce GP. Et comme pour le TOP 5, le TOP 10 est complété par un pilote GIP, De Laurenti qui prend un autre précieux point pour son équipe !
Hors des points, c’est la débandade… IRP et BEE placent leurs seconds pilotes, devant des TEK à la dérive.
TEK est encore une fois passé au travers. Et son Team Principal, comme celui de HFT va devoir revoir ses gammes et trouver une nouvelle façon de gagner.
Un GP que l’on pourra classer dans la catégorie peu intéressante à monotone…

Même en Coupe, peu de choses à raconter. Si CMO a égalisé, ce qui était prévisible, la seule réelle surprise de cette saison, c’est HFT, pas compétitive en course, et qui vient de perdre son deuxième point face à PHE…

1. Loïc SIMON (QOS)
2. Théo BONNET (QOS)
3. Pierre PROST (MAV)

Episode 1

100x135

Les vacances sont terminées, et il faut relancer les machines ! Après la relégation de SBA et PHA. Une première en 32 saisons d’existence pour l’International Star League. Il y a toujours eu très peu voire pas de relégations en divisions inférieures.
Bref une nouvelle saison se profile avec 15 équipes, suite à l’arrivée d’un nouveau participant, Merco !
Et le beau temps semble régnait sur ce GP. Les premières séances d’essais libres (non chronométrées) mettent tous les managers de bonne humeur. Mais bien vite, encore une fois le temps a tourné au vinaigre. Précipitant les retours aux stands, et provoquant des accidents, parce que les voitures étaient encore en pneus lisses…

Et les visages se sont refermés. Commencer la saison dans de telles conditions ne plait pas.

La pluie s’intensifie au cours de la séance d’essais qualificatifs. Et la visibilité se réduit tant le ciel s’assombrie et les gerbes d’eau croissent.
C’est QOS qui s’en sort le mieux. Et continue sur la lancée de sa fin de saison !
Simon devance Bonnet. Sue la 2° ligne, le nouveau venu Dylan RICHARD (MER), devance le vétéran Nissa (HFT). TEK occupe la 23° ligne, devant des MAV en difficulté. BEE avec sa nouvelle livrée occupe la 5° ligne, ce qui complète notre TOP 10 du départ.

A l’extinction des feux, la saison est enfin lancée ! Et comme souvent en début de saison, les premiers tours de roues sont tranquilles. Encore plus sous le déluge. Le peloton restera ainsi groupé jusqu’au 14° tour. Personne ne se détachant réellement. Les premiers arrêts vont rebattre les cartes et faire les écarts. QOS a su en profiter. Simon, parti premier, le restera toute la course. A 2 ou 3 tours près, pendant lesquels son coéquipier sera en tête. QOS de retour aux affaires.

Derrière, le GP a été assez monotone. Un petit train, qui ne donnait pas l’impression de vouloir accélérer. Les conditions météorologiques auront fini par avoir eu raison des stratégies.

Stratégie du cafouillage chez HFT, qui nous a habitué à mieux. Les 2 pilotes sont rentrés systématiquement dans le même tour, voire l’un derrière l’autre. Le Team principal va devoir revoir les bases de la stratégie avec ses chefs d’équipes….

Et cette boulette met l’équipe hors des points. Encore une fois. Cela peut permettre à certaines équipes d’en marquer….
Mais tout dépend aussi de la course des autres.

Mais souvent la première course de la saison a un classement final surprenant. Surprenant au-delà du podium…
QOS a surfé sur la vague de la tempête et s’est imposé. Sur la 3° marche du podium, MAV a su déjouer en partie les pièges de cette course, grâce à Prost. Une impression de déjà en fin de saison 32. Et pas très loin derrière, on trouve le nouveau  (Richard (MER) ) déjà très en vue pour ce premier GP. Pour compléter le TOP 5, M. Matik de BEE. La nouvelle livrée donnerait-elle des ailes ?

Ils ne sont pas les grands perdants du jour, mais loin. TEK a failli partir en brasse coulée, mais les pilotes se sont bien repris pour finir la course en formation, Raymond devant Beauclé.

Jusque-là, seul le nouveau et BEE pourraient être considérés comme « surprenant ». Mais c’est plutôt IRP qui a placé ses 2 pilotes 8 et 11 qui amène cette surprise. Rare aussitôt dans la saison. Ainsi que BYG qui prend le point de la 10° place grâce Michel.
Enfin Sylvie Bromasseur (GIP) fini 9°, devançant Michel et Mercier, mais aussi son coéquipier (De Laurenti, 12°).  Et c’est aussi loin que l’on retrouve le second pilote MER ainsi que le second MAV !!! Sans parler des HFT, hors-jeux dès le premier ravitaillement.

Le vrai grand perdant du jour se nomme CMO. A côté de la plaque dès les essais (les voitures sont parties en aquaplaning) et surtout sans pneus pluie pour cette course. Ils ne sont jamais arrivés. Encore un sabotage ? Il va falloir mener l’enquête…

Concernant la coupe, avec seulement 15 participants sur 16, MAV est exempté du premier tour.

Les matches opposent
• HFT à PHE
• IRP à TEF
• TAZ à TEK
• QOS à MER
• BEE à BYG
• RED à GIP
• VRT à CMO

Suivant les résultats de la course, peu de surprises. Néanmoins, le raté de CMO donne à VRT un point important. Peut-être sera-t-il le seul point, mais il est là.
Rappelons que le premier à prendre 3 points en 5 GP est qualifié pour le tour suivant.

1. Loïc SIMON (QOS)
2. Théo BONNET (QOS)
3. Pierre PROST (MAV)



Coupe Tour 4

Coupe Tour 3

Coupe Tour 2

Coupe Tour 1

md-quotelink
medal 5696
87 days ago (Last edited by Jerry Nissa 81 days ago)


md-quotelink
medal 5696
81 days ago (Last edited by Jerry Nissa 81 days ago)


S34 – Episode 1 : Back on tracks.

400x542

 
De retour pour une 34° saison. Une division Elite complète, une division pro à 14/16… Un beau score. Mais du coup, c’est la division Débutant qui souffre, avec une dizaine de participants…
 
Et que nous réserve cette nouvelle saison ? Amènera-t-elle du (re)nouveau ? QOS, avec son 3° titre fait figure de grand favori.
Après elle, CMO semble la mieux armée, avec ses belles promesses entrevues la saison dernière, et a faim de victoires. Ensuite, TEK et HFT, souvent placées mais moins souvent gagnantes… Pourront-elles jouer les trouble-fêtes ?
MAV et MER ont connu une saison 33 très délicate. Seront-elles mieux cette saison ? Et quid des « épines dans les pieds » que sont GIP, BEE et IRP ?
VRT, PHE et BYG sont souvent proche du TOP 10, mais presque jamais dedans.
TAZ, le miracle de la saison 33sera-t-ill relégué ou sauvera-t-il encore ses fesses ?
Et les promus, les petits nouveaux, DOU et MUS. Ils vont devoirs apprendre vite. Très vite.
Et surtout, aurons-nous autant de pluie que la saison dernière ?
Autant de questions qui trouveront une réponse définitive au soir de 20° et dernier GP de la saison !
En attendant, ce premier GP pourra déjà nous éclairer, même s’il ne faut pas tire de conclusions hâtives.
Pourtant, on pourrait les tire ces conclusions…
 
QOS est déjà en place, en prenant la première place sur la grille grâce à Simon. Derrière lui, les 2 TEK avec Beauclé sur la 1° ligne, et Raymond sur la 2°, accompagné par la HFT du vétéran Nissa. Sur la 3° ligne, la seconde QOS de Bernard, devant la VRT d’Okafor. 4° ligne pour AJ (PHE) devant Smith (TEF). Tous ces pilotes partiront en pneus rouges, avec des stratégies diverses. Il manque toutefois un pilote en pneus rouges, il s’agit d’O. Matik (BEE) qui partira en 9° position, devant le premier des pilotes en pneus jaunes, Tambay (HFT). Enfin, on trouve les CMO (6° ligne). Les MAV et les MER sont arrivées très en retard sur le circuit, et n’ont pu participer aux essais. Elles partiront en fin de grille et en pneus gris. Avec la chaleur, cela pourrait du coup les aider…
 
Le 1° départ de la saison se déroule sans encombre : pas d’accident ni même d’accrochage… Et les pilotes en pneus rouges tentent de prendre le large. QOS fait la course en tête, avant de céder la place à TEK. Mais cela reste anecdotique tant ce premier relais en pneus rouges n’amène que trop rarement à la victoire finale. D’autant qu’aucun des pilotes ne prend réellement l’ascendant.
QOS tentera même un coup en faisant 3 relais en en pneus super-tendres !  Celui-ci aurait même pu gagner le GP si n’était pas au bord de l’épuisement après avoir poussé au maximum sa monoplace ainsi que lui-même tout le GP. Une faute d’inattention, un virage moins bien négocié, les 4 pneus dans l’herbe, la voiture glisse et revient devant la 3°, le faisant piler. Le second, lui est passé. La victoire s’envole. Derrière lui, on trouve les IRP en forme sur ce GP. Sur la lancée de la fin de saison, elles jouent les 1° rôles.
CMO qui avait une revanche à prendre sur le funeste sort du dernier GP allait devoir réviser ses gammes.
QOS, IRP se partagent quasiment la tête tout le GP. Un peu de BYG, un peu de TEK, mais sans grande inquiétude pour QOS ou IRP. Mais voilà…. Il suffit de passer en tête une seule fois devant tous les autres pilotes. Une seule fois, quand le drapeau à damiers s’abaisse… C’est ce qu’a réalisé Leroy (CMO). Profitant de l’erreur de Simon (QOS) qui a failli éperonner Panis (IRP), mais lui a fait perdre du temps.
Leroy, 1° vainqueur de la saison après un GP passionnant. Il se rattrape de sa bévue du dernier GP, et lance magnifiquement sa saison.
Chez les PRO, l’équipe de développement de CMO, acceptée en fin de saison dernière gagne aussi son GP devant l’équipe officielle ISL.
En débutant, MFT remporte ce GP et sera vraisemblablement champion, car il n’y a aucun concurrent crédible. Pour le moment.
 
Coupe
1° tour, Manche 1
Nouvelle saison et nouvelle coupe. Et souvent aussi surprises !
QOS-DOU : le Champion en titre conte le Vice-champion Pro. 2° place pour QOS, qui donc s’adjuge cette manche. 1-0
GIP-BYG : un match a priori équilibré. Mais BYG a arraché de précieux point en terminant dans le TOP 10 (Petit, 6°), pour assurer le maintien. C’est donc mieux que GIP.  1-0
TEF-MAV : il y a quelques saisons, ce match n’aurait laissé aucune chance à TEF, tant MAV dévastait tout sur son passage. Mais les monoplaces sont moins performantes. Surtout quand on arrive en retard et qu’on ne fait aucun réglage. TEF, 1-0
CMO-MUS : le Vice-champion Elite contre le Champion Pro. Une belle affiche mais qui tourne à l’avantage de CMO, grâce à sa victoire. 1-0
BEE-PHE : un match déséquilibré quand on sait que PHE n’est pas encore au niveau. Pourtant, Alain Proviste a pris e point de la 10° place ! (Important pour le maintien). Mais c’est moins bien que BEE, M. Matik terminant 8°. BEE, 1-0.
VRT-TEK : autre match déséquilibré. Des VRT mieux sur les pistes qu’à leurs débuts, mais moins rapidement que les TEK. Et pas dans les points. TEK, 1-0.
MER-IRP : La grande course d’IRP et le raté de MER offre le point à IRP. Sans contestations possibles. 0-1.
TAZ-HFT : Un match encore une fois déséquilibré, mais parfois, on peut avoir des surprises. Mais pas là. Même si HFT ne marque pas de point, TAZ le miraculé fini derrière. 0-1
 
md-quotelink
medal 5696
79 days ago
S34 – Episode 2 : Bas-Rhin ? Non, Bahreïn !!!

452x500
 
Circuit International de Sakhir. Il fait chaud. Très chaud. Les pneus, les moteurs, les orgagnismes vont être mis à rude épreuve.
 
Un seul pilote tente le pari de partir en pneus rouges : Berger, de HFT. Et logiquement, il partira de la première place sur la grille. Derrière lui, les 2 QOS (2° et 3° temps), les CMO (4° et 5° temps) les 2 MER (6° et 7° temps) et son coéquipier Nissa (8° temps).
Il va falloir s’attendre à une course d’équipe pour ce GP. En attendant, Berger prend un excellent départ, et fait son relais seul en tête. Lorsqu’il s’arrête la première fois, le second est déjà à 8 secondes. Berger décide de rechausser des pneus rouges. Va-t-il nous faire comme QOS en Australie ?
Il ressort 17°, mais à la fin de son relais, 7 tours plus tard, il n’est que 14°. Mauvais plan. Il repart en pneus jaunes, calquant sa stratégie sur celle des autres (à quelques tours près). Il ne reverra le TOP 10 que lors de son dernier relais, et finira 9°. Un moindre mal après ce pari suicidaire.
 
Devant, ça s’explique entre les QOS et les CMO. Avec un soupçon de TEK. IRP est en embuscade, les GIP et les BEE hors du coup, mais pas autant que BYG... PHE fait illusion un temps dans le TOP 10, galvanisé par le point d’Alain Proviste lors du 1° GP. Mais il va falloir faire mieux.
Et au final, la course d’équipe a lieu devant…. QOS vs CMO. Et à la fin, c’est QOS qui gagne, grâce à un dépassement autoritaire ! Bonnet devant Leroy (CMO), Simon (QOS) et Panis (CMO).
Le TOP 5 est complété par Raymond (TEK).
Coupe
1° tour, Manche 2
QOS-DOU : Pas de suspense… QOS gagne la course, QOS gagne le point. 2-0.
GIP-BYG : BYG est vraiment passé au travers, terminant à 1 tour…. GIP grâce à Sylvie Bromasseur finit 8°. Et prend le point. 1 partout.
TEF-MAV : Les 2 équipes ont connu des soucis de fiabilité pendant ce GP. Et elles occupent les 4 dernières places. Mais maverick (MAV) termine 1° des 4. 1-1.
VRT-TEK : TEK a roulé à l’avant. VRT à l’arrière. Logiquement TEK remporte la manche. 2-0.
CMO-MUS : Faire la course en tête, loin devant son adversaire permet de gagner un nouveau point à CMO… 2-0
BEE-PHE : Course moyenne des BEE qui finissent 16 et 20, alors que les PHE ont essayer de jouer les premiers rôles. Bilan ? PHE se classe 14 et 17. Et égalise à 1 partout.
MER-IRP : Les MER étaient bien présentes sur ce circuit. Bonne place en qualification., 11 et 12 au final. Mais derrière IRP qui classent ses monoplaces 6 et 10 ! IRP, 2-0.
TAZ-HFT : Un non-match. TAZ ne trouve pas le bon rythme et se traîne en fin de classement. Ce qui suffit à une équipe HFT très moyenne pour remporter le 2° point. HFT, 2-0.
 
 
md-quotelink
medal 5379
79 days ago
S34 – Episode 3 : Made in China ?

452x500

Shanghai. Pas de tripot, ni de tricot. Juste quelques F1 qui vont tourner en rond environ 1h30.
Et on une petite surprise. C’est Prost de MAV qui obtient la pole devant Bianchi (HFT). Les 2 sont en pneus rouges. Il y a bien un troisième pilote en pneus rouges. Bernard (TEF), mais elle partira sur la 7° ligne, juste devant son coéquipier Smith. Bien trop loin pour espérer quelque chose.
Sur la 2° ligne, les QOS sont en embuscade, prêtes à profiter de la moindre défaillance. Sur la 3° ligne, Michel, de BYG. Espérons que la course ne sera pas aussi désastreuse que la précédente… Il devance les 2 CMO (Leroy 6°, Panis 7°) et Beauclé (TEK). La 5° ligne sera occupé par les 2°…. 2° TEK (Raymond) et 2° MAV (maverick).
A-t-on retrouvé les F14 ? Bianchi (HFT) ne peut rattraper Prost (MAV). Les 2 sont ne pneus rouges. Et Bianchi semble impuissant. Prost s’éloigne. Du coup, Bianchi s’arrêt et repart en pneus rouges. Fera-t-il mieux que Berger (qu’il remplace) ou pire ?  La réponse est…. Pire. Il ne retrouvera jamais le rythme, même s’il ressort 18° après son second arrêt. Mais il finira dans l’anonymat du peloton, 16°. Son coéquipier Nissa ne sera pas plus vernis malgré une stratégie plus classique. Il finira 12°. Ce qui lui fera dire à son Team Principal « dommage pour une F1 made in China, incapable de gagner à domicile ». Petit tacle à la gorge….
 
A l’avant, c’est encore QOS conte les autres. Et les autres sont souvent CMO et… et ça dépend !
Les QOS ont quand même une fâcheuse tendance à dominer… Elles remportent ce GP en faisant un doublé (Bonnet 1, Simon 2). Devant une CMO…. La jeune Sylvie Bromasseur a montré son talent en finissant 4° devant les 2 MAV (Prost 5, maverick 6).
 
Coupe
1° tour, Manche 3
QOS-DOU : de nouveau …. Pas de suspense…  3-0. Et qualification de QOS au tour suivant.
GIP-BYG : La 4° place de Sylvie Bromasseur permet à GIP de prendre un nouveau point et l’avantage. 2-1.
TEF-MAV : Les MAV sont apparues en meilleures forme pour ce GP. Et leur classement dans le TOP 10 le confirme.  Mais TEF mène toujours 2-1.
VRT-TEK : Raymond 8°. Loin devant Beauclé, 17°. Mais c’est suffisant pour être devant les VRT (20 et 22). 3-0 et qualification.
CMO-MUS : CMO, c’est l’équipe qu’il vous faut ! Toujours à l’avant. MUS est mieux, mais a quand même su mal. Mais pour CMO, ça fait 3-0 et qualification !
BEE-PHE : C’est un match très disputé. Mais pendant la course BEE a fait respecter la hiérarchie. Et en prenant la 11° place (M. Matik) elle bat PHE (13°, Alain Proviste). Et prend l’avantage 2-1.
MER-IRP : Les MER sont très irrégulières. Magnifiques en course lors du précédent GP, inexistante pour ce GP… IRP en profite. 3° point et qualification.
TAZ-HFT : Encore une course moyenne de HFT. Et une course nulle de TAZ…. HFT se qualifie pour le tour suivant.
md-quotelink
medal 5696
79 days ago
S34 – Episode 4 : La Corrida.

452x500

La Catalogne est en Espagne, mais est-ce l’Espagne… Ce n’est pas à nous d’en débattre, mais en tout cas, pour ce GP, il faut jouer la gagne.
Et pour cela, choisir une bonne stratégie. Est-ce partir en pneu rouges ou jouer la prudence ?
Deux Pilotes partiront en pneus rouges, pour être dans la lumière. Et la pole revient à …. Roulement de Tamb…. Ah non…. Sigurdson de VRT arrache la pole à Tambay de HFT.
Derrière eux, comme d’habitude quand elles ne sont pas sur la première ligne, les 2 QOS, prêtes à bondir. Puis Panis (CMO) et Okafor, sur l’autre VRT. Sur la 4° ligne, Raymond (TEK) et Michel (BYG).
Sigurdson prend donc son troisième départ (dans l’Elite) de la 1° place…  Et avec un peu plus d’expérience et de conviction. Sur le temps de son relais, il ne sera pas rejoint. Mais il ne prendra pas non plus trop le large…. Il entre aux stands en étant 1°. Il ressort 26°. Tambay, elle ressort 27°. Même si Sigurdson réapparait dans le TOP 10 juste avant un arrêt, il finira bien loin…  18°. Mais quand même devant Tambay qui n’a jamais pu maitriser sa monoplace (24° au final).

Devant, toujours les mêmes…. QOS, CMO… Un peu plus de TEK, du BYG bien voyant et à qui il manque peu de choses pour renouer avec la victoire), des GIP et des IRP…. Ça en fait du monde pour la victoire. D’autant qu’à moins de 5 tours de l’arrivée, le 11° pouvait encore espérer finir sur le podium….
Aucune position n’a été figée pendant ce GP. Chacun tentant de passer l’autre dès que possible. Un GP qui a subi les répercussions de la chaleur…. La chaleur qui fait faire des folies. Fort heureusement, cette corrida n’a laissé personne sue le carreau… Mais chaque place était âprement disputée.
Sauf les 2 premières, puisque même sur les jantes, les QOS ont signé le doublé. Leurs ingénieurs ont dû trouver le truc, ou l’essence miracle !
La troisième place était dans le viseur de plusieurs équipes : CMO, TEK, IRP, GIP, HFT, même BYG pouvait y prétendre….

CMO qui avait réalisé une superbe course jusque-là, occupant régulièrement et à la régulière la tête de la course grâce à Panis. Mais son second arrêt fut… catastrophique.  Parmi les pneus à monter, un pneu usé qu’il a donc fallu renvoyer. Et donc, perte de temps, et ça ressort 20°. Et Sarah Panis a dû cravacher pour revenir vers l’avant. 5° avant son 3° arrêt, elle ressort 9°. Un bien meilleur arrêt. Et au 65° des 66 tours, elle pointe à la 3° place. C’était sans compter les 12 fous furieux derrière elle, Raymond (TEK) et Nissa (HFT). Ils ont donné l’impression qu’ils n’étaient que tous les 2 sur la piste, sans Sarah Panis, tant ils l’ont doublé avec facilité. Et ce duel a tourné à l’avantage de Raymond.

Bonnet vainqueur (3° victoire de rang), devant Simon pour les QOS, Raymond 3°, Nissa 4°, Panis 5°. Voilà un beau TOP 5 !
Derrière, Panis (IRP), AER (GIP), Beauclé (TEK), Petit (BYG) et Bromasseur (GIP).
Pas mal le TOP 10. Mais ça manque de BEE et de MAV !

Le jour où toutes ces équipes seront au top en même temps, ça va valoir son pesant d’or !!


Coupe
1° tour, Manche 4
QOS-DOU : Vous vouliez du suspense ? Passez votre chemin. QOS explose tout. 4-0.
GIP-BYG : Michel 11° et Petit 9°. BYG a réalisé une belle course.  Mais Axelle Aer se classe 7° pour GIP qui remporte son 3° point et se qualifie pour le tour suivant ! GIP, 3-1
TEF-MAV : Comme dit plus haut, ça manque de MAV dans le TOP 10. Où sont-elles ? Loin. Très loin…. Trop loin… 29 et 31. Les TEF, elles assurent « gentiment » parce que la course n’a pas été folichonne. Elles se classent 15 et 22, mais c’est suffisant. Suffisant pour empocher un 3° point et se qualifier pour le tour suivant. 3-1.
VRT-TEK : Déjà éliminée de la Coupe, VRT souhaite quand même marquer un point Sigurdson a pris la pole mais a explosé en plein vol. Okafor n’est pas au niveau…. Et Raymond a fini sur le podium, alors… Alors ? 4-0 pour TEK !
CMO-MUS : Malgré un passage à vide de Panis dans son 3° relais, les CMO finissent haut dans le classement. A l’opposé de MUS qui va devoir cravacher pour rester en Elite. CMO, 4-0.
BEE-PHE : BEE est passée au travers. Dans les grandes formes. 13° et 17°. Peut et doit mieux faire. Mais PHE…. 21 et 23…. PHE n’aime pas l’Espagne… BEE marque un 3° point et se qualifie !
MER-IRP : L’inconstance des MER leur est préjudiciables. En même temps, IRP nous sort un très bon début de saison. Logique qu’elle marque un nouveau point. IRP, 4-0.
TAZ-HFT : Grosse course du vétéran, qui a su se faire oublier et qui fait un très beau TOP5. TAZ, par contre…. Zéro pointé….


Le programme des Quarts de Finale :
QOS – GIP
TEF – TEK
CMO – BEE
IRP – HFT

D’après vous, qui sera qualifié pour la Demi-Finale ?
md-quotelink
medal 5696
78 days ago
S34 – Episode 5 : Sea, Sex and Formule 1.

452x500
 
Monaco. Un Grand-Prix. Une atmosphère particulière. Une piste non-permanente. Du glamour, des paillettes… Et des F1 !
 
D’ailleurs, sur ce circuit spécial, la position sur la grille de départ détermine à 90% le classement à l’arrivée. Après, les stratégies, les faits de courses, les accidents, les ennuis mécaniques….
Les pilotes, les équipes sont au taquet pour trouver les meilleurs réglages.
28 Pilotes ont pris part aux essais libres. Et seulement 1 sec 25 sépare le 1° du dernier !
On trouve le même rapport aux essais qualificatifs ! 1 sec 24 entre la pole et le 24°. Soit les 24 pilotes qui partiront en pneus rouges. 2 ont décidé de prendre les pneus jaunes (les pilotes DOU) et 6 les pneus gris (les 2 MAV, les 2 MER et les 2 MUS). Les fous ? Car, oui ! On peut les traiter de fous ! Pas d’inconscient. Juste des fous. Hors concours. Et hors course du coup !
Ces qualifications disputées ont vu revenir la pole à Petit, de BYG. La dernière pole de cette équipe, c’était déjà lui (ABU S29), ainsi que la dernière victoire (GBR S30). Il partira donc en première ligne. Avec à ses côtés Berger (HFT). Derrière eux, sur la seconde ligne, on trouve les 2 IRP, avec Prost devant Panis.
On remonte d’une ligne, on trouve les 2 CMO, avec Leroy devant Panis. Sur la 4° ligne, la première QOS, celle de Simon, devant Okafor (VRT). Sur la 5°, la seconde QOS, celle de Bonnet, du coup derrière son coéquipier. A côté, le vétéran Nissa (HFT).
Théoriquement, le vainqueur se trouve parmi ces 10 pilotes.
Alors…. Qui remportera le Grand-Prix ?
 
Déjà, il s’agit de prendre un départ « propre ». Et là…. Les monoplaces s’élancent…. Petit (BYG) en tête. Le premier virage, Ste Dévote…. Ça passe ! Pas d’accident ! La montée du Casino… L’épingle du Loews…. Le Tunnel…. La chicane…. La piscine…. La Rascasse… Un premier tour très propre. Avec en tête Petit (BYG), 2 Berger (HFT), Prost (IRP). Un trio inédit.
 
Ces trois-là vont s’accrocher. Déjà tout le premier relais, qu’ils passent dans cet ordre. Derrière, les fortunes sont diverses. Leroy et Panis (CMO) ont été repoussé hors du TOP 10. Beauclé (TEK) progresse. Panis (IRP), lui, s’accroche à sa 4° place. Okafor montre qu’elle manque encore de cette expérience pour mieux résister. Les QOS sont placées.
La première salve d’arrêts. Premiers changements de leader. Du moins temporairement. Mais très vite, on retrouve dans le tiercé dans l’ordre : Petit, Berger, Prost. Incroyable. A croire qu’ils se sont copiés les uns sur les autres… Mais on perd une QOS. Simon, alors 6°, s’arrête. Un arrêt très moyen, qui ne le fait ressortir 26°. Alors qu’on pense qu’il va entamer sa remontée, le Team-Principal, alerté par des éléments de télémétrie très bizarres. A peine sortie des stands et de Ste Dévote, la voiture ne donne pas sa puissance. Simon remarque les rainures spécifiques des pneus pluies. Le team-Principal confirme. Un abruti a rangé les pneus pluies dans les housses des pneus rouges. Et toute l’équipe s’est plantée. Du coup, tour gratuit pour Simon qui retourna à son stand à la fin de son tour de sortie… Ce qui met fin à ses espoirs de victoire pour ce GP. Tout reposera désormais sur les épaules de Bonnet, 5° à ce moment de la course.
Arrive la seconde salve d’arrêts. Et à la fin, c’est toujours le tiercé dans l’ordre :
1.    Petit
2.    Berger
3.    Prost
 
Les écarts ne sont pas rédhibitoires, mais ils sont là, et presque définitifs.
 
Le 39° tour…. Mi-course. Pas d’incident, pas d’accident. Les pilotes donnent tout, mais restent prudents.
1.    Petit, BYG
2.    Berger, HFT
3.    Prost, IRP
4.    Beauclé, TEK
5.    Panis, IRP
6.    Aer, GIP
7.    Leroy, CMO
8.    Bonnet, QOS
9.    Panis, CMO
10.Raymond, TEK
 
Les 3 premiers sur la grille sont les 3 en tête ! Mais la course est loin d’être finie. Il reste encore des arrêts. Et la fatigue arrivant, le pilotage sera plus ardu.
 
Mais les 3° et 4° salves d’arrêts ne changeront rien au trio de tête.
73° tour : Petit, grâce aux retardataires accentue son avance sur Berger, le seul à pouvoir encore l’inquiéter. Même si Prost résiste et conserve sa 3° place devant Beauclé.
74° tour : A son tour, Berger profite des retardataires, mais dans la zone de DRS. Il revient fort sur Petit et finit par la dépasser à la Rascasse.
Plus prompt à l’accélération, il prend le flux d’un autre retardataire dans la zone de DRS et s’en sert comme catapulte. Petit, lui n’accroche pas le DRS.
Berger s’échappe et ne sera plus rattrapé. Il a patiemment attendu son moment et a saisi sa chance pour cette victoire de prestige !
Petit (BYG) et Prost (IRP) complètent le podium.
 
 
 
Coupe
1° tour, Manche 4
QOS-DOU : Même avec la boulette, QOS finit largement devant DOU et valide un « perfect » : 5-0.
GIP-BYG : L’énorme course en tête de Petit est à l’opposé du mauvais choix de stratégie de GIP. Score Final ? GIP, 3-2.
TEF-MAV : une équipe fait 20 et 22. L’autre fait 29 et 32. Et cette dernière, c’est MAV. Grosse défaite 1-4.
VRT-TEK : Course solide mais discrète des TEK qui se joue du manque d’expérience des VRT. 5-0.
CMO-MUS : Course étrange de la part de CMO. Mais le résultat est là, avec un point supplémentaire. CMO, 5-0.
BEE-PHE : On regarde le TOP 10…. Pas de PHE…. Pas de BEE…. Ah…. Le 1° pilote PHE est 15°. Et le premier pilote BEE est 13°… BEE, 4-1
MER-IRP : Une belle course d’IRP. Même si MER avait correctement participé à la course, elle n’aurait jamais remporté cette manche. IRP, 5-0.
TAZ-HFT : Victoire de Berger, victoire de HFT. HFT n’a laissé aucune chance à TAZ. 0-5.
 
 
 
md-quotelink
medal 5379
78 days ago
Bilan de la première semaine

Elite
Bonnet et QOS domine les classements. Mais une course comme MONACO a montré que cette équipe n’était pas invincible.
Est-ce que le championnat sera relancé ?
A suivre…
Pro
Comme en Elite, une équipe et un pilote dominent. Marie Perrot et son équipe CM Racing. Derrière, SAR, l’équipe reléguée reste au contact. Et derrière ces deux-là, ISL et SMR, comme la saison dernière….
Personne ne semble en mesure de rivaliser avec ses 4 équipes.
Débutant
La division se vide. Pour mieux se remplir ?
En attendant, MFT et Gurdjieff rasent tout sur leur passage.



Coupe :
Tour 1 :

Tour 2 :

md-quotelink
medal 5696
74 days ago (Last edited by Jerry Nissa 74 days ago)
S34 – Episode 6 : Baku gagne !

452x500
 
Après le glamour de Monaco, la rudesse de Bakou. Monaco est un GP à part. Et tous ceux qui ont essayé de la copier ont échoué. Et ces GP doivent se chercher une identité propre. Comme Bakou avec son tracé spécial.
Petit (BYG) en profite pour signer une seconde pole en 2 GP. Et encore devant Berger (HFT).
Sur la 2° ligne, les TEK. Puis la rookie Wermink (GIP) devant la QOS de Simon. Bonnet sur l’autre QOS est sur la ligne suivante., devant la BYG de Michel. Sur la 5° ligne, Bernard (TEF) et Prost (IRP). Et même s’il est normal de trouver de pneus rouges sur le 2 premières lignes, Wermink les a chaussés aussi. Mais elle ne sera pas la dernière en pneus rouges, car Bernard (TEF) sera elle aussi en pneus rouges. Mais derrière 4 monoplaces en pneus jaunes, donc déjà plus rapides qu’elle de base…. Pas simple.
 
Les F1 s’élancent, et la première ligne tête de faire le break, Berger restant dans le sillage de Petit. Quand Berger passera petit, pour un tour, il faudra s’arrêter. Changement de pneus, plein d’essence…. Et il ressort 24 ° ! Petit lui fait la même chose (et même place à la sortie) un tour plus tard.
Forcément, l’arrêt prématuré leur fait perdre la tête de la course. Mais quand la fenêtre de ravitaillement « pneus jaunes » s’ouvre, ils se retrouvent devant. Et Donc, Berger devant Petit.
Avec leur stratégie décalée, c’est un peu la même chose qui se répète. Berger s’arrête et ressort 18° (il y a du mieux) et Petit fait de même avec un tour d’écart ! Clonage.
Devant, QOS a fait un rapproché. Et profite des arrêts décalés des leaders pour s’installer en tête, et pousser les moteurs au maximum. Laissant ainsi plusieurs pilotes « retardés » entre eux et le duo Berger-Petit.
Pourtant bien parti, Petit finira par relâcher ses efforts. Un problème de concentration certainement. Il finira en un seul morceau et 11°.
Berger lui s’accroche, boosté par la présence de son coéquipier derrière lui. Même si les 2 premières places semblent inaccessibles, le podium lui est toujours envisageable. En faisant une course d’équipe, il rattrape Michel (BYG), alors 3° et le dépose.
QOS s’offre le doublé, Nissa le podium, devant Berger (4) et Petit (5). CMO, grâce à Panis (8) n’a pas tout perdu. TEK, pourtant bien placée et bien, partie ne peut faire mieux que 7 et 9. Et le TOP 10 est complété par Prost et Panis de IRP, qui confirme l’excellent début de saison de cette équipe (6 et 10) !
 
Coupe
Second tour, manche 1.
Début du second tour (ou Quart de finale)
QOS – GIP : Une belle course des recrues GIP mais QOS est au-dessus de tout le monde. QOS, 1-0.
TEF-TEK : stratégies différentes au départ, grand écart à l’arrivée. Bernard finit 23, et Smith 12. Mais c’est insuffisant pour TEF. TEK est dans le TOP 10. Et remporte cette manche ! 0-1.
CMO-BEE : BEE a mal géré ce retour en piste. Essais anonymes, course anonyme. CMO prend le point ! 1-0.
IRP – HFT : Malgré la belle course des pilotes IRP, 6° et 10° ce soir, ils sont dans le « mauvais » wagon, les pilotes HFT ayant finis 3° et 4°. HFT, 1-0.
 
md-quotelink
medal 5379
74 days ago (Last edited by Compte Officiel 68 days ago)
S34 – Episode 7 : Bonjour Montréal !

452x500

Le Canada. Retour avec un circuit où la vitesse prime ! D’ailleurs, rien qu’aux essais libres, les 24 pilotes qui y ont part ne se sont départagés qu’à coup de centièmes ou de millièmes. Entre le 1° et le 24° temps : 0'437 …. Même pas une demi-seconde ! Trop rapide.
C’est un petit peu… heu…. Beaucoup ? .... Très différent en qualification. Toutes les équipes ne partiront pas en pneus rouges… En fait, seules 3 équipes pour 4 pilotes tenteront ce pari.
Et BYG ne fera pas la passe de trois pour la pole. Mais ça s’est joué à …rien…. Comme l’écart entre les 2 meilleurs temps. Rien !
Juste que celui qui partira en pole a réalisé le temps avant le second. Et le premier sera donc le vétéran Nissa, toujours en verve sur ce tracé. Il a réalisé le temps de 1 :15.263 pour son meilleur tour juste 30 secondes plus tôt que Petit (BYG).
Encore une fois, une HFT et une BYG sur la première ligne. Et encore une fois, elles précèdent les TEK. Et ceux sont les monoplaces qui partiront ne pneus rouges3.

Derrière eux, les QOS se sont montrées agressives, comme chaque fois lorsqu’elle ne gagne pas « tout le temps », et occuperont la 3° ligne.
Par chance, si on peut appeler ça de la chance, les coéquipiers des premiers sont juste derrière les QOS, sur la 4° ligne.
Sur la 5°, les VRT ont fait sensation. Mais il faudra bien plus pour confirmer en course. D’autant que derrière elles, les IRP (ligne 6) et les CMO (ligne 7) donneront tout.

Nissa réalise un de ses meilleurs départs. Et il passera tour son relais en tête. Mais l’usure des pneus se fait sentir, et il est dépassé juste avant d’entrée aux stands par les QOS qui font une course agressive. Nissa ressortira 17°. Très loin de la tête de course et des QOS. La course pour HFT repose maintenant sur les épaules de Bianchi. Peut-être était-ce le moyen de le bouger un peu pour qu’il prenne confiance en lui !
Il flirte avec le TOP 10, est classé 8° au gré du DRS…. 12°, 14° quand il y a trop de monde… Mais il est toujours devant Nissa. Nissa dont le classement fluctue en fonction des arrêts. Lors de son second arrêt, il est 6°, et il ressort 19°. Pas simple de gagner des places avec sa stratégie. Et les points semblent loin…
Devant, IRP reste au contact. Avec TEK et CMO ils se partagent les restent de QOS, dont l’avance exceptionnelle que le dépassement seul des attardés ne peut expliquer. A la mi-course, BYG est toujours présent aussi, grâce à Michel, alors 3°.
QOS se dirige vers un nouveau doublé. Plus de 21 secondes d’avance même avec un arrêt à venir, personne ne les déboitera. A moins d’un problème technique…
A ce sujet, le Team Principal de CMO s’est d’ailleurs fendu d’une belle réflexion lors de la conférence de presse d’après GP : « Qosmio GP est dans leur division, je crois d’ailleurs qu’ils ont également leur propre règlement technique ». Il se réserve le droit de « poser une réclamation sur la conformité du moteur des Qosmio GP ». Voilà qui va faire jaser !

Troisième et dernier arrêt.  Nissa 10°, de retour dans les points ressort encore une fois 19°. Le GP tourne aux cauchemars. Bianchi lui, 6° avant son arrêt ressort 10°.

Alors qu’il continuait à attaquer, la course est neutralisée par l’apparition de la VSC au 56° tour. Maverick (MAV) et Richard (MER) a la lutte pour éviter la dernière place se percute. Les éclats volent sur la piste, les F1 font la toupie jusqu’à l’herbe…  Ils voulaient éviter le dernière place… Ils l’ont gagnée ! Heureusement pour eux, pas de bobos graves. Et une chute vertigineuse de leur amour-propre….
Cette VSC fait les affaires de Nissa, qui reste dans le paquet qui se bas pour la 9° place (6 ou 7 monoplaces pour 2 places à points !) et de Bianchi qui n’est pas distancé grâce à la neutralisation. Et qui va même en profiter ! Leroy (CMO) le « reniflait » de tellement près que ce n’était qu’une question de mètres avant le dépassement. Sauf que…. Leroy devait s’arrêté. Bianchi était soulagé.
Trois tours sous VSC et ça repart. Mais pas longtemps. 63° tour et une nouvelle fois, la VSC est de sortie. Les positions sont une nouvelles fois figées. Et rien ne viendra les défaire. Du moins pour les 8 premiers. Et le 9° qui a su repartir fort au millième près !
Et Nissa finira très fort, profitant d’une dernière aspiration pour rentrer définitivement dans les points ! 10°, après avoir été très loin…

Devant, les QOS gagnent, on le sait. Et Michel (BYG) longtemps 3° finira 5° derrière Raymond (Tek) et Panis (CMO).
Jules Bianchi lui, a su assumer ce rôle de P1 pour ce GP et finir 6°, après avoir dépassé Prost (IRP) entre les 2 VSC !
En 8 et 9, on trouve des rookies : Wermink pour GIP et Culé pour BEE. Peut-être joueront-ils bientôt les 1° rôles ?

Coupe
Second tour, manche 2.
QOS – GIP : Domination outrancière de QOS, qui remporte le 2° point. 2-0.
TEF-TEK : TEF n’est pas encore complètement au niveau des « anciens ». Et TEK profite de cette expérience. Un point de plus. 0-2.
CMO-BEE : Roland Culé a beau finir dans les points (10°), il est loin de Panis, la seule qui fait ses courses chez CMO. Car depuis qu’il a remporté un GP, Leroy « se la pète un peu » !
IRP – HFT : Ça s’est joué à peu de choses. Entre 2 VSC. Quand Bianchi a pris le dessus sur Prost. Et a permis à HFT de prendre le second point ! 2-0.
md-quotelink
medal 5696
73 days ago (Last edited by Jerry Nissa 67 days ago)
S34 – Episode 8 : Un Paul-Ricard sinon rien !

452x600

Une course à la maison. Quel bonheur ! Et ça ne sera pas la même course qu’au Canada. Trop de disparité lors des essais libres. La chaleur presque caniculaire dans le Sud de la France doit y être pour quelques chose.
Du côté des essais qualificatifs, pas grandes choses ou folies. Du très classique même… On se dirige vers une première ligne QOS. Jusqu’à ce que Léa Tambay (HFT) décide de changer de stratégie…. Au lieu de faire tous ses relais en pneus jaunes, elle a décidé de partir en pneus rouges…. La seule… Forcément, pole position. Bien lui a pris, car sinon, elle serait restée aux côtés de Nissa, en milieu de grille.
Mais pas forcément sympa de voir les QOS à côté et derrière elle, Simon sur la première ligne, Bonnet sur la 2°. Sur cette même ligne, on retrouve une BYG (Michel, 4° temps). On voit beaucoup les BYG depuis le début de cette seconde série… Troisième ligne : Sigurdson (VRT), qui espère confirmer mais sans trop y croire, et l’autre BYG (Petit).
Les MER font un retour en force pour ces essais en monopolisant la 4° ligne ! Un réveil suite aux casses de la dernière course ?
Sur la 5° ligne, l’autre équipe qui se montre, IRP, grâce à Prost qui devance la seconde VRT. Les CMO ne sont plus trop loin, et les TEK sont encore après…
Donc, pour des essais, on sait que les « top teams » ne sont pas forcément à l’avant. Une sorte d’habitude…
Qui se vérifie en course…. Tambay est plus rapide avec ses pneus rouges. En 7 tours, elle a plus de 7 secondes d’avance sur les QOS. Mais elle doit aussi s’arrêter… les pneus rouges quoi…
Elle sort des stands à la 29° place ! Presque dernière… Même si on se doute que 7 secondes ne suffisent pas…. Sortir derrière tout le monde, c’est avoir course perdue… Surtout quand on sait que certains moteurs gagnent étonnamment en puissance pendant le GP et font les écarts qui vont bien….
Bref, 29°, course perdue…. La course inutile quoi… Elle pourrait s’arrêter. Mais elle continue. Et elle récupère la 1° place au 17° tour, grâce aux arrêts des autres. Mais elle doit s’arrêter une nouvelles fois. Pneus rouges et stratégie de m***e … Sacré combo. Elle ressort 23° de cet arrêt, mais « seule » : la pilote devant et à plus d e5 secondes, celui derrière 3 secondes… Mais si elle pousse sa voiture au maximum, elle a du mal à rattraper les autres.
Devant QOS a repris la tête et fait tout pour la conserver. Mais seul Bonnet se battra jusqu’au bout. Simon a raté un relais et un ravitaillement, et il n’a pas pu revenir.
TEK, CMO, QOS…. Les 3 équipes en forme pour ce GP. Les 3 qui ont un pilote en tête pendant la course.
Au 30° ; tout le monde a peur avec l’apparition de la VSC, suite à la casse d’une suspension de maverick (MAV) laissant quelques débris sur la piste. 3 tours, classique. Et à peine le drapeau vert sort que déjà une nouvelle VSC s’impose : Girard, sur l’autre MAV subit la même casse. Presqu’au même endroit !!!!
 
Devant, on échange les politesses, mais Bonnet, 4°, joue des coudes et déborde dans le dernier tour Leroy (CMO) 3°, Beauclé (TEK) 2° et Panis (CMO) 1°.
Oui les trois dans le même tour. Pour s’imposer ! Encore une victoire QOS.
 
Coupe
Second tour, manche 3.
QOS – GIP : On se passe du commentaire. QOS remporte la course, donc le point. C’est le 3°. QOS est qualifiée. 3-0.
TEF-TEK : Grosse course de TEK, partie en milieu de grille, leader pendant la course, 3° au final. Le contraire de la course de TEF. 3-0 pour TEK et la qualification.
CMO-BEE : BEE n’est pas dans le coup. CMO est très en forme, dopée par ses victoires récentes. Manche pour CMO. Et qualification. CMO, 3-0.
IRP – HFT : IRP est une des équipes en forme cette saison. Peu vernie dans les résultats, mais présente dans le TOP 10, comme pour ce GP. Et elle a su tirer profit des défaillances de HFT. ! Réduction du score 1-2.
md-quotelink
medal 5696
72 days ago (Last edited by Jerry Nissa 67 days ago)
S34 – Episode 9 : Styrie Top

452x600

Styrie Top…. Little Darling, Styrie Top…. Oui, heu, hum…. Bon bref…. Red Bull Ring, Autriche.
32 voitures au départ, 1 seul vainqueur.
Avec des températures plus douces, on retrouve certains « standards ». A commencer par la demi-seconde d’écart entre le meilleur temps et le plus lent lors de la séance d’essais libres.
Ensuite, le coup de folie : Partir en pneus rouges…. En vert et contre tous ?  keuf keuf…
Mais il y a toujours quelques falabracs pour le faire. L’avantage, c’est la rapidité du tour : 1 min 05 en moyenne. Un autre point positif : un des passages au stands les plus courts. Le point noir : difficile de prendre le large rapidement, circuit trop court !
Ce soir, c’est donc Nissa (HFT) qui s’y colle. Mais il n’est pas seul. Enfin, il sera seul en pole…. Les autres… les 2 autres…. Smith (TEF) sur la première ligne, mais deuxième temps et sa partenaire Bernard, troisième ligne seulement. Entre eux, les QOS. Tranquille, au calme…. A côté de Bernard, la seconde HFT de Berger, puis sur la 4° ligne, les 2 BYG, et 1 IRP sur la 5° ligne. Très performantes aux essais ces 2 équipes. Enfin, 10° temps, une CMO !!! (Leroy).
 
Donc, Nissa sera suivi. Et même dépassé au bout de 3 tours. Par radio, il se plaint d’un problème de puissance moteur dans la ligne droite. Du coup, c’est Smith (TEF) qui en profite pour faire le chaud ! Avant de s’arrêter, mais après avoir été dépassé par des QOS inarrêtables !
Lui comme Nissa ressortent trop loin derrière pour espérer faire une grande course. D’autant plus que la HFT donne des signes de faiblesse. Et Nissa finira à une peu reluisante 17° place, seul, loin de tous. Au moins, la télémétrie a tout enregistré !
 
Devant, il y a les QOS. Mais contrairement à leur habitude, elle ne domine pas trop ce GP. BYG, CMO et même IRP iront de leurs petits tours en tête. Mais à la fin, les QOS gagnent toujours.
Même avec 2 drapeaux jaunes, le temps d’évacuer les MAV, éliminées par la mécanique défaillante à quelques tours d’intervalle.
Non, les QOS sont sans rivales. Ou alors elles ont trouvé un truc dans le règlement que les autres équipes n’ont pas vu. Pas un truc interdit, un truc pas dit… Ou pas écrit comme à ne pas faire.
Bref, QOS double et re-double. CMO prend le podium grâce à Panis, qui a montré de fort belle manière qu’il fallait renouveler son contrat avant la dernière course (Et oui, ça coûte beaucoup plus cher après…)
Michel confirme pour BYG, devant l’autre CMO (Leroy). Berger est resté très discret. Le national de l’étape a fait sa course, surveillant la voiture, surtout après les problèmes évoqués par Nissa. Mais Berger finit quand même 6°. Devant Beauclé (TEK), Prost (IRP), Culé (BEE) et Petit (BYG).
 
Belle brochette de TOP 10 !
 
Coupe
Second tour, manche 4.
QOS – GIP : Toujours un manque de performance chez GIP. QOS augmente son avance à 4-0.
TEF-TEK : TEK a joué les premiers rôles... Le temps du premier relais. Après, la stratégie des pneus rouges a fait glisser l’équipe vers le milieu du classement. TEK, 4-0.
CMO-BEE : BEE a placé un pilote dans les points ! Roland Culé est 9°. Mais les CMO (les 2) sont devant lui… 4-0.
IRP – HFT : C’était le match indécis. Longtemps IRP est resté devant HFT, longtemps IRP avait le point de l’égalisation. Mais à la fin, HFT a fini devant IRP. Et marque le 3° point, synonyme de qualification !
md-quotelink
medal 5696
71 days ago (Last edited by Jerry Nissa 68 days ago)
md-quotelink
medal 5379
71 days ago
S34 – Episode 10 : La théorie du cas soc’

452x500

L’Angleterre nous a habitué à un soleil chaud, rayonnant, digne de la Méditerranée. Vous ne me croyez pas ? Vous avez bien raison. De la pluie et un ciel gris. Et de la moiteur. Voilà ce qui nous attendait à Silverstone.
Nous irons donc nous porter une réclamation météorologique à Buckingham Palace auprès de sa Majesté. Après la course. Bien après. Si nous sommes toujours là…
En attendant, la séance d’essais libres a été chaotique. Du soleil, de la pluie, des nuages, de la pluie, du soleil, de la pluie, des nuages…. Pas forcément dans le désordre.
Et plus on approche de l’heure de course plus le temps change vite.
Et sur une piste humide, TEF réalise le coup parfait avec ses pneus intermédiaires : Première ligne, avec la pole pour Smith, devant Bernard.
Panis de CMO tente le pari des pneus rouges. Mais trop d’eau sur la piste, et pas possible aux pneus de « chauffer » correctement. 6° temps seulement.
Autre pari, celui de BYG, décider à partir en pneus bleus, pour la grosse pluie… Mais réalisant les 29° et 30° temps… Avant-dernière ligne. Le chaos.
La bonne surprise est la 3° place d’une MAV ! Puis viennent les TEK et Michel (MUS) pour une fois très bien placé.
On trouve aussi Sylvie Bromasseur (GIP), Mina Okafor (VRT), Panis (DOU). Autant de pilotes que l’on voit souvent bien placé(e)s sur la grille, mais moins bien à l’arrivée.
Les HFT, elles, se sont perdues en chemin.
La piste sèche vite. Alors dès le départ, Girard, 3° sur sa MAV, grille la politesse aux 2 TEF en pneus verts. Elles vont s’arrêter dès la fin du premier tour, compromettant toute chance de victoire voire de TOP 10. Bianchi (HFT) parti en 22° position en profite pour se rapprocher de son coéquipier Nissa. Ils sont à ce moment 15° et 16°.
Même les BYG en pneus bleus ne sont pas les dernières… Mais il va falloir changer de stratégie, et la perte de temps aux stands sera pénalisante !
Mais la course est longue. Et même personne ne se démarque réellement lors des 2 premiers relais. Les 10 – 12 premiers sont régulièrement en file indienne sur la piste. QOS n’est pas forcément dominatrice sur ce circuit. TEK essaie de faire une course agressive, mais ce n’est pas toujours simple. D’autant que Roland Culé (BEE) veut aussi inscrire son nom sur le Grand Livre des vainqueurs de Grand-Prix ! (Mais est-ce une bonne idée ?)
Mais les autres ? Le retour des MAV ? Très moyen. Girard, après avoir pris la tête dès le départ n’a fait que reculer.  Il paie son manque d’expérience (14° au final). Maverick, lui est toujours là, toujours dans le TOP 1. Il a d’ailleurs chauffé toutes les places du TOP 10, de la 1° à la 10°. Et il finira 8°. Son retour est correct. Et de bon augure pour MAV.
Pour les CMO, Panis a fait un temps illusion. Le Team Principal a lui prié longtemps pour un retour de la pluie afin de jouer les premiers rôles. Mais la pluie n’est jamais revenue. Sa stratégie dépendait de ce retour de la pluie…. Dommage.
Et Panis, comme Girard de MAV a reculé au fil de la course, au point de finir 17°. Alors que Leroy lui a pris le chemin inverse. 20° au départ 4° à l’arrivée !!! Une course appliquée. Peut-être qu’il a été touché par l’humilité..
Malgré les efforts des uns et des autres, à la fin, c’est toujours QOS qui gagne. Et avec un nouveau doublé.
A noter dans cette course, le premier point de MUS, arraché après une belle lutte (pas finale espérons…), avec les HFT. Tout le dernier relais a vu une lutte incroyable pour les « petits » points, des places 7, 8, 9 et 10.
A la lutte pour la 7° place maverick et Prost (IRP), ils sont quelques mètres devant O. Matik (BEE), Nissa et Bianchi (HFT) et Michel et Leroy (MUS). Tout ce petit monde est au taquet pour les points. Prost et maverick accentue leur avance, pour la 7° place, laissant les autres se battre pour la 9° place. Trop de voitures, trop de possibilités d’erreur de pilotage et de perte de temps. C’est pourquoi Prost et maverick se détache. Alors que tous les autres se dépassent dès qu’ils le peuvent. Une fin de GP haletante, qui voit O. Matik prendre cette 9° place, et surtout MUS prendre son premier point de la saison. Dans le dernier tour, la MUS de Michel semble plus légère et plus rapide que les HFT. Bianchi est réglé dans la zone de DRS. Et Nissa est doublé dans les derniers virages. Offrant le TOP 10 à MUS ! Champagne pour MUS. Chaos pour HFT.
 
Coupe
Second tour, manche 5.
QOS – GIP : Toujours pas de GIP dans le TOP 10. C’est de toute façon insuffisant, car il faudrait faire TOP 1… QOS, 5-0.
TEF-TEK : TEF a joué avec le feu sous la pluie. TEF s’est brulée… TEK en a profité. 0-5.
CMO-BEE : Roland Culé 7° et Otto Matik 9°. Les 2 pilotes dans le TOP 10. Panis aux fraises. Mais Leroy à fait le métier en finissant 4°. Net et sans bavure. 5-0.
IRP – HFT : HFT était déjà qualifiée, mais c’est le match le plus intéressant de ce tour finalement. IRP grâce à la 7° place de Prost offre une seconde manche à IRP. Trop tard, mais il fallait le faire. Score final : 2-3
 
Les demi-finales :
QOS – TEK
CMO - HFT
md-quotelink
medal 5696
71 days ago (Last edited by Jerry Nissa 69 days ago)
Bilan de la deuxième semaine

Elite
« Bonnet et QOS dominent les classements. Mais une course comme MONACO a montré que cette équipe n’était pas invincible.
Est-ce que le championnat sera relancé ?
A suivre… »
C’était ce que nous écrivions à la fin de la première série de GP. Et rien n’a changé. QOS domine autant (5 victoires en 5 GP), parfois c’est moins visible sur un GP, mais globalement rien ne semble atteindre cette équipe.
Largement en tête au classement Constructeur (309 pts) devant CMO (197 pts), elle domine aussi le classement des pilotes, avec Bonnet et Simon devant les 2 pilotes CMO (Panis et Leroy).
En fin de classement, TAZ connait les mêmes difficultés que la saison dernière, en étant bon dernier. Elle est devancée par DOU, pour laquelle l’apprentissage de l’Elite est compliqué.
La bonne surprise vient de MUS qui a enfin remporté un point précieux dans la course au maintien, ce qui laisse toutefois encore 4 équipes sans point : MER (13°), VRT (14°) et donc sous la ligne de flottaison DOU et TAZ.
 
Pro
Une petite baisse de régime pour CM Racing (CMR) et Sarda Competizione (SAR). En effet, la 1° n’a remporté que (sic) 3 GP sur la série de 5, et la suivante a perdu sa place de Dauphin au classement général.
Et c’est ISL qui en bénéficie, car les 2 GP qu’il manque à CMR sont pour ISL, et la 2° place du général grâce à ces résultats revient à ISL !
Même si CMR domine la division avec 305 pts inscrits, la seconde place nous tiendra en haleine pour la seconde partie de la saison. ISL est devant SAR avec 236 pts conte 229. 7 pts d’écart. Rien du tout.
Côté pilotes, Marie PERROT grâce à sa belle série de début de saison possède un matelas d’avance confortable avec 201 pts gagnés. Son second Väiämö MÄKELÄINEN (ISL) est second avec 161 pts et Valentin MARTIN (SAR) clôt le podium avec 150 pts.
3 pilotes, 3 écuries, 3 places. A suivre…
 
Débutant
MFT domine toujours autant avec GURDJIEFF qui accroche 5 nouvelles victoires à son palmarès.
A la fin de la 1° semaine, nous déplorions le manque de participants. « La division se vide. Pour mieux se remplir ? » écrivions-nous alors.
Aujourd’hui la division est complète. Même si nous devons déplorer l’expulsion de COTE D4AZUR SPORT (CAS) de la Ligue.
Suite à l’arrivée de nouveaux concurrents performants, CAS est reléguée au rôle de figurants alors qu’elle était solide deuxième derrière MFT. Et malgré son avance au classement, la manager a été pris la main dans le sac (plein de billets) en train de soudoyer certains nouveaux managers (expulsés eux aussi) afin de gêner les autres écuries pendant les courses ou pour saboter certaines monoplaces.
Exclusion logique.
Ce qui laisse à MFT la voie royale vers les titres. Même si rien n’est tout à fait acquis avant le dernier drapeau à damiers de la saison !
Mais l’avance de MFT est telle…. Derrière, les plus anciens des nouveaux, Scuderia Italia Racing (SIR), Schwarz Weiss Formel 1 Team (SWT) et Cobra Racing (COB) se disputent la 2° place.
Parmi les autres arrivants Mercedez (MEZ) semble la plus à même de pouvoir rivaliser à ces équipes. Cette saison ou la saison prochaine !
 
 
Coupe :
Tour 1 :

Tour 2 :

Tour 3 :

 

md-quotelink
medal 5696
68 days ago (Last edited by Jerry Nissa 67 days ago)
S34 – Episode 11

452x600

La Hongrie, premier GP de la 2° moitié de la saison, premier GP de la série demi-finale de la Coupe du Monde. Une météo menaçante, mais finalement pas de pluie.
Et des essais qualificatifs assez ouvert : 7 pilotes ont décidé de partir en pneus rouges.
Avec en première ligne Tambay (HFT) devant Sigurdson (VRT), chacun devant son coéquipier (Nissa et Okafor).
Sur la 3° ligne, Raymond pour TEK devant Wermink pour GIP. Et enfin la 7° monoplace en 4° ligne, celle de Roland Culé (BEE). Il devance Simon (QOS), premier pilote en pneus jaunes. Et en fin de grille, 10 pilotes en pneus gris.
Le GP devrait être animé avec des stratégies bien différentes. Le problème, c’est que quelque soit la stratégie, à la fin, c’est toujours QOS qui gagne….
Pourtant, HFT était bien partie. Tambay en tête, Nissa ayant rapidement dépassé la VRT de Sigurdson. Une petite marge bien sympathique, avec un très long premier relais en pneus rouges, arrêts parfaitement planifiés et effectués…
Et pourtant… Dès que QOS a pris la tête, elle ne l’a plus (ou presque) lâchée.
Malgré les efforts des uns et des autres…  Alors, on laisse QOS en tête et on regarde ce qu’il se passe derrière.
Et là, une belle surprise ! TAZ souvent dépassée depuis la saison dernière a peut-être trouvé la bonne évolution et le bon pilote ! Pua est sur le podium. L’équipe dernière du classement signe un podium d’anthologie !!! Et laisse sa dernière place au général !
En 4° place, Michel de BYG, qui a fait une course appliquée. Les TEK se sont bien comportées, Beauclé finissant 5° et Raymond 7°. Elles sont venues à bout des HFT, mettant Tambay 6° et reléguant Nissa à la 10°, laissant Sylvie Bromasseur (GIP) et Prost (IRP) s’incruster dans le TOP 10.
Ce fut une belle bagarre cette lutte pour les places 5 à 10.
Hors du TOP 10, O. Matik (BEE), Bernard (IRP) et Wermink (GIP) pour les plus « proches ». Okafor, pourtant bien placée au départ fini 14°, devant les 2 PHE.
Cette incapacité à finir dans les points malgré de bonnes qualifications place l’équipe en situation dangereuse au classement : avant dernière et première relégable.
Avec MER juste devant et DOU juste après. Les 3 équipes sans point.
Autre surprise dans ce GP, la stratégie de course de CMO. Tellement décalée que le résultat est étonnamment pareillement décalé : 23° et 24°…
 
Coupe
Troisième tour, manche 1.
QOS – TEK : Que dire…. TEK s’envole avant le DRS et fait course seule en tête. TEK n’a pas démérité, mais ne peut que s’incliner… QOS, 1-0.
CMO – HFT : Des stratégie différentes, mais trop décalées pour CMO, qui n’accroche même pas la première moitié du classement. Avantage HFT. 0-1.
md-quotelink
medal 5379
68 days ago


De la continuité dans le (non)changement.

Plusieurs réunions ont eu lieues récemment en la Direction de la Ligue et les écuries engagées, avec pour sujet la mise en place du règlement technique et du calendrier pour les saisons 35 à 39.
Ce que l’on peut dire, c’est que le changement, ce n’est pas maintenant.
Après disserté de tous, différentes motions ont été soumises au vote.
La première concernait les circuits inscrits au calendrier. Devait-on les changer, un ajouter, en supprimant, en modifier. La seconde la durée de course des Grand-Prix.
A la majorité, il a été décidé de conserver les 20 mêmes circuits dans le même ordre calendaire qu’actuellement.
Avec cette même majorité, aucune modification de la durée de course.
Pas de modification de ce côté-là.

L’autre point, plus important, concernait la mise en place d’un règlement technique visant à limiter le nombre de composés pneumatiques durant chaque épreuve du Championnat du Monde.
Là encore, une quasi-unanimité contre cette règle.

Ce qui fait que les GP des saisons 35 à 39 ressembleront à ceux des saisons 30 à 34.
Rendez-vous est pris pour la saison 39 pour la prochaine réunion sur la réglementation technique.
md-quotelink
medal 5696
67 days ago
S34 – Episode 12 : The Belgian Joke

452x600
 
A chaque fois en Belgique, on imagine une bonne grosse vanne bien pourrie. Mais que tout le monde comprendra et à laquelle tout le monde rira. Sauf que là, bah, la F1, c’est du sérieux. Enfin… Dans une certaine mesure.
Des essais libres très disputés, une météo pas souriante… Une belle bagarre à venir ?
Dès les essais, QOS met tout le monde d’accord en réalisant le meilleur temps d’entrée, par Simon.
C’est seulement la seconde fois de la saison que QOS prend la pole. La première fois de la saison, c’était en AUS. Et QOS n’avait inscrit son nom que pour la pole. Meilleur tour en Course pour Nissa, HFT. Et surtout victoire pour Leroy, CMO.
La blague serait vraiment de très mauvais goût si l’histoire devait se répéter…
En attendant, il faudra couvrir les 44 tours du toboggan des Ardennes. Et Simon s’élancera devant de Michel (BYG).
Sur la 2° ligne, Leroy de CMO), juste derrière Simon, et à ses côtés Raymond (TEK). Troisième ligne pour Panis (CMO) et Moreau (DOU), qui réalise là sa meilleure séance de qualification.
4° ligne et dernier pilote en pneus rouges : Nissa (HFT). Il devance Petit (BYG), en pneus jaunes.
Neuvième temps, Berger sur la seconde HFT, devant Bonnet, sur la seconde QOS. Et sur la 6° ligne, Panis (DOU) et Beauclé (TEK).
La trame dramaturgique du GP se met en place doucement.
Mais Simon est rodé. Il sait que s’il part bien, il ira plus loin. Et effectivement, il s’arrêtera avec ses pneus rouges 2 tours plus tard que tous les autres pilotes, lassant les autres Team-Principals avec cette aberration pneumatique. Presque tous les autres. Car chez VRT, la préoccupation était autre : rien ne semblait fonctionner, l’informatique et la télémétrie venaient de rendre l’âme…. Impossible de communiquer avec les pilotes, si ce n’est à l’ancienne, avec le panneautage. La Direction de course, informée, validait ce moyen de communication.
Pour en revenir à la course, l’arrêt de Simon ne fut pas grandiose. Les autres pilotes ont fait leur retard, et la chicane d’entrée des stands fait perdre du temps. Et des places. 14° en passant la ligne dans les stands. Et il ressort en 21° position.
Pourtant, sur ce circuit peut-être plus que les autres on peut ressortir devant, en évitant ce premier virage très serré et très lent. Mais pas là. Mais pour QOS, pas trop d’affolement, puisque Bonnet était revenu en tête. Et il n’avait qu’à patienter derrière un pilote peu habitué à la première place (Alain Proviste, PHE), pour le dépasser.
Un meilleur arrêt, moins de temps perdu, mais toujours des « clients » devant. Leroy et Panis (CMO), Beauclé et Raymond (TEK), ce Proviste (PHE), Wermink (GIP)… Même O. Matik de BEE, parti en 19° palace venait dans le TOP 5 le titiller pendant le 3° relais.
Un troisième relais… C’est ce qu’avait prévu Berger à la base…. 2 arrêts, 3 relais. Mais un quelqu’un a décidé de lui faire monter les pneus pluies lors de son dernier arrêt. Et par conséquent a saboté la fin de course de HFT. Mauvais pneus, usures trop grande et donc double arrêt. Impossible de rejoindre la tête de course. Il reste le une option pour inscrire son nom au palmarès du GP : le meilleur temps en course. Et c’est ce que Berger va réaliser. Le meilleur temps.
Meilleur temps pour une HFT avec la pole de Simon…. Mais qui reste quand même souvent devant, en réalisant des relais court, donc, pouvant plus facilement « taper » dans les pneus pour aller chercher la victoire…  Pas forcément bon pour le moteur…
36° tour, il récupère la tête de la course, devant Leroy (CMO, qui ressort des stands), Bonnet (QOS, 3° qui va s’arrêter) et Beauclé (TEK, 4°).
Derrière, Wermink (GIP, 5), Proviste (PHE,6), Raymond (TEK, 7), O. Matik (GIP, 8), Prost (IRP, 9), Panis (CMO, 10), Nissa (HFT, 11), Bromasseur (GIP, 12) se tiennent en 1,5 sec. Et veulent tous la 5° place !
Mais il était écrit que ce GP serait une mauvaise blague belge pour QOS… Comme en AUS…
Leroy ayant pu se défaire de Simon, Beauclé Puis Beauclé dépasse Bonnet pendant son arrêt. Cet arrêt qui sera fatal à Bonnet, puisqu’il sera dépassé par tout le monde, pour finir 11…. Seule Sylvie Bromasseur (GIP, 12), n’a pas pu le doubler !
Devant Leroy (CMO) court sur un faux rythme qui permet à Simon (QOS), Raymond et Beauclé (TEK) et Panis (CMO) – ce deux-là ayant coopérer pour se dégager des autres - de se regrouper. Rapprochant même le groupe de fous-furieux à la lutte pour la 6° place du coup.
Deux groupes qui luttent pour la meilleure place. Une bien belle bagarre, à laquelle va finalement renoncer Simon. Mis sus pression par Beauclé et Panis, il va rater son freinage au virage 1 du dernier tour. Beauclé double et revient sur Raymond, Panis se cale derrière Simon. Leroy a pris une légère avance. Zone de DRS : Raymond double son coéquipier, validant ainsi les 2° et 3° de TEK, derrière Leroy qui signa sa deuxième victoire de la saison…
Tiens donc…. Pole de Simon, meilleur tour d’une HFT, victoire de Leroy…. Le cauchemar pour QOS !
D’autant que…. D’autant que derrière Bonnet a été lâché par Proviste (PHE, 6°), Wermink (GIP, 7°), O. Matik (BEE, revenu du Diable-vauvert) 8° et Prost (IRP, 9°, et parti juste devant O. Matik !). Il est 10°, juste devant Nissa. Ils ont un peu d’avance sur Bromasseur. Juste assez pour finir devant elle. Mais dans quel ordre ?
Bonnet a repris l’avantage au 43° tour. Mais il ne creuse pas l’écart avec Nissa. Pis ! Sa voiture semble donner des signes de faiblesses… Et Nissa recolle, inlassablement, et le dépasse dans la zone de DRS. Et il gardera cette 10°, synonyme d’un point malgré des pneus qui commencent à défaillir. Et surtout laissant la 2° QOS hors des points, ce qui est assez rare !!!
La blague belge…. De très mauvais goût pour QOS, d’une grande saveur pour CMO !
Et VRT, malgré tout, sans télémétrie et informatique a placé ses voitures 24 et 25. Pas dernière !
 
Coupe
Troisième tour, manche 2.
QOS – TEK : Grosse course des TEK, course bizarre des QOS. Et du coup, c’est TEK qui remporte la manche. Egalité, 1-1.
CMO – HFT : Encore des stratégies différentes. Et peut-être que sans sabotage, Berger aurait fini aussi dans le TOP10, et peut-être cela aurait perturbé CMO. Mais nous ne le saurons jamais. La seule certitude du jour, c’est l’égalisation de CMO à 1 partout. Et que HFT a viré avec pertes et (surtout) fracas la moitié de l’équipe de mécaniciens de Berger !
md-quotelink

You must be logged in to post a reply.