ios-personmd-notifications md-help-circle

Profile

  • Guest
    medal 0
  • Posts: 21
  • Post Likes: 3764

Notifications

  • No Unread Notifications

League
International Star League / Fermée ! Finie ! Rebootée !

medal 5572
132 days ago (Last edited by Jerry Nissa 125 days ago)
S34 – Episode 13 : Monzaaaaaa

452x600
 
*driiiinnggg…… drrriiiiiinnnnggggg*
_ ‘lo ? What’s up Dude ?
_ Away…Havin’ a race…
_ Which one ?
_ Monzaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaahhhhhhhhh ….
_ aaaaaaaaaaaaahhhhhhhhhhhhh
_ So, what’s upo Dude ?
_ Havin a sun, and a race…
Et oui, parce qu’il y a une course…. Ici à Monza….  Une course qui va se dérouler sous une grande chaleur… Donc, faudra-t-il utiliser des pneus rouges ? Certainement puisqu’ils seront 6 à le faire….
Six pilotes que l’on va retrouver devant alors ?  Oui…. Plus ou moins…. Plus parce que oui, les 4 premiers sont en pneus rouges. Les MAV et les HFT. Et attention, chacun sa ligne ! MAV devant HFT. La pole donc pour maverick devant Girard, Bianchi et Nissa.
Et les autres, ensembles sur la 3° lignes ? Ensemble… oui… sur la 3° ligne…non…. Plutôt la 12° (23° et 24° temps). Et c’est qui, ces pilotes qui se sont vautrés ?  Pas de nom. On ne dira pas que c’est Bernard de TEF et Castelli de TAZ. Il ne faut pas se moquer….
Même si avant eux, on trouve tous les pilotes en pneus jaunes… A commencer par Michel (BYG) et Okafor (VRT) sur la 3° ligne. Puis avec la seconde BYG et la première CMO (Petit x Panis). Qui elles-mêmes devancent la seconde CMO et la première QOS (Leroy x Simon). Sur la 6° ligne, les secondes QOS et VRT (Bonnet x Sigurdson).
Pas de TEK par-là, ce qui est assez étrange, mais elles sont quand même devant les 2 derniers en pneus rouges… Donc, ces deux-là pourraient rentrer chez eux directement que ce serait la même chose…
Extinction des feux. Bon départ de maverick qui s’élance en tête, et Bianchi prend immédiatement l’aspiration, laissant Prost et Nissa derrière. Un faible écart se crée, et Okafor est 5° ente les 4 de tête et le reste de la troupe. Seule au monde presque.
Rapidement Bianchi se porte en tête de la course. Il y restera jusqu’à son arrêt. Et malgré un très bon arrêt, il ressort en 25° position, car aucun écart n’est réellement fait si tôt dans la course.
En lieu et place de Bianchi, c’est Nissa qui reprend la tête, après s’être défait des 2 MAV. Et il s’arrête 2 tours plus tard que Bianchi. Le résultat au final sera à peine meilleur : il sort 24°.
Du coup, c’est Mariska Wermink, de GIP, qui récupère la tête de la course. Elle gère plutôt bien, malgré le retour des QOS qui arrivent à la doubler avec le DRS, mais cela ne dure jamais plus d’un tour… Cette course semble être l’une des plus aboutie de sa jeune carrière. Elle s’arrête alors qu’elle est toujours en tête, pendant la fenêtre de ravitaillement dite « standard ». Elle ressort 6°, soit bien mieux que les premiers à s’être arrêtés. Et du coup, ces arrêts basés sur une stratégie plus classique donnent l’impression d’être plus rapide.
A la fin de son second relais, elle est encore en tête. Et elle ressort 7°. Les OQS sont bien de retour maintenant. Mais il y a aussi les CMO et les TEK. Les HFT ne sont pas trop loin. On trouve même une VRT dans le TOP 10 à ce moment de la course.
Son 3° et dernier arrêt sera décisif. Elle rentre alors qu’elle est 2° de la course. Elle ressort en 7° position. Mais l’écart avec les pilotes de tête est fait. Les QOS ont remis les choses en (dans leur) ordre. Elle arrivera quand même à revenir dans le TOP et à s’accrocher à cette 5° place, comme si c’était la 1°.
Devant les OQS mènent la vie dure a tout le plateau. Seules les CMO semblent être aptes à les « chasser ». Mais sans succès. QOS file vers un nouveau doublé, devant les 2 CMO. Derrière ces pilotes (1- Bonnet, 2-Simon, 3-Panis, 4-Leroy), l’incroyable Wermink (GIP), 5°.
Le reste du TOP n’est pas figé. TEK, partie 21 et 22 (Raymond x Beauclé) au prix d’un incroyable effort sur le matériel finit 6 et 7. Elles ont doublé les HFT qui semblent retrouver leurs vieux démons (relais 3 et 4 plus lents) mais qui finissent quand même 9 et 10. Ente eux, Roland Culé a su glisser sa monoplace en 8° position.
Il aura quand même fallu à tout ce petit monde se débarrasser de Proviste, alors 7-8° (qui finira pour PHE 11°), Michel (BYG) longtemps 10° et 12° au final, Prost (IRP), dans le sillage (11) mais jamais en mesure de faire mieux (13° à l’arrivée).
Bref, encore une course qui a « occupé » tout le TOP 10, pratiquement de l’extinction de feux au drapeau à damiers.
Et c’est tout ce que demandent les spectateurs et les acteurs de nos GP. Suspens et spectacle.
Et que le meilleur gagne !
 
Coupe
Troisième tour, manche 3.
QOS – TEK :
CMO – HFT :
Impossible de différencier ces deux oppositions tant la lutte fut belle. Mais à la fin, les QOS ont terminé devant les CMO qui ont terminé devant les TEK qui ont terminé devant le HFT…
Score identique pour les 2 oppositions : 2-1
md-quotelink
medal 5572
129 days ago (Last edited by Jerry Nissa 125 days ago)
S34 – Episode 14 : Singapour

452x600
 
Marina Bay Circuit… De belles lignes droites et des virages à angle droit ! Une belle bataille en perspective !
Et ça commence dès les « qualifs ». MAV place ses 2 monoplaces devant. Un retour en force. Mais Tambay (HFT) améliore leur temps et chipe-la pole ! Et ils seront seuls au monde, car les seuls à partir en pneus rouges ! Tous les autres (ou presque) partiront en pneus jaunes. Et CMO nous fait une CMO, avec Panis en pneus gris, loin derrière (28° temps).
Donc, après la HFT de Tambay et les 2 MAV (maverick x Girard), on trouve les 2 BYG (Michel x Petit), les 2 MER (Simon x Richard), les 2 QOS (Bonnet x Bernard) et la seconde HFT de Nissa. Voilà pour le TOP 10 de la grille de départ. Et les TEK ? 11 et 12 ! (Raymond x Beauclé).
Tambay s’impose dès l’extinction des feux ! Elle mène la course pour HFT. Manque son moteur semble manquer de puissance et elle se fait dépasser par les 2 MAV. Malgré tout, elle reste au contact. Elle finit par retrouver un peu de puissance (ou une meilleure adhérence ?) juste avant son arrêt, en même temps qu’elle double à son tour les 2 MAV !
Elle est donc la première à passer par les stands, suivie par maverick. Elle ressort 6°, ce qui rend cet arrêt très bon. Et juste derrière Nissa. Mais la manque de puissance des HFT fait que si Tambay double son coéquipier dans la zone DRS, elle a ramené le reste du peloton avec elle. Et Nissa passe de la 6° à la 10. Mais les HFT glissent lentement, subissant parfois trop ce manque de puissance. Quand Nissa s’arrête, alors qu’il est 8°, Tambay a le champ libre, mais les poursuivants ne sont pas loi. Elle prend cette 8° place, met aura bien du mal à la conserver. Devant elle, Simon de MER, Bonnet de QOS et les 2 MAV. La ballade des morts-vivants !
Ah, si certaines équipes étaient plus régulières…
 
Les bonnes choses ayant une fin, les MER et les QOS doivent aussi ravitailler. (18-20° tour). Du coup, on retrouve notre tiercé » du départ dans le désordre : les 2 MAV et Tambay.
maverick montre qu’il est sur une stratégie très différente en s’arrêtant au 22° tour. Il s’arrête et ressort 3°. Girard se cale sur cette stratégie avec un tour d’écart. Mais il ressort 6°. Les autres resserrent.
Tambay (HFT) mène devant maverick (MAV), Simon (MER), Bernard et Bonnet (QOS) et Girard (MAV). Mais elle s’arrête au 26° tour, et ressort en 9°, encore une fois derrière son coéquipier.
 
Avec les ravitaillements, les cartes sont souvent rebattues. Et ceux qui étaient bien placés peuvent se retrouvée premier en partant de la fin (dernier, oui). Il n’y a guère que 5 – 6 pilotes qui arrivent à conserver une place décente.
Avec son 3° arrêt au 36° tour, MAV annonce clairement la stratégie des 4 arrêts. Maverick entré 3° ressort 5°.
L’avance sur la place, celle de Tambay, reste confortable car supérieure à 5 secondes.
Et Tambay réalise son dernier arrêt, alors que devant QOS s’éloigne de ses adversaires et se rapprochent d’un nouveau doublé (même si parfois les MAV arrivent à le rejoindre et les titiller).
Ce qui n’est plus le cas des HFT, clairement en manque de puissance sur la 2° partie de la saison. Elles reculent au classement, et alors que les CMO surgissent ! La fin de course sera la lutte pour les places 6 à 8 !
Devant, QOS double (1-Bonnet, 2-Girard) devant Simon qui marque les premiers points de MER avec cet extraordinaire podium, et après s’être débarrassé des MAV (4-maverick, 5-Girard).
Les TEK franchissent la ligne en 5 et 6 (Beauclé, Raymond) après s’être éloignée de la meute.
Tambay semblait pouvoir résister, mais la facilité du retour de Raymond, avec Beauclé dans son sillage a été fatal. Et en plus il a ramené Leroy (CMO) sur Tambay. Et Leroy double Tambay ! Derrière, Richard (MER) bloque Nissa qui ne peut le dépasser. Panis, sur l’autre CMO revient sur eux.
Et pour la 8° place, il y a à la lutte : Leroy (CMO), Tambay (HFT), Richard (MER), Nissa (HFT), Panis (CMO).
La zone de DRS ne change rien… Ils se tiennent tous dans un mouchoir de poche.
Et on se dirige vers cet ordre à l’arrivée. Mais juste avant le dernier virage, le moteur de Leroy se coupe et le ralentit fortement, provocant presque un accident. Par chance, aucun accrochage, mais la plus agile et la plus futée dans cet incident, c’est Panis qui se replace en 8° position, devant Tambay et Richard. Nissa 11° et Leroy, le grand perdant 12°.
 
Coupe
Troisième tour, manche 4.
QOS – TEK : QOS gagne le GP, encore. Et forcément remporte le 3° point, celui de la qualification pour sa 4° finale consécutive ! 4-1.
CMO – HFT : HFT a été devant CMO 90% du GP. Il a fallu une grande course des CMO, et un beau concours de circonstance pour revenir sur HFT. Et que dire de ce final, qui offre le 3° points de la série à CMO et la qualification en finale ! 3-1.
md-quotelink
medal 5706
129 days ago
S34 – Episode 15 : From Russia with Love !

452x500
 
L’autodrome de Sotchi est un circuit très spécial pour une course particulière. L’on a souvent l’impression d’un manque de vitesse, et même lorsque l’on pousse sa monoplace à son maximum, elle donne l’impression de ne pas avancer.
Et pourtant, il va falloir l’endurer encore quelques saisons…Six au moins. Inclus celle-ci bien sûr ! Et donc, trouver une motivation.
Bien sûr, la première motivation d’un pilote, c’est la victoire. Quel que soit le GP, le type de circuit, la météo, etc…
Alors, pour ce dernier GP de la série, qui va gagner ? Une petite pièce sur QOS, au côté de 0.1 … Donc, si vous voulez gagner, ne pariez pas sur cette équipe qui domine le championnat.
Non, il y a toujours les équipes du fond du classement, comme VRT, DOU, qui n’ont pas encore marqué de points, des équipes qui ont déjà gagné comme BYG, TEK, IRP, GIP, mais pas forcément cette saison. Ou alors, vous jouer le classement final du GP, plus intéressant et incertain (oui sauf les2 première places 9 fois sur 10…)
Commençons déjà par les essais qualificatifs ? Alors, qui pourrait faire une pole sur ce circuit ? VRT, pour tenter un coup ? pourquoi pas, mais pour cette équipe, c’est flinguer ses chances de points… MER, TEK, CMO, souvent devant ? Pourquoi pas. Et HFT ? Le Team Principal serait assez fou pour tenter ce genre de pari. Et en plus, il a les pilotes qui vont avec… Alors ?
Alors…. Les HFT…. Sans fioritures. 1 et 2. Propre. Berger un plus rapide que le vétéran Nissa. Et surtout les 2 seuls à partir en pneus rouges. Un pari gagnant ? Il ne l’a pourtant pas souvent été…
Derrière cette première ligne, une VRT, celle de Sigurdson, devant une MER (Simon). Troisième ligne seulement pour la 1° QOS de Bonnet, devant la 2° VRT (Okafor). Les VRT sont dans le TOP 10 du départ. Marqueront-elles enfin leur(s) premier(s) point(s) ?
Michel (BYG) est sur la 4° ligne, juste devant Raymond (TEK). L’autre TEK est 9°, devant l’autre MER.
La place au départ est importante sur ce GP car les dépassements ne sont pas légion. Pas aussi important qu’à Monaco, mais quand même. Le fait d’avoir mis les pneus rouges permet clairement à HFT d’être devant et pas à une obscure place du milieu de la grille. Parce que les écarts sont longs à se faire.
Et même si les HFT font tout le relais initial en 1 et 2, la sortie est douloureuse… Nissa passe de 2 à 28, Berger de 1 à 26… Autant dire, aucun bénéfice à partir en pneus rouges !
Si ce n’est avoir des arrêts décalés par rapports aux autres pilotes. C’est pour ça que les pilotes HFT se retrouvent 1 et 2 quand tous les autres pilotes ont ravitaillé. Et bien sûr quand elles doivent s’arrêter, ça complique leur course : berger passe de 2 à 22, Nissa 3° après trop tiré sur ses pneus sort 24°.
Lors de leur 3° relais, les pilotes HFT remontent plutôt vite. Sur ce circuit, leur perte de puissance ne semble pas trop les pénaliser.
Nissa récupère même encore une fois la tête de la course lors de l’arrêt numéro 2 des autres.
Berger lui tire un peu la langue, il n’est que 3°. Sur ce circuit, la ligne des stands est très longue. En entrant 3°, arrivé au niveau de la ligne d’arrivée/départ, il est 6° ! Il ressort 15.
Nissa lui était en tête. Et il va subir le même sort que Berger dans les stands. Mais il ressort très loin, trop loin : 24°
Mais comme les autres vont devoir s’arrêter une nouvelle fois, pourquoi ne pas aller chercher la victoire ?
Et les autres pilotes s’arrêtent. Enfin, presque tous. Nissa se retrouve 3° devant Berger 4°. Ils s’entraident avec le DRS, mais n’arrivent pas à rattraper les 2 de devants. Trop loin devant. Les QOS, car c’est encore d’elles qu’il s’agit, ont usé jusqu’à la jante leur pneus… Et sans perdre de temps. Aussi bizarre que cela puisse paraitre. Les HFT se rapprocheront, mais la fraicheur des pneus des QOS fera la différence, et agrandira l’écart dans le dernier tour… QOS gagne en équipe (1-Bonnet, 2-Bernard), HFT monte sur le podium (3-Berger, 4-Nissa), en équipe aussi.
Et heureusement que le GP s’arrêtait là. Un tour de pus et Michel de BYG aurait pris l’avantage sur les HFT. Il finira 5°, et premiers des poursuivants : Aer (GIP, 6), Petit (BYG, 7), Simon (MER, 8).
Un tour de plus et adieu le podium ! Et peut-être que certains n’auraient pas intégré le TOP 10 : maverick finit 9, au milieu de 2 groupes de foldingues ! Derrière et pour compléter le TOP 10, une autre belle bagarre dans les derniers tours qui verra comme vainqueur Leroy de CMO. Il a bataillé contre Wermink (GIP) et Bernard (IRP), pour les régler dans le dernier tour !
 
Un circuit spécial, mais une grande course ce soir ! Bravo à tous les participants !
 
Coupe
Troisième tour, manche 5.
QOS – TEK : Nouvelle victoire de QOS. Et des Tek à la ramasse complet sur ce circuit. Elles terminent 24 & 25… 4-1 pour QOS
CMO – HFT : Un podium qui aurait pu/dû être une victoire. Mais qui aurait pu aussi ne pas exister. Mais HFT a réalisé non pas la course parfaite car il n’y a pas la victoire au bout, mais une très grande course. Remportant le point de cette dernière manche face à CMO. 3-2 au final, avec une opposition très serrée !
md-quotelink
medal 5572
129 days ago
Bilan de la troisième semaine



Elite
QOS domine toujours autant… Sur la série de 5 GP qui vient d’avoir lieu, 4 victoires… Et forcément une qualification à la Finale de la Coupe du Monde. Sa 4° finale en 4 éditions !
QOS sera opposée à CMO, l’équipe qui a remporté ce GP à la place de QOS. Mais CMO a du bataillé ferme pour éliminer HFT.
Côté classement, QOS est presque champion, avec déjà 541 pts. Derrière CMO, avec 266 et TEK, avec 215. Soit 481 pts à elle 2, bien moins que QOS seule…
HFT prend la 4° place à IRP, avec un total de 125 pts (IRP : 96)
Chez les pilotes, même combat : Bonnet devant Simon (294 x 209), les 2 pilotes QOS. En 3 et 4, les pilotes CMO (Panis 135 x Leroy 131)
 
Pro
CMR avait fini la série précédente dans le dur. Elle a commencé cette série de la même façon. ISL Et SAR ont remporté les 2 premiers GP de la série. Avant que CMR se refasse la cerise et gagne les 3 derniers !
SAR a tout de même marqué un peu le pas, malgré une victoire. Et si au classement CMR est toujours en tête, la 2° place, synonyme d’accession est pour toujours pour ISL actuellement. Et il n’y a que 11 pts d’écart entre le nouveau second et l’ancien SAR (357 pts x 346 pts). Les 5 derniers GP de la saison seront passionnants !
Côté pilotes, Marie PERROT (CMR) est toujours loin devant avec 306 pts gagnés. Le second est Valentin MARTIN (SAR) avec 239 pts. Il a dépassé Väiämö MÄKELÄINEN (ISL) et ses 227 pts !
3 pilotes, 3 écuries, 3 places. A suivre…
 
Débutant
Que dire dans cette division…. Il y a eu des nouveaux, qui sont partis. D’autres sont arrivée…. Mais pourtant peu de choses changent. En tout cas, pas le vainqueur. GURDJIEFGF et MFT ont ajouté 5 victoires de plus à leur palmarès. Et ils se dirigent vers un record qui ne sera pas égalé avant longtemps.
Au classement, 3 équipes se tiennent : Schwarz Weiss Formel 1 Team (SWT), 202 pts, Cobra Racing (COB), 194 pts, Scuderia Italia Racing (SIR), 194 pts.
Mercedez (MEZ) glane quelques points, et du coup est solide 5° !
Chez les pilotes, GURDJIEFF devrait être champion. Il a marqué 375 pts sur 375 possibles. Derrière, sa coéquipière n’a que 230 pts. Et Müller, de SWT lui en a marqué 102 seulement. Il est 3° devant G. Tambay de COB (96 pts), Raggi (SIR) et ses 88 pts et Gaku NAKASONE (COB) avec 80 pts.
 
Coupe :
Tour 1 :

Tour 2 :

Tour 3 :

Tour 4 :

 

md-quotelink
medal 5706
126 days ago
S34 – Episode 16 : Suzuka

452x500

Est-ce un GP joué d’avance ? vaut-il mieux aller au parc d’attractions jouxtant le circuit ou voir le GP ?
Les essais libres sont en tout cas serrés. Les 32 pilotes se tiennent 0.605 seconde. Magnifique.
Mais la course sera-t-elle sur la même base : serrée et indécise ?
Au niveau des qualifications, ça semble ouvert. 7 pilotes partiront en pneus rouges, et ils sont sur les 4 premières lignes. Seul un pilote en pneus jaunes a réussi à s’incruster :
Première ligne, et première pole de sa carrière : Wermink de GIP et Culé de BEE. Deuxième ligne : Sigurdson, VRT, et Bianchi, HFT. Derrière eux : Bernard, TEF, maverick MAV), le pilote en « jaune ». Et quatrième ligne : Moreau, DOU, et Nissa, HFT.
La position de départ devient prépondérante. Une place en haut de la grille donne plus de chance de ramener des points…. Sur la 5° ligne, la première en pneus jaunes : Girard, MAV, et Bernard, QOS.
Pas de TEK, pas de CMO, et une seule QOS !
Serait-ce la course qui va balayer les codes ? ou du moins bousculer la hiérarchie ?
Le départ est tendu avec autant de pilote en pneus rouges. Et même si maverick avec ses pneus jaunes se retrouve à l’arrière de ce groupe, il reste au contact, avec le peloton derrière.
Même si Wermink sera en tête jusqu’à son arrêt, le peloton est très compact. Trop. Elle ressort 31° !!! Incroyable. Mais avec cette stratégie décalée, elle retrouvera la tête vers la fin de ses 2° et 3° relais. Mais la suite ne sera pas aussi rose que sa monoplace car elle n’arrivera qu’à rejoindre l’arrivée à la 60 place. Un moindre mal après une très belle course. Devant, dans ce TOP 5, son expérimentée coéquipière, Axelle Aer. Sa plus mauvaise place en course est la 12°. Elle était sur une stratégie plus « classique ». Delle a moins perdu de temps, mais elle n’a pas trop gagné de place non plus. Mais la bientôt trentenaire Irlandaise a roulé comme elle ne l’avait pas fait depuis longtemps !
 
Mais elle n’a rien pu faire contre QOS. Bernard l’a dépassé dans le dernier virage pour finir en 4° place. Devant, les TEK ont fait la course presque parfaite. Presque. 2 et 3…. Un beau podium, et ça faisait quelques courses que ça n’était plus arrivé ! Les TEK ont été réglées dans les 2 derniers tours par le vainqueur du GP…
La victoire revient à maverick, sur sa MAV. Une victoire pour l’honneur, puisque son team manager annonçait le retrait de l’écurie pour un bon moment.  Il est vrai que l’équipe avait d’énorme difficulté ces derniers temps. Et plutôt que de fausser les courses, ils ont préféré se retirer, et ils reviendront surmenait quand ils auront retrouvé leur compétitivité !
Saluons ce champion et ce Champion de la saison 32 qui laissera un vide.
Pour compléter le TOP, Prost, IRP et Bonnet, QOS, peu en vue ce soir. Et les BYG finissent 9 et 10. Sauvant encore quelques points !
Une belle course dans l’ensemble, sauf de HFTY, qui n’a pas su (‘encore une fois) profiter d’une stratégie décalée. Bianchi finira 14 et Nissa, hors du coup ce soir finira à une anonyme 21° place !
 
 
Coupe
La Finale, manche 1.
QOS – CMO : Si on a bien vu les QOS ce soir, même malmenées, que dire de CMO ? Elles sont passées au travers de ce GP comme jamais. 22 et 23 sur la grille, elles finissent ridiculement 28 et 29. Presque le Bonnet d’âne !
Grâce à cette largesse, QOS mène 1-0.
md-quotelink
medal 5572
126 days ago (Last edited by Jerry Nissa 125 days ago)
S34 – Episode 16 : COA nous voilà !

452x600

De la chaleur étouffante à Austin. Bon, ce n’est pas Dallas, mais cet univers aurait pu être impitoyable !
MAV a quitté la Ligue après la course nippone. Et un remplaçant est déjà arrivé. Mais il va devoir batailler pour rester en Elite…
Au Japon, nous avions affirmé que la place sur la grille devenait primordiale….
Sur ce circuit, la pole est pour la seule monoplace qui partira en pneus rouges : Tambay, HFT.
Son coéquipier, partant en pneus jaunes, comme tous les autres, a réalisé le 24° temps. Autant dire que la course est perdue. Et le TOP 10 très loin.
2° sur la grille, Bernard, de QOS. Suivent les 2 IRP (Bernard x Panis). Troisième ligne pour la seconde QOS de Bonnet devant Aer et sa GIP. Elle semble trouver une seconde jeunesse suite à son TOP 5 au Japon.
Quatrième ligne pour Wermink, sur l’autre GIP et devant AJ (PHE). 9° temps pour Alain Proviste (PHE), devant les 2 TEK et une BYG.
99% de chance d’avoir le vainqueur dans ses 12 pilotes. Encore une fois pas de CMO.
Et si Tambay assure lors de son premier relais, comptant jusqu’à 8 secondes d’avance. Mais cette stratégie décalée lui sera fatale. Elle sort en 21° position de son premier arrêt. Et même si elle revient dans le TOP 5 avec ces relais plus longs, le dernier lui sera presque fatal. Elle ne perd que 6 place (11 à 17), mais elle sort au milieu du vide. Personne devant pour l’aider dans la DRS. Tant bien que mal, elle finira 11°, après avoir cru à la 10° place, qu’elle n’a jamais pu rattraper.
Son coéquipier lui, parti très loin, n’a pas pu être d’une grande aide. Un manque de puissance évident. Il finira toutefois 13°. Une belle remontée.
Devant, depuis l’arrêt de Tambay, les GIP assure le tempo de la course. Aer mène. Longtemps. Avant de céder dans le dernier comme sa coéquipière. Leur arrêt est bon, mais pas excellent, et les OQS sont bien meilleures. Surtout en fin de course, quand elles sont toutes usées…. Sur les jantes. Et elles les doubles, une après l’autre. Bilan, Bernard gagne le GP pour QOS devant Bonnet.  Wermink signe un podium mérité devant sa coéquipière Axelle Aer (GIP). Le TOP 5 est complété par une voiture revenue du fin fond (ou presque) du peloton : Panis de CMO ! Partie 21°, elle termine donc 5° ! Extraordinaire.
TEK prends la 6° place par Beauclé, devant les 2 IRP qui ont assuré le show aussi pendant ce GP. Bernard finira 7° devant Panis. Leur inexpérience leur coûte peut-être la victoire ce soir. Et derrière eux, une autre TEK, celle de Raymond.
Et pour clore ce TOP 10, AJ prend ce point de la 10° place. Et elle ouvre son compteur cette saison.
VRT et DOU sont les 2 équipes qui n’ont toujours pas inscrit le moindre point. VRT est pourtant régulièrement devant lors des essais, mais chaque course est compliquée. DOU est régulier dans les résultats, mais n’arrive pas à passer le cap et basculer dans les points.
La nouvelle équipe, warriors 5WAR) devra elle aussi marqué si elle veut rester dans les l’Elite. Pour ces 3 équipes, et pour les autres aussi devant elles, il reste 3 GP.
 
Coupe
La Finale, manche 2.
QOS – CMO : CMO est encore partie très loin pour ce GP. Et QOS toujours mieux placée au départ en profite. Même si Panis fait TOP 5, QOS gagne. Et reste devant. 2° point pour QOS, qui n’est donc plus qu’à un seul petit point de sa 4° Coupe du Monde !
md-quotelink
medal 5572
125 days ago
S34 – Episode 18 : Mexico

452x600

Il faisait encore chaud pour ce GP. Chaud et pratiquement pas de vent. Difficile dans ce cas de correctement ses réglages. Ce qui a donné une séance d’essais libres débridée, mais pas avec tous les pilotes. QOS, MER, WAR et TEF rencontraient des difficultés avec leur système de refroidissement. Ce qui est très étonnant pour QOS, tant cette équipe domine. Ou est-ce une nouvelle tactique pour déstabiliser les adversaires.
Dans tous les cas, tout le monde sera fixé pendant les qualifications ! Et là, 5 pilotes se disputent le meilleur temps en chaussant des pneus rouges. Mais finalement, Raymond placera sa TEK en tête de ce GP. Il devance les 2 CMO de S. Panis et Leroy. O. Michel place sa BYG sur la 2° ligne avec le 4° temps. Ils ont tous les 4 repousser sur la 3° ligne N. Michel et sa MUS, qui a longtemps cru décrocher enfin sa première pole en Elite.
Après ce club des 5 en pneus rouges, Les pneus jaunes. Menés par Berger et HFT. Il est passé devant Beauclé (TEK, 7°), A. Panis (IRP, 8°), Sigurdson (VRT, 9°) et AJ (PHE, 10°)
Un TOP 10 de départ assez hétéroclite. Et pas de QOS en vue. Ni de TEF, alors qu’elles sont souvent dans la première moitié de la grille au départ.
En fond de grille, ceux qui vont tenter le départ en pneus gris, avec une durée de vie plus longue mais moins performants, par choix ou parce qu’ils n’ont pu faire les réglages et/ou les réparations dans les temps. 11 pilotes seront en pneus gris. Y compris les QOS.  Peut-être que ce n’est pas une nouvelle stratégie, mais réellement des ennuis techniques sur leurs monoplaces… Elles partiront sur une inhabituelle avant-dernière ligne.
 
Sur la piste, Raymond dicte le rythme, jusqu’à son arrêt. Derrière lui, S. Panis, et bien caler dans ses roues, Leroy. Les CMO sont là. En fait, le club des 5 est là. Dans le même ordre qu’au départ.  Et celui qui va profiter de leur arrêt, c’est, c’est A. Panis (IRP). Il va récupérer la 1° place et mener régulièrement ce GP. Il a dépassé dans trop de difficulté la HFT de Berger et la TEK de Beauclé. A chacun de ses arrêts, il perdra peu de temps et de place. Et il ne devra s’incliner que dans le dernier tour, poussé à la faute part le futur vainqueur Raymond.
Une faute sans trop de gravité car il prendra au final la seconde place.  Raymond lui, aura tenté la stratégie décalée : 4 arrêts. Et cela lui a très certainement permis de gagner. A part son premier arrêt qui l’a vu ressortir très loin (20°), il a été en tête de la course quand ce n’était pas A. Panis. Et le décalage des arrêts lui permettait de revenir à chaque fois. Et il a poussé son adversaire du jour à la faute, un virage pris un peu trop large, pour le dépasser et aller gagner !
Sur la 3° marche du podium, on retrouve encore une GIP. Cette équipe semble faire un bon retour (en fin de saison malheureusement). Mais partie 16, Sylvie Bromasseur remonte lentement mais sûrement. Prenant même la tête quelques tours.
En 4° position, la seconde Tek, celle de Beauclé, parti avec une stratégie classique. Une bonne course, pas extraordinaire, mais bien gérée, qui lui permet de prendre la médaille en chocolat.
Pour fermer le TOP 5, Berger et sa HFT. 6° au départ, 5° à la fin. Bien. Mais on remercie surtout CMO et son monumental raté ! La stratégie très surprenante aurait pu, aurait dû fonctionner : rechausser des pneus rouges pour finir la course, rouler plus vite que les autres. Mais voilà…. S. Panis alors qu’elle revenait sur Beauclé a dû faire un arrêt impromptu, car elle n’avait plus d’essence. Offrant ainsi la 5° place à Berger. Et foirant totalement sa fin de course…. Elle finira hors des points, 11° !
Laissant passer et prendre des points importants : Roland Culé (BEE,6°), A. Bernard (IRP, 7°), Wermink (GIP, 8°), le vétéran Nissa toujours là (HFT, 9°) et O. Matik (BEE,10°)
Une fin de course pas épique mais presque !
Et dans tout ça, les VRT et les DOU n’arrivent toujours pas à prendre de points ! Ni le dernier arrivé WAR….
Et on a presque oublié les QOS, 27° et 28° ….
 
Coupe
La Finale, manche 3.
QOS – CMO : L’on pensait tous que QOS mettait en place une stratégie bizarre pour faire douter ses adversaires. Mais rien n’est allé sur cette course. Pas d’essais libres, une voiture en sur*-chauffe permanente qui n’a pu réaliser qu’un tour chronométré… Une course anonyme pour un résultat anonyme : 27° et 28°. Pendant ce temps, CMO restait en haut du classement, jouant la victoire. Même si une erreur de calcul a fait capoter la victoire et les points…. Elle a terminé LOIN devant QOS. Et réduit donc le score à 1-2 !
md-quotelink
medal 5572
122 days ago
S34 – Episode 19 : Brazil

352x400
 
Les essais libres se passent, sans excès, limite c’est d’un ennui…. Et ne voilà pas que quelques heures avant les essais de qualification, l’équipe TEF plie bagage, démone son stand et charge ses F1 dans les camions… Comme ça sans prévenir… Une équipe qui part. Pas menacée de relégation. Certes pas totalement sauvée, mais pas reléguée.
Plus, un message arrivera à la Direction de course, informant qu’il fallait un autre challenge pour cette équipe avec peut-être un plus de règles…
Donc, il ne reste plus que 15 équipes. VRT déjà presque sauvé par le départ de QOS et l’arrivée d’un nouveau concurrent, et clairement sauvé. A moins que DOU et WAR prennent des points.
Mais là, à ce moment, avant la course, DOU est aussi sauvé ! Seul WAR reste sous la ligne de relégation. Bien sûr tout peut changer si une de ses équipes prends des points…
Pour en revenir à la course, un nouveau club des 5 se démarque dans ce GP. On retrouvera ainsi sur la 1° ligne et pour la deuxième de sa jeune carrière en pole le pilote HFT Jules Bianchi. Il devance un autre rookie de BEE, Roland Culé, mais d’un rien 0.045 seconde !
Deuxième ligne pour MUS, avec Leroy, devant le vétéran Nissa (Nissa). Et pour conclure ce club des 5, l’autre pilote MUS, Michel réalise le 5° temps.
Derrière eux, les pilotes en pneus jaunes. A commencer par Simon, de MER, qui partage la 3° ligne avec Michel.
La 4° ligne est Rose : Wermink devant Bromasseur. La 5° ligne sera celle de Richard (MER) et Sigurdson (VRT).
La première QOS est 11° sur la grille, et elle devance la seconde VRT. VRT, qui ne marque pas de point, mais qui est toujours devant aux essais. Cette équipe devra repenser sa manière de gérer les courses. Et rapidement…
En parlant de rapidement, c’est Jules Bianchi qui est le plus rapide au départ. Il garde sa première place, mais le club des 5 se dispute la tête de course.  Finalement, Berger sera le dernier du club des 5 à passer par son stand. Sorti de là, il est 24°… L’écart n’est pas fait. Nous sommes au 15° tour.
Et à partir de là, 3 pilotes seulement vont se partager la tête de la course : Anthony Bernard, de QOS, Valentin Simon de MER et Sylvie Bromasseur de GIP.
Et Bernard ne va pas avoir la partie facile. Des trois, il est même celui qui restera le moins souvent en tête. Mais il y sera au bon moment, à la fin du dernier, quand le drapeau à damier s’abaisse…
Simon (MER) résistera tant bien que mal à Sylvie Bromasseur. GIP signe là son 3° podium d’affilé.
Derrière elle, Richard, sur l’autre MER ne pourra pas revenir. Il a dû batailler pour empêcher Wermink (GIP) de le dépasser. Elle avait déjà doublé Bonnet (QOS) et Raymond (TEK), mais elle butera sur Richard.
Leroy (CMO) et Beauclé (TEK) profitent d’un dernier relais court et plus léger pour se hisser en 8° et 9° place.
Plus aucun du club des 5 ne semble être là. Les MUS parties en 3 et 5 ont disparu dans les limbes du peloton (24 et 27). Seul Berger semble vouloir s’accrocher. Le Pole-man éjecté du TOP 10 à chaque passage au stand fait l’effort chaque fois pour revenir. A 3 tours de la fin, il était retombé à la 12° place. Mais il prendra l’avantage sur son coéquipier Nissa, à qui il cédera cette 12° place, et Sigurdson, de VRT, qui a longtemps cru ramener enfin un point pour son équipe, mais qui échoue encoure une fois à la 11° place….
Berger, 10°, sauve sa course.
 
Peu de temps après la fin de la course et la remise des trophées, une autre mauvaise nouvelle allait arriver : MUS décidait de d’abandonner. Comme ça, sans raison apparente. Et sans dire au revoir. Une fois les monoplace dans le camion, les garages vidés et nettoyés, ils sont partis, sans se retourner….
2 abandons le même jour, 3 arrêts en tout dans la même saison…. Ça faisait longtemps, et ce n’est jamais bon présage….
 
 
Coupe
La Finale, manche 4.
QOS – CMO : QOS gagne, alors peu importe le résultat de l’adversaire. 3° point, synonyme de victoire. Et de 4° coupe pour QOS.
md-quotelink
medal 5706
122 days ago
S34 – Episode 20 : Finalité de la chose…

452x500
 
Dernière course de la saison, sous une chaleur étouffante.
Et aussi 500° du vétéran Nissa. Oui, il prendra le 500° départ de carrière, le 273° dans l’International Star League ! Une longévité exceptionnelle, mais qui lui joue parfois des tours face aux « ptits jeunes qui ont les crocs » s’amusent-ils à répéter.
D’ailleurs, il va s’en apercevoir dès les essais qualificatifs. Il avait décidé de partir en pneus rouges, malgré la chaleur et les difficultés que rencontres les HFT lorsqu’il faut trop chaud. Mais il voulait assurer le show ! Mais Alain Panis de DOU s’en est mêler, en faisant la même choisissant de partir lui aussi en pneus rouges. Il signe d’ailleurs sa première pole en Elite.
Derrière eux, une autre jeunette pleine de promesses, la Hollandaise Volante, Mariska Wermink sur sa GIP. Elle devance Simon, de MER.
On continue sur cette grille de départ arc-en-ciel avec la troisième, d’où partiront Alexandre Bernard (IRP) et Roland Culé (BEE). Suivent Sarah Panis (CMO) et Okafor (VRT), puis Axelle Aer, sur l’autre GIP) et Richard sur l’autre MER.
Encore un peu de couleur ? 6° ligne : Anthony BERNARD (QOS) et Alain Proviste (PHE), devant AJ (PHE) et Beauclé (TEK). 11 équipe différentes… United Color cette grille de départ.
500° course dit aussi grande expérience. Et comme c’est la première de Panis (DOU) en pole, Nissa a assuré son départ, laissant son jeune adversaire prendre le large.
DOU profite de ce moment, tout le relais de Panis en tête. Nissa n’est pas trop loin derrière, mais juste assez pour éviter un impondérable. Et Panis rentre au stand à la fin du 7° tour, n’ayant pas finalement pas creuser l’écart avec Nissa ou le reste du troupeau. Et malheureusement pour lui, il ressort en 25° position, et ne parviendra plus jamais dans la course à rejoindre le TOP 10. Encore ce manque d’expérience pour ce jeune pilote, et cette jeune écurie qui finit sa première saison dans l’Elite.
Nissa lui s’arrêtera le tour suivant, toujours en seconde position. Wermink double Nissa aisément. Elle a gouté à la tête de la course au précédent GP et cela lui a donné des ailes ! Elle double Nissa aisément. Nissa, lui ressort 9°. Son équipe est mieux rôdée que celle de DOU.
Wermink, elle continue. Elle ne lâche rien et domine les débats. Jusqu’à son arrêt au 14° tour. Elle ressort 7° et va devoir remonter jusqu’à Simon (MER) qui ne s’est pas encore arrêté et a pris la tête de la course.
Au tour suivant, elle est 3°, avec les arrêts des uns et des autres. Il reste devant elle Bonnet, 2° sur sa QOS, et Simon, 1° avec sa MER.
Et quand ils s’arrêtent, Wermink reprend sa première place. Cette fin de saison est magnifique pour les GIP, avec 3 podiums sur les 3 dernière courses, une remontée au classement constructeur. Et puis peut-être une victoire ce soir, pour la Hollandaise Volante ?
Simon suit le rythme comme il peut. Bonnet semble avoir raté son second relais. Wermink pour son deuxième arrêt reste dans le coup : entrée 1°, sortie 4° ! Et forcément, elle retrouve la tête après les arrêts de tous les autres.
L’écart a cependant du mal à se créer sur cette course. Il y a souvent un écart de 10 secondes entre le 1° et le 12°. C’est à la fois énorme et peu. Car tout se joue pendant le ravitaillement.
Et pour son 3° arrêt, Wermink semble un peu moins bien. Elle sort 5°, mais loin de la tête.
Et pourtant, des stratégies trop décalées lui permettent de reprendre la tête. Et alors qu’elle semble filer vers son premier succès, une microseconde d’inattention lui a fait mordre un peu trop le vibreur et elle a perdu du temps. Juste assez pour que Simon arrive à revenir assez près pour ouvrir le DRS. Et la dépasser. Le manque d’expérience…
Simon place sa MER sur la plus haute marche du podium ! Inespéré. Son équipe aussi a bien travaillé pour finir en trombe la saison.
Wermink est donc 2°. Heureuse malgré tout. 4° podium en 4 courses pour les Roses.
A propos de podium, c’est Bonnet (QOS) qui monte sur la petite marche. Il a réussi, non sans mal, à se défaire de Richard, le coéquipier de Simon, et à la tenir derrière lui jusqu’à l’arrivée.
Et 5°, un autre jeune pilote aux dents longues : Roland Culé. Si BEE arrive à faire une belle monoplace la saison prochaine, ça va faire mal.
Nissa ne sera pas dans le TOP 10. Il le savait. Les HFT n’aiment pas la chaleur. Et même sa coéquipière partie de très loin (16°), ne fera pas mieux que lui. Il finira 18°, elle 21°.
Laissant la place devant aux équipes habituées aux points, mais aussi aux autres, comme PHE (qui a déjà pris des points) et VRT. D’ailleurs Okafor a longtemps était dans le TOP 10. Mais son dernier arrêt ne lui a pas permis de mieux faire. Elle finira 13° même. Derrière AJ et sa PHE.
Entre elles et le TOP 5, il y a un monde… PHE et VRT ont du mal à prendre les points. Surtout VRT, qui n’en a jamais marqué en Elite !!!!
Axelle Aer amène la 2° F rose dans les points, en 6° position. « Loin » derrière la BEE de Roland Culé, « loin » devant la QOS de Bernard, qui a dû batailler avec Leroy (CMO) et Matik (BEE). Il était même derrière Okafor et AJ avant de trouver l’ouverture et doubler tout le monde. Dans son sillage, il traine Lambert (TEK), qui finira 8°, juste devant Leroy et Matik, trop occupés à se doubler entre eux…
 
Coupe
La Finale, manche 5.
QOS – CMO : QOS n’a pas gagner ce GP. QOS a presque pris une leçon sur ce GP. Mais le score était déjà acquis dans cette opposition finale. Et QOS reste quand même devant CMO à la fin du GP…
Score final : QOS : 4 – CMO : 1
md-quotelink
medal 5572
122 days ago (Last edited by Jerry Nissa 122 days ago)
Bilan de la Saison 34 !

516x164

Elite
QOS a dominé toujours autant… Un peu moins nettement sur la dernière série, mais sur l’ensemble de la saison, il n’y a pas photo.
QOS remporte son 4° titre Constructeur, Bonnet son second titre Pilote.
Et en fin de saison, on a vu apparaître de nouvelles têtes. La relève est là, d’autant que notre vétéran vient de participer à son 500° Grand Prix de sa carrière !! Record !
800x635
 
Pro
CMR est le nouveau Champion. Titre acquis quelques courses avant le terme. Mais derrière, 2 équipes se battent pour la seconde place et l’accession ! SAR avait 11 points de retard sur ISL. Et la série commence bien pour SAR, puisque sur les 3 premier GP de la série, elle compte 2 victoires (1 pour CMR), et prend l’avantage sur ISL. Comptant jusqu’à 17 points d’avance ! Un premier avertissement intervient à l’avant-dernier GP, remporté par ISL. Mais les SAR, placées dans le TOP 10, « gèrent ».
Elle aborde le dernier GP de la saison en position de force, avec les 17 points d’avance au classement. Il n’y a qu’à gérer pour assurer la montée.
Mais ISL se bat jusqu’au bout et signe un incroyable doublé dans le dernier GP. Balayant d’un coup son retard. D’autant que sur cette course SAR n’a jamais été en mesure de contrer ISL.
Et Finalement, ISL qui comptait 17 pts de retard sur SAR finira devant elle avec 8 pts d’avance ! (501 x 493).
Un incroyable final !
 
Débutant
MFT était intouchable cette saison, établissant 4 nouveaux records :
·       Plus grand nombre de points pour une équipe : 780
·       Plus grand nombre de victoires sur la saison : 20
·       Plus grand nombre de points pour un pilote : 500
·       Plus grand nombre de victoires pour un pilote : 20
Jamais personne avant n’avait réalisé ce combo. Et il risque d’être unique !
Derrière ce double titre, les places d’honneur. Souvent COB a été à cette 2° place, pour l’accession.  Mais comme en Pro, le dernier GP a changé la donne. Et COB rate l’accession pour 2 malheureux petits points.
Elles étaient 3 équipes à se battre pour cette place… COB, SIR et SWT. Et elles ont marqué presque le même nombre de points : 22 pour SIR et SWT, 21 pour COB.
Le second pilote MFT navigant entre ces pilotes, il a joué les arbitres involontairement (mais surtout il n’arrivait pas à suivre son chef de file !)
 
Coupe :
Tour 1 :
800x322
Tour 2 :
800x202
Tour 3 :
800x142
Tour 4 :
800x142
 
QOS gagne son 4° trophée. « Son », car c’est la seule équipe à avoir gagner ce trophée !
Félicitations !

md-quotelink
medal 5572
121 days ago
Lancement de la saison 35 !

1111x820


Et bien sûr la Coupe du Monde !

1111x565


Et les Equipes et Pilotes engagés :

974x1419 500x1039
md-quotelink
medal 5572
120 days ago
S35 – Episode 1 : Lavage intégral !

700x490

Enfin de retour sur les pistes pour une nouvelle saison. Avec des nouvelles livrées, voire un nouveau nom, mais aussi 2 nouvelles équipes… Que certains regardent de travers car il s’agit de 2 équipes de développement qui ont réussi à terminer devant des équipes « plus huppées ». Et chaque entité sera gérée indépendamment. Pas de pitié dans la famille !
En cette première journée, le soleil bien que faiblard est présent. Tout semble se passer paisiblement, chacun réglant ses voitures. Pour ce premier GP de la saison, comme chaque fois, il y aura certainement des opportunités à saisir pour les « petites » équipes.  Et bien que QOS soit candidat comme chaque saison à sa propre succession, une surprise est si vite arrivée…
Presque toutes les équipes ont fait quelques tours, histoire de voir où en est le développement de la voiture. Presque. Car quand les dernières sortent pour le tour de lancement, un orage éclate. Sorti d’un peu nulle part il faut dire. Le temps s’est rapidement gâté. Donc, les voitures rentrent aux stands pour passer les pneus pluie. Oui, les pneus bleus. Et même si l’intensité de la pluie faiblit, elle est toujours présente. Il faut revoir les réglages, le circuit n’arrivant pas à évacuer suffisamment l’eau.
Le GP risque d’être mouvementé.  Enfin, si l’on arrive à le voir…
 
Du coup, avec ce sale temps, c’est Simon, de QOS, qui signe la première pole de la saison. Il devance Raymond, de TEK, de même pas un centième de seconde.
Lui-même a pris un millième d’avance sur son coéquipier Beauclé qui partira de la deuxième ligne. Juste devant la première HFT, celle de Tambay. La seconde HFT elle, ouvrira la 3° ligne : Nissa le vétéran, 42 ans au compteur est toujours là !  La rumeur dit que cette saison devrait être la dernière d’une carrière très riche passé au sein d’une seule écurie !
A ses côtés, le Finlandais Väinämö Mäkeläinen de l’équipe ISL, la petite sœur de HFT. Une belle place pour une équipe promue !
La 4° ligne est occupée par les BYG, Michel devançant Petit de 3 millièmes !
Cinquième ligne pour Okafor (VRT) et Panis (GRE, ex IRP). Suivent Panis de DOU et Sigurdson, sur l’autre VRT.
Les VRT sont encore là pour les qualifications, mais on s’interroge toujours sur la stratégie en course. Cette équipe peut être qualifiée de miraculée, car en 3 saisons de présence (c’est sa 4° saison qui débute ce soir), elle n’a jamais réussi à finir dans le TOP 10 ! On note aussi dans cette partie avant de la grille l’absence des GIP, très en forme en fin de saison dernière, des CMO, qui on ne sait pour quelle raison a décidé de partir en pneus intermédiaires verts (une enquête interne est en cours), et surtout la secondes QOS… Qui a raté ses qualifications en sortant de la piste (sans gravité).
Et que dire de TAZ, qui n’a pas reçu les pneus pluie !
Peut-être que ce GP sera très incertain…
En tout cas, Simon (QOS) prend un départ propre. Il ouvre la piste, donc, il a la meilleure visibilité. Derrière, Tambay lui emboîte le pas, et vient se caler dans ses échappements, prenant l’aspiration et diminuant mécaniquement la quantité d’eau reçue. C’est Raymond qui a fait les frais de ce départ en trombe (d’eau... hahaha…. Rire forcé). Le vétéran, lui, sait que la course avec cette faible visibilité sera longue, et que la moindre erreur se paiera cash. Son départ est prudent. Trop peut-être. Il va naviguer entre la 6° et la 8° place pendant de longs tours.
 
Tambay (HFT) va sonner l’entrée au stand de la première fournée de ravitaillement. Seules les CMO sont rentrées plus tôt pour passer de pneus verts aux pneus bleus, mieux adaptés !
Tambay, donc, rentre alors qu’elle est seconde, dans les échappements de Simon (QOS). Malgré un bon arrêt, elle sort en 24° position. Tristesse. Mais tous les autres vont aussi devoir s’arrêter. Ce qui fait que le TOP 10 après la première vague de ravitaillement est :
1/ Simon  - QOS
2/ Raymond – TEK
3/ Tambay – HFT
4/ Petit – BYG
5/ Perrot – CMR
6/ Panis – GRE
7/ Beauclé – TEK
8/ Nissa - HFT
9/ Michel – BYG
10/ Sigurdson - VRT
Perrot et sa CMR dans le TOP 10. Ils ont remplacé les autres promus. Et ils sont devant la grande sœur. GRE est toujours là, comme TEK, BYG et HFT. Et bien sûr, le pole man Simon, sur la seule QOS à l’avant de la course.
Les places changeront peu jusqu’à la seconde salve d’arrêts ravitaillement. Tambay, alors 4° ressortira 18°, Nissa, le tour suivant est alors lui-même 4° ressortira 10°, juste derrière sa coéquipière qui le double avant la sortie des stands !
Quand tous les autres ont aussi fait leur ravitaillement, Tambay et Nissa sont 4° et 5°. Cela faisait longtemps que les 2 n’avaient été aussi bien placés à mi-course.
Et c’est là qu’allait intervenir LE fait du GP. Le Team-Principal de QOS qui annonce le retrait de l’équipe, avouant une certaine lassitude.
Mais pensant qu’il prévenait juste les autres Managers, il n’avait pas remarque que son micro était resté ouvert, et toute son équipe était sous le choc. Encore plus que les managers de ses adversaires. A tel point que lorsque Simon s’arrêta pour son 3° arrêt, l’équipe lui a chaussé des pneus jaunes et bien lisses, rendant sa voiture inconduisible, et le forçant à un nouvel arrêt. Ce qui lui ôta toute chance de victoire. A lui et à son équipe, car Bonnet n’a jamais été à son avantage sur ce GP.
Devant, Raymond de Tek a su saisir cette opportunité : il prend alors la tête de la course, et ne la lâchera plus, pour signer la première victoire de la saison !
Derrière, Panis (GRE) s’accroche lui à la seconde place. Et jusqu’au bout il va résister au retour de Petit (BYG) puis à celui de Tambay (HFT) qui aura une fait très belle course et pris une belle 3° place. Petit 4°, le TOP 5 est complété par Beauclé, qui termine tranquillement sa course. Loin du 4° mais aussi loin du 6°, Nissa, qui préfère assurer et prendre les points plutôt que trop forcer et ne pas finir la course. Michel, sur le 2° BYG finira 7°.
Il n’y a toujours pas de CMO ni de QOS dans ce classement… Leur course a été… compliquée.
Et pour tout dire, elles ne seront pas dans le TOP 10. Non, la fin du TOP 10 sera le suivant :
10° Alain Proviste, de PHE : parti 21°, il aura fait sa course, sans pression. Il commence à avoir l’habitude du TOP 10.
9° Mariska Wermink, de GIP : la Hollandaise Volante n’est pas aussi rayonnante qu’en fin de saison dernière, mais elle aussi est partie de loin (18°), et a fait sa course.
8°…. Roulement de tambour……. Harald Sigurdson, de VRT. VRT marque enfin ses premiers points en Elite ! Il aura fallu attendre le début de la 4° saison à ce niveau ! Tout vient à temps à qui sait attendre ! Félicitations !
 
Ce fut finalement un GP très intéressant, avec une certaine dramaturgie, et un peu de suspens.
 Et ce suspens pourra-t-il se poursuivre jusqu’à la fin de la saison ?
Début de réponse dans l’épisode 2 : Bahreïn, séchage rapide !

825x322

Coupe
Premier tour, manche 1.
QOS – ISL : Malgré un premier GP intéressant de la part du promu, et malgré la boulette de QOS, Simon parvient quand même à terminer 14°. Soit 2 places de mieux de que Kristensen pour ISL. Point (de justesse) pour QOS : 1-0
 
HFT – VRT : Les Vikings ont enfin pris un point officiellement (enfin, même 4 du coup !). Et malgré tout, l’expérience des pilotes HFT a fait la différence. Point pour eux : HFT, 1-0.
 
TAZ – BYG : Sale temps pour les TAZ. Pas de pneus pluie pour cette course. Impossible donc d’espérer un quelconque résultat. Point logique pour BYG qui a très bien géré ! 0-1
 
WAR – CMO : WAR n’est pas à proprement parler un promu, mais c’est tout comme. Et l’on voit bien que l’équipe n’est pas encore au niveau. CMO, malgré un début de course foiré a redressé la barre. Et termine loin devant les WAR. 0-1
 
TEK – CMR : un autre » promu, et une autre première belle course. Et même si CMR finit devant la grande sœur CMO, c’est toujours derrière le vainqueur du GP, TEK. TEK, 1-0.
 
GRE – PHE : GRE… Changement de nom, changement de livrée, et une excellente 2° place finale. Et PHE n’a rien à redire. GRE, 1-0.
 
BEE – MER : 2 équipes qui ont fait une course anonyme. Pire ! une course quelconque !!! Mais la fougue de Roland Culé a laissé une BEE pas loin du TOP 100, tandis que les MER ont glissé lentement mais sûrement de ce TOP 10. Pour finir derrière BEE…. 0-1.
 
DOU – GIP : après les essais de qualification, DOU était 11° et 25°. GIP 18° et 19°. DOU aurait pu faire mieux. Mais Wermink est aller chercher le TOP 10 avec son cœur. Donnant de fait le premier point à GIP ! 0-1.
 
 
 
Dans les autres divisions :
 
Pro :
On attendait SAR pour ce premier GP. Au vu de la saison 34, c’est l’écurie favorite pour le titre.
Mais ce fut OFT. L’équipe Batave doit son succès à son jeune pilote Martijn Bont, qui signe ici sa première victoire en Pro.
Parti 2°, il a rpis la tête après son premier ravitaillement pour ne plus la lâcher.
Sur le podium avec lui, Hugo Moreau (KAR) et Harvey Green (SMR).
SAR n’a pas trouvé le bon réglage pour cette pluie australienne. Les pilotes seront néanmoins dans le TOP 10 (8° et 10°
 
Débutant :
Une catégorie toujours difficile à appréhender à cause d’un taux incroyablement élevé d’abandon. Mais on a l’impression que 2 des équipes qui jouaient l’accession la saison dernière semble partie pour être bien présentes.
Leurs pilotes sont aux 4 première places :
1/ Nakasone – COB
2/ Muller – SWT
3/ Petit – SWT
4/ Tambay – COB
Donc, en toute logique, COB et SWT devraient se disputer le titres cette saison.
Mais l’on espère aussi qu’elles ne seront pas les seules à jouer le jeu…
md-quotelink
medal 5572
119 days ago
S35 – Episode 2 : Séchage rapide

700x490
 
Après la fraîcheur et la lourde pluie australienne, l’ISL pose ses valises dans le désert Bahreïnien. Avec ses chaleurs étouffantes, presqu’insupportables. Si certaines équipes avaient ramené un peu d’eau d’Australie, elle s’est immédiatement et complètement évaporée…
Il ne devrait pas trop y avoir de surprise dans ce GP. Juste quelques illuminé(e)s qui voudront partir en pneus rouges. Mais sinon, c’est pneus jaunes à gogo. A la limite, on pourrait voir quelques pneus gris…
Et des illuminées, on en a eu. 2. Perrot de CMR, qui s’octroie ainsi sa première pole en Elite, et Tambay, de HFT. Les autres, en pneus jaunes (et encore une exception, Castelli de TAZ qui fait le 32° temps…).
Donc une première ligne très girly. Sur la 2° ligne, une seule équipe. Celles aux dents longues : QOS (Simon devant Bonnet). 3° ligne pour MER, qui semble choisir ses courses (Simon devant Richard).
Sur la 4° ligne, une VRT (Sigurdson) et une BYG (Michel). Sur la 5° ligne, l’inverse : une BYG (Petit) puis une VRT (Okafor).
Les TEK occuperont la 6° ligne. Devant les 2 GRE.
Et toujours pas de vétéran, de GIP, de BEE ou de… CMO…
CMO souffre en ce début de saison.
Extinction des feux. La température augment avec la chaleur des échappements. Perrot fait un très bon premier départ en pole. Dans son sillage, Tambay. Mais très vite cette dernière doit laisser de l’espace entre elle et Perrot afin de mieux faire respirer son moteur. Les HFT détestent cette chaleur.
Et pendant 5 tours, elles sont seules au monde. 5 tours. Jusqu’à l’arrêt de Perrot. Tambay traine encore un peu sur la piste. 2 tours de plus, avant de rentre ravitailler avec 7 sec d’avance sur les suiveurs. Quand elle ressort, par contre, c’est course fichue, ou presque. Elle est 21°. Inconcevable.
En tête on retrouve une QOS. Celle de Simon, parti de la 2° ligne. Il devance Richard (MER), Petit (BYG), Bernard (GRE) et Bonnet (QOS).
Les QOS, comme prévues, sont présentes à l’avant sur ce circuit, prêtes à tout pour gagner !
Au 18 tour, tout le monde a fait un arrêt. Tambay et sa HFT ont retrouvé la tête de la course. Presque par erreur. Mais elle précède Perrot de CMR (l’inverse du départ), Simon (QOS) qui a était un poil trop long aux stands, Richard (MER) et Bernard (GRE) toujours là.
Tambay devra s’arrêter à la fin du 21° tour. Perrot n’est déjà plus derrière elle. Elle ressort 13°, ce qui est bien mieux que son premier arrêt. Ala fin de ce relais, alors qu’elle est 3°, elle sort encore loin de la tête de course. Et au lieu de s’en tenir à la stratégie, de faire le plus possible avec ce train de pneus jaunes et remettre les pneus rouges pour finir, elle a insisté pour rentre plus tôt et remettre des pneus jaunes. Enorme erreur car elle n’est jamais revenue à l’avant. Son coéquipier lui a subi la course. Décidément, les HFT ferait mieux de déclarer forfait pour ce GP plutôt que faire une course aussi nulle…
La course justement…. 32° tour, et presque tout le monde a fait son second arrêt. Simon (MER) est en tête. Il a un peu d’avance sur la BYG de Petit. Richard, sur l’autre MER suit. L’autre Simon, celui de QOS est 4°. Et Tambay est encore là, mais pas pour longtemps, juste les quelques tours avant son arrêt.
On arrive alors à la 3° vague d’arrêts. Les pilotes en tête de la course s’échangent les places, au gré des attaques, du DRS, etc…. Et avec toutes les modifications que cela peut amener au classement.
50° des 57 tours. Maintenant, tout le monde a ravitaillé. Simon de QOS mène la danse. Dans ses rétros, Richard de MER. Bernard s’accroche pour GRE, mais il est assez loin. Simon de MER est d’ailleurs revenu sur lui, en compagnie de Bonnet (QOS). Le tour suivant, ils dépasseront Bernard.
Devant Richard (MER) et Simon (QOS) ne s’échangent pas que des politesses. Et ça durera jusqu’au dernier tour. Et par impatience, Simon de OQS prendra un virage un peu trop directement, devant freiner fort pour éviter le crash, il perdra de de précieuses secondes. Devant Richard s’échappe, derrière, l’autre Simon sur l’autre MER s’en réjouit : il finira 2° !
Simon et sa QOS monteront quand même sur le podium. Mais s’ils n’avaient pu le faire, ils auraient pu compter sur Bonnet qui finit derrière eux.
A la 5° place, on trouve une TEK. Une monoplace peu en vue pendant ce GP mais qui finit bien. Autres F1 peu en verve, ce sont les BEE et les CMO. Si Denis Chon, pour son premier GP est souvent resté dans le TOP 10, finissant 8°, CMO a fait une belle remontée ! Leroy a porté sa monoplace verte à la 7° place. Derrière la GRE de Bernard. Un tour de plus, et c’est Raymond de TEK qui finissait devant Leroy et Denis Chon. Mais la 9° place suffira à TEK. Comme la 10° suffira à GRE. Encore 2 pilotes dans le TOP 10.
Une belle fin de course, bien animée, et un nouvel adversaire pour QOS, qui aura fort à faire pour défendre ses titres cette saison. Et c’est tout ce qu’on veut : du spectacle !
 
Coupe
Premier tour, manche 2.
QOS – ISL : les ISL ont pris part à la course ? Ah…. Pas fait attention alors… Le point pour QOS alors, hein ! 2-0
 
HFT – VRT : Fort des premiers points jamais inscrits les Vikings même en difficulté sous cette chaleur ont résisté au mieux aux HFT. Terminant devant elles pour au moins une voiture. Suffisant pour marquer le point ! 1-1.
 
TAZ – BYG : TAZ a dû ramener son nuage noir d’Australie. Sauf si BYG est simplement meilleure. 2° point pour BYG.
 
WAR – CMO : WAR se traine. CMO aussi. Mais CMO a pu trouver le truc qui a poussé la monoplace devant. La R&D de WAR va devoir mettre les bouchées doubles ! 0-2.
 
TEK – CMR : longtemps devant grâce à Perrot, CMR s’est encore lentement éteinte. Tek a fait le chemin inverse, partout de la pénombre pour arriver dans la lumière. TEK, 2-0.
 
GRE – PHE : PHE n’a jamais été en mesure de faire quoique ce soit. GRE avec ses 2 pilotes dans le TOP 10, marque le point. 2-0.
 
BEE – MER : Superbe course de MER, qui s’offre un magnifique doublé. Même sans ce doublé, les BEE n’étaient pas en mesure de faire mieux que 8°, grâce au rookie Denis Chon. Egalisation à 1 partout.
 
DOU – GIP : DOU sur ce circuit, c’est comme HFT : à laisser au garage. Et GIP a été à peine mieux ce soir. Mais juste ce qu’il fallait pour prendre le 2° point.
 
 
 
Dans les autres divisions :
 
Pro :
Pas de confirmation de Batave sur ce GP, même si le 1° pilote Orange est 3°. C’est plutôt U-S-A ! U-S-A ! Jackson et SMR remporte leur 1° GP chez les Pros. Devant Richard de KAR.
Au classement, SMR est en tête avec 60 pts. Devant KAR, qui a aussi 60 pts. LA différence est faite sur la victoire de ce soir. OFT recule à la 3° place. SAR a marqué ses premiers points et se replace en 4° position !
Côté pilotes, Jackson prend la tête grâce à sa victoire. Il devance BONT (OFT), et Moreau (KAR)
 
Débutant :
Est-ce que COB est partie sur les mêmes bases que MFT la saison dernière ? 2 GP, 2 victoires, un seul vainqueur ! SWT s’accroche. Derrière, ça décroche.
COB devance SWT (la 3° équipe au classement est 137) et leurs pilotes sont aux 4 première places :
1/ Nakasone – COB
2/ Muller – SWT
3/ Petit – SWT
4/ Tambay – COB
 
md-quotelink
medal 5572
117 days ago
S35 – Episode 3 : China Tonight Show

860x600

Troisième course. Et de nouveau de la chaleur. Accompagnée de moiteur. Les monoplaces vont donc être encore mises à rude épreuve.
Et comme souvent dans ces conditions, certains pilotes vont tenter le départ en pneus rouges.
 
Pour le coup, c’est Sarah Panis de CMO qui a été la plus rapide. Elle devance le vétéran Nissa et sa HFT sur la 1° ligne. Et Marie PERROT de CMR sera la 3° en pneus rouges, et s’élancera de la 2° ligne. A ses côtés, Simon de QOS.
Sur la 3° ligne, Richard de MER et Bonnet sur l’autre QOS. La 4° est plus chamarrée, avec Pua de TAZ (enfin aux avant-postes au départ !) devant Petit de BYG. 5° ligne pour VRT (grâce à Sigurdson) et GRE (Bernard, 10° temps).
Un TOP 10 de départ hétéroclite. Avec une seule F1 pour CMO, HFT, BYG ou encore MER. On trouve bien les 2 QOS, mais pas de TEK !
GRE se place, et TAZ jouera-t-elle les trouble-fêtes ?
En tout, dès le départ, Panis fait chauffer la poudre. Elle s’éloigne de Perrot (CMR) et Nissa, les laissant au coude-à-coude. Perrot arrivera à prendre l’avantage un tour et demi en tout sur Nissa. Et elle sera la première à s’arrêter dès 6° tour. De 3°, elle se retourne dernière… Position qu’elle mettra quelques tours à améliorer, mais le classement final ne sera guère reluisant (29°)
Panis, elle mènera tout son premier relais. Avec Nissa pas trop loin derrière. Ils s’arrêteront ensemble après 8 tours. Et Nissa fera un meilleur ravitaillement, ressortant devant Panis (27 et 29). Mais Nissa a rechaussé des pneus rouges. Vu la position de sortie, il compte gagner des places en fonction de la stratégie des autres, s’ils utilisent une stratégie « classique ». Si bien qu’avant son second arrêt, il est revenu à la 10° place. Avec panis dans son sillage. Alors que lui s’arrête, elle continue. Et va reprendre la tête de la course. Nissa lui, ressort 20°. Mais trop loin en termes de temps. Il reviendra bien à la 12° place avant son 3° arrêt, mais sa monoplace ne supporte pas la chaleur et perd de la puissance. Il finira 21°.
Panis de son côté pousse sa CMO, avec des relais en pneus jaunes assez court et somme toute efficaces. Elle récupère régulièrement la tête de la course avant de céder face au futur vainqueur à 3 tours de la fin. Elle sera 2° après une très belle course.
Mais qui a bien pu la battre, tant sa voiture semblait très à l’aise sur ce circuit et sous cette chaleur ?
Le vainqueur, c’est Simon, qui signe la première victoire de QOS de la saison. Une victoire en forme de soulagement pour cette équipe qui n’avait pas gagné depuis 3 ou 4 GP. Le mariage de sa stratégie très basique et des étonnantes facilités de cette monoplace a permis cette victoire. Il est resté discret toute la course, se retrouvant en tête au gré des arrêts, et a porté l’estocade au bon moment. Panis n’a rien pu faire.
Derrière eux, la lutte a été intense. Berger, discret sur sa HFT mais connaissant sa faiblesse face à la chaleur a tenté de ménager sa monture. Il pensait même qu’il finirait sur le podium (il était 2° au 48° tour), mais à 3 tour de la fin, le manque de puissance de la monoplace lui a été presque fatal. Déjà dépassé par Panis et Richard (MER) qu’il a pu redoubler, il ne peut rien face à la double attaque de Richard (MER) qui reprend la 3° place et Roland Culé de BEE qui se place en 4° position. Il a beau résister jusqu’à l’avant-dernier tour, mais Simon et Richard (MER, 3° et 4°) l’ont déjà distancé, et Roland Culé (BEE, 5°), Bonnet (QOS, 6°) et même Petit (BYG, 7°) le dépasse dans les derniers hectomètres tant sa monoplace n’a plus de puissance. Un tour de plus, et Sylvie Bromasseur (GIP, 9°) et Bernard (GRE, 10°), voire Denis Chon (BEE, 11°) l’aurait à coup sûr dépassé !
Mais il sauve 2 pts pour HFT !
Un final haletant pour le TOP 10, dans lequel il manque toutefois les TEK (12° et 14°, la seconde CMO (Leroy, 15°), et on en a déjà parlé, Nissa sur la 2° HFT et Perrot (CMR), 3° temps des essais….
 
Coupe
Premier tour, manche 3.
QOS – ISL : Les bonnes habitudes ont la dent dures. QOS gagne (enfin à nouveau !), et ISL pleure ses illusions perdues avec le 3° donné à QOS…QOS qualifié (3-0).
 
HFT – VRT : Berger a fait le minimum vital pour HFT en restant dans les points. ET VRT n’a jamais été en mesure de se mêler à la lutte pour se TOP 10... Point logique pour HFT, qui reprend l’avantage 2-1.
 
TAZ – BYG : TAZ était pourtant bien parti avec un pilote devant sur la grille de départ. Mais à la fin, la course a fait que BYG a terminé dans les points. Pas TAZ. 3° point pour BYG qui se qualifie ! (3-0).
 
WAR – CMO : WAR se traine. CMO aussi. Mais CMO a pu trouver le truc qui a poussé la monoplace devant. La R&D de WAR va devoir mettre les bouchées doubles ! 0-2.
 
TEK – CMR : TEK hors du coup, CMR 3° temps aux essais qualificatifs…. CMR aurait mérité de prendre ce point. Mais l’expérience de TEK a fait la différence. Et lui octroie le droit de passer au tour suivant ! (3-0).
 
GRE – PHE : PHE n’a encore une fois pas été en mesure de faire quoique ce soit. Et comme GRE termine encore dans le TOP 10, le point lui revient. Pour la 3° fois. Qualification acquise 3-0 !
 
BEE – MER : La fougue et la jeunesse de Roland Culé et Denis Chon mettent les BEE en avant. Malheureusement, ils sont pénalisés par leur manque d’expérience face aux pilotes MER. Point pour MER, qui prend l’avantage dans la partie (2-1).
 
DOU – GIP : DOU est toujours à la recherche de points. Et les monoplaces roses se comportent de mieux en mieux. GIP accroche un nouveau point, le 3°. Qualification pour le tour suivant : (0-3).
 
Les qualifiés : QOS, BYG, CMO, TEK, GRE et GIP
 
 
Dans les autres divisions :
 
Pro :
3° GP et 3° vainqueur. Mais un vainqueur de taille : Mercier pour SAR, qui retrouve enfin une voiture efficace !
Et une autre équipe mettre les « crocs » : KAR marque aussi des gros points, affirmant sa présence en haut du classement Constructeur !
 
Débutant :
Une nouvelle saison monotone pour le titre ? COB gagne une nouvelle fois. Nakasone toujours lui. SWT semble la seule en mesure de mettre COB en difficulté.
 
 
md-quotelink
medal 5706
116 days ago
S35 – Episode 4 : Viva España

860x600
 
Encore une course sous une bonne chaleur bien étouffante. Le circuit de Catalogne comme on l’aime….
Tout ça pour dire que certaines écuries s’en sortent mieux quand il fait moins chaud… Et on trouve toujours des adeptes du départ en pneus rouges. Pour le coup, il s’agit des 2 CMO et d’une HFT. Une lutte à trois pour ce trio infernal qui se solde par une première ligne verte, Leroy étant venu à bout de sa camarade Panis. Le duo a repoussé l’autrichien Berger sur la 2° ligne. Ils devancent les 2 QOS (Simon– Bonnet), en embuscade pour jouer un mauvais tour (ou plus simplement : gagner la course), les 2 TEK (Raymond-Beauclé), 1 MER (Simon).
Sur la 5° ligne, on a les 2 GRE (Panis devant Bernard), puis les 2 BEE (Culé-Chon), les 2 ISL (Kristensen – Mäkeläinen). Pas de 2° HFT, pas de GIP, pas de BYG…
A l’extinction des feux, les monoplaces en pneus rouges s’imposent. Surtout les vertes. Pendant 8 tours, l’une ou l’autre reste en tête. Et même si Berger essais de les dépasser, il ne prendra pas la tête.
Et quand le trio s’arrête, il est dépassé par tout le peloton, ou presque. Panis est la première à changer de pneumatiques. Elle chausse des pneus jaunes. De 1°, elle sort 17°. Leroy qui a récupéré la tête de course s’arrêtera un tour plus tard comme Berger. Si Leroy sort 18°, Berger lui se retrouve 25°. Les chances de victoires se sont réduites. Et n’est pas QOS qui veut : tout le monde ne peut pas user et abuser de ses pneus et gagner à la fin comme le f(ais)ait QOS !
Et pourtant, c’est bien Bonnet, sur une QOS qui récupère la tête. Mais les QOS ne sera pas aussi rayonnantes qu’à l’habitude dès qu’elles récupèrent la tête de course. Et comme il y a très peu d’écart entre chaque pilote, c’est une belle lutte qui s’est engagée. Et il faudra attendre 19 – 20 tours avant de voir les arrêts. Dans ce laps de temps, en tête, il y aura eu Bonnet (QOS), Panis (GRE), Chon (BEE), Raymond (TEK) et Beauclé (TEK).
Si certains ont pu s’étonner de la longévité des pneus rouges, on pourra analyser plus à froid celle des pneus jaunes, sur une piste plus abrasive que celle du Brésil….
Bref, Bonnet et QOS ne dominent pas autant qu’ils le voudraient ou le devraient. Panis et sa verte CMO reprennent la tête, relayées par Leroy. Mais ils doivent à nouveau s’arrêter. Berger, bien revenu aussi, fait de même. Mais il a la folie de remettre des pneus rouges pour un relais nerveux. Et surtout inutile. Sorti 17°, il retourne au stand 12°, ayant réellement hypothéqué ses chances de victoire. D’autant que son vétéran de coéquipier se débat avec sa monoplace (meilleur classement en course : 14°, classement final : 15°).
Tout au long de la course, les leaders changent. Et Les CMO reprennent la tête de la course lors des arrêts des autres.
Au 60° tour, il y a encore seulement 6.2 secondes environ d’écart entre le leader Bonent (QOS) et Wermink (GIP), 12°. Et si Bonnet finit le tour en tête, c’est parce que le leader Leroy (CMO) doit s’arrêter une nouvelle (et dernière) fois. Il sera classé 2° au final de ce tour. Mais Beauclé (TEK) et déjà là. Raymond (TEK) reste en embuscade, avant de devoir gérer les Simon (un chez Mer, l’autre chez QOS… Ou est-ce l’inverse ?). Et les suiveurs ne sont pas loin non plus : Petit (BYG), Culé (BEE), panis (GRE), Richard (MER), Chon (BEE) et Wermink (GIP).
Leroy sort des stands pour finir les 6 derniers tours à fond en pneus rouges. Mais il est 14°. Et ne finira que 12°, après avoir dépassé Berger (HFT) et sa coéquipière Panis.
Au tour suivant, Chon (BEE) fait son retour dans le TOP 10 avec l’arrêt de Leroy. Devant Beauclé a pris l’avantage sur Bonnet en tête.
Puis Bonnet va reprendre l’avantage et Beauclé va se retrouver 5°. Moins de 7 secondes d’écart entre les 10 premiers à la fin du 64° tour.
Les 2 derniers tours vont faire des dégâts. Bonnet devance les Simon, Beauclé et Raymond (TEK), Petit (BYG), Culé (BEE), Richard (MER), Chon (BEE) et Panis (GRE).
Dans le dernier tour, Culé prendra le dessus sur Petit. Seule modification dans la fin du TOP 10.
Le TOP 5, lui va se jouer jusqu’au bout ! Les TEK ont choisi le dernier tour pour tout donner sur leur F1. Et ils dépassent leurs adversaires. Raymond passera la moustache de sa monoplace juste devant celle de Beauclé. Limite une photo finish !
Les QOS ne peuvent plus suivre. Et elles seront dépassé par la MER de Simon.
Une incroyable fin ! Avec une belle victoire de Raymond, 5° à l’avant-dernier tour ! Pilote.
 
Coupe
Premier tour, manche 4.
QOS – ISL : Où sont les ISL ? 4° point pour les QOS, 4*-0.
 
HFT – VRT : Pas une grande course des HFT, mais bien meilleure que celle des VRT. Suffisant pour récolter le troisième point, et accéder au tour suivant. 3-1.
 
TAZ – BYG : Course sérieuse d’au moins un pilote : Petit, pour BYG. Donc point pour BYG :4-0.
 
WAR – CMO : Même si « heureusement qu’il n’y a pas de points », CMO est meilleure que WAR. 4-0.
 
TEK – CMR : La victoire pour TEK. LE doublé même. CMR a été insignifiante sur cette course. Dommage. 4-0.
 
GRE – PHE : encore un point grapillé grâce à Panis. Donc un 4° point pour GRE. Sur 5 possibles…
 
BEE – MER : MER accroche son 3° point et sa qualification. Si les 4 pilotes sont dans le TOP 10 de la course, le Podium de Simon fait la différence. MER 3-1.
 
DOU – GIP : Hors des points. Mais Wermink 11° donne le point de la manche à GIP. 4-0.
 
Les qualifiés : QOS, BYG, CMO, TEK, GRE, GIP, HFT et MER
 
 
Dans les autres divisions :
 
Pro :
Seconde victoire pour Mercier et SAR qui confirment leur retour ! KAR assure (2° et 3°) et reste en lice pour l’accession. OFT et SMR marque (déjà) le pas.
 
Débutant :
Nakasone signe sa 4° victoire en 4 GP cette saison. Un adepte de GURDJIEFF ?
 
 
md-quotelink
medal 5572
116 days ago
S35 – Episode 5 : Is there any Superhero to restore Hope at Glam-City ?

860x600

Le plus beau circuit de la saison. Pas simple à appréhender en début de saison avec des F1 en cours de développement.
Bref, un circuit où la place de départ est primordiale !
Et donc, les QOS se donnent encore plus que les autres, les pilotes conduisant à la limite à chaque tour. Et ça paye : Simon réalise le meilleur temps !
A ses côtés, un autre Simon, d’une autre écurie, MER.
Simon et Simon. On dirait un remake d’une série de détectives privés sortie de la fin des années 70 – début des années 80 !
Les Simon devancent non pas Garfunkel, mais Sigurdson et sa VRT, excellent 3° temps. Il se place juste devant la seconde QOS, celle de Bonnet.
Arrivent en 5° Richard (MER), les TEK (Raymond 6, Beauclé 7) les BYG (Petit devant Michel), les HFT (Bianchi puis Nissa) et enfin Moreau, de DOU (sa meilleure qualification). Mais pas de CMO, pas de GRE, qui elles semblent marqué le pas.
Bon, on ne va pas faire de mystère plus longtemps, ce n’est pas une nouvelle victoire de… TEK…. Non, pas de 2° victoire consécutive. Mais ce GP n’a pas non plus été des plus animé. Était-ce dû à la chaleur ?
Quoiqu’il en soit, le départ est donné et les Simon reste 1 et 2. Peu de modifications du classement dans ces premiers hectomètres de courses. Juste Nissa, qui chipe la 9° place de Petit (BYG), alors que son jeune coéquipier lui perd 4 places…
Les premiers arrêts se font entre le 14° et le 17° tour. Ce qui permet à Nissa et Bianchi de monter dans la hiérarchie du TOP 10 (2 et 4), avant de s’arrêter à leur tour. Une stratégie un peu en décalé qui semble fonctionner, mais qui va montrer ses limites. Les pneus étant usés quasiment jusqu’à la jante, les pertes d’adhérence et de vitesse sont énormes. Et ne permettent plus de lutter correctement.
Alors Simon et Simon qui ont roulé ensemble tout le GP franchissent la ligne mais comme à la parade.
La QOS devançant la MER. Et heureusement qu’il n’y avait pas plus de tour, sinon, Beauclé, 3° du GP aurait fini par chiper la 2° place à Simon de MER. Il avait aussi auparavant pris soin de mettre de l’espace entre lui et ses poursuivants. Bonnet (QOS) devancera Richard (MER). Raymond (TEK) se place 6°. 6 places, 3 écuries ! Domination.
En 7° position, Leroy de CMO. Il a dû pousser sa monoplace rapidement afin d’intégrer le TOP10. Et bien lui a pris. Il a finalement pris l’ascendant sur ceux qui termineront derrière lui dans le dernier tier de la course. Justement derrière lui, ce n’est pas sa coéquipière, mais Petit de BYG. Panis, elle sera 9, après avoir profité d’une hésitation du vétéran dans le dépassement de Michel. Nissa 10, Michel 11. Hors des points comme Bianchi décidément bien trop tendre. Et on a l’impression qu’il a du mal en permanence.
Moreau, heureux 12° sur la grille termine 13. Un double record individuel !
 
 
Coupe
Premier tour, manche 5 (celle qui compte « pour du beurre »)
QOS – ISL : ISL, ça roule ça ? QOS, 5-0.
 
HFT – VRT : Rien à ajouter. On a vu les HFT, pas les VRT. 4-1.
 
TAZ – BYG : Stratégie bizarre de TAZ, qui perd. Encore. BYG, 5-0.
 
WAR – CMO : *soupirs* CMO, 5-0.
 
TEK – CMR : Tek est bien meilleure que CMR. 5-0.
 
GRE – PHE : 5/5 points pour GRE. PH semble incapable de performer cette saison.
 
BEE – MER : Simon (non, l’autre…) 2° au départ, 2° à l’arrivée. 4° point pour MER. Ce n’est pas BEE in, c’est BEE out ! (1-4)
 
DOU – GIP : le double record personnel de Moreau offre le point de la 5° manche à DOU. Une petite victoire. DOU 1 – GIP 4.
 
 
Dans les autres divisions :
 
Pro :
Nouveau vainqueur de GP : Martin, mais 3° succès de rang pour SAR ; qui s’offre un doublé à Monaco !
KAR assure encore, 3° et 4° !
 
Débutant :
On pourrait dire que les saisons se suivent et se ressemblent…Nakasone signe un joli 5 sur 5. Comme le précédent champion. Un signe ?
 
 
md-quotelink
medal 5572
111 days ago
S35 – Episode 6 : Kisses from Baku

860x600

Baku... C’est fini les départs des navettes spatiales…. Il ne reste que les formules 1. Et pour une fois, un challenger partira de la place étiquetée « 1 » ! Il s’agit de Sigudrson. Pour la première fois de la saison, et la quatrième fois de sa carrière en Elite, il réalise le meilleur temps aux essais !
Et ce n’est pas tout. Sa coéquipière partir juste derrière lui, créditée du 3° meilleur temps. Entre eux, la TEK de Raymond. Et derrière lui, sur la 2° ligne, la GRE de Panis.
Troisième ligne pour Roland Culé (BEE) et AJ (PHE), juste devant Alain Proviste (PHE) et Tambay (HFT). Fin de ce TOP 10 de départ avec Axelle Aer (GIP) et Leroy (CMO).
Et CE TOP 10 partira en pneus rouges ! Va-t-il aller au bout ? Rien n’est moins sûr…
D’autant que juste derrière eux on retrouve les 2 MER et les 2 QOS en alternance : Simon (MER) & Simon (QOS), Richard (MER), Bonnet (QOS).
Et pour une fois, Sigurdson a pris un excellent départ ! Il fera tout son premier relais en tête ! Même s’il ne devancera pas les autres de beaucoup, il aura au moins eu ce mérite. Et d’ailleurs, même il aura globalement fait une bonne course, avec les moyens limités de son équipe. Sorti 17° des stands, il remontera jusqu’à la 2° place vers la fin de son second relais. Une place moins bien à l’entrée, une place moins bien à la sortie ! Et par conséquent un relais plus compliqué. Il atteindra la 6° place juste avant son arrêt, mais cette course se déroule par paquet de monoplaces. Il ressortira de son ultime arrête à la 20° position. Et ne pourra malheureusement pas revenir dans le TOP 10. Il finira à une belle mais décevante 14° place.
Sa coéquipière quant à elle a nettement moins bien roulé ! Même si elle est passée en 2° position avant de s’arrêter, elle sortira 26°. Et malgré avoir tirer le maximum de sa voiture, elle ne reviendra que 4° trop peu de temps avant son second arrêt. A la sortie, une nouvelle fois très loin, elle ne reverra qu’un fois la 10° place, avant de sombrer, avec une mécanique moins performante, et en surchauffe. Le dernier arrêt la repousse encore plus loin dans cette course par paquet. Une 20° place. Impossible de faire mieux…
Les autres par contre s’en sont donnés à cœur joie ! Une fois que Roland Culé (BEE),  Panis (GRE), et AJ (PHE) s’arrêtent. Raymond (TEK), prend la tête, devant Leroy (CMO). Ils sont toujours en pneus rouges !
Et quand ils s’arrêtent, Beauclé, 3° sur TEK prend la tête ! TEK est toujours devant ! Devant la GIP de Wermink et les MER. Bernard et sa GRE complète ce curieux TOP 5.
La fenêtre de ravitaillement va s’ouvrir : Beauclé (TEK, 1°), Richard (MER, 2°), Wermink (GIP, 3°), Bernard (GRE, 5°) s’arrêtent ! Bonnet (QOS, 6°), continue, pendant que Bernard (GRE, 7°), Panis (CMO, 8°), Denis Chon (BEE, 9°) et Nissa (HFT,10°) vont ravitailler…
Un gros chamboulement ! 1-Simon (MER), 2- Bonnet (QOS), 3-Petit (BYG), 4-Raymond (TEK). Et seul ce dernier a déjà ravitaillé ! Et le seul à s’arrêter, c’est Petit (BYG). Les monoplaces vont finir sur les jantes. Mais le tour suivant, les derniers à ne pas encore avoir changé de pneus rentrent aux stands ! Raymond retrouve la tête du GP, devant Denis Chon (BEE) et Sigurdson (VRT).

Et toute la course va être serrée ainsi, car de petits écarts se creusent, juste suffisant pour que chaque groupe de monoplaces ne puissent pas revenir trop vite sur le précédent.
A 10 tours de la fin, Bonnet et Raymond rentrent une nouvelle (et dernière fois) aux stands. Simon (MER), 3° leur emboite le pas. Ils ont moins de 20 secondes d’avance sur Simon, celui de QOS. Et fort logiquement, celui-ci prend la tête, avec dans son sillage Bernard (GRE) et Culé (BEE), qui sont toujours restés aux avant-postes, prenant aussi régulièrement la tête de la course.
Mais Bonnet sort des stands immédiatement dans leurs gaz d’échappements, prêt à bondir au DRS. Sans succès avec ses pneus pas encore à température. Derrière Richard (MER) pousse sa F1 pour revenir. Il booste tant sa voiture, même dans la zone DRS, qu’il recolle.
Devant, Bonnet s’est débarrassé de Bernard et Culé, mais au tour suivant, il a un client de plus avec Richard. Et ils se retrouve 5°.
Simon a alors suffisamment d’avance pour gérer la fin de course, alors que derrière, c’est l’empoignade pour la seconde place.
Ça boost tant et plus, zone de DRS ou pas. MER double QOS, qui le redouble puis se fait re-re-doubler…Une fin de course pour le moins curieuse. Simon de QOS remporte la course, mais le second ne sera pas Bonnet, son coéquipier (il est 3°) … Le second est Richard de MER.
Quatrième et bien récompensé de ses efforts, Roland Culé (BEE) juste devant Bernard (GRE), 2 des animateurs de cette course. Simon (MER), Panis (GRE), Raymond (TEK), Tambay (HFT) et Beauclé (TEK) complètent le TOP 10 !
Du TOP 10 de départ : Roland Culé (5°->4°), Raymond (2°->8°), Tambay (8°->8°).

Coupe
Second tour, manche 1.

QOS – HFT : Belle course des « vieux » chez HFT, mais il faut faire mieux pour contrecarrer la course d’équipes de QOS. Point pour QOS, 1-0.

BYG – CMO : Malgré un bon départ, la course n’a pas été à la hauteur des attentes de BYG. CMO a fait sa petite course, bien loin de ses performances habituelles malheureusement.  Mais suffisant pour être devant à la fin. Le point à CMO ! 0-1.

TEK – GRE : Jusqu’à la saison dernière, TEK aurait invariablement pris le dessus sur GRE. Mais depuis quelques temps, GRE va mieux. Beaucoup mieux. Au point de placer ses 2 pilotes dans le TOP 10 devant les pilotes TEK. Point pour GRE.

MER – GIP : Depuis le départ de De Laurenti l’équipe n’est bizarrement et malheureusement plus aussi performante. Pourtant avec la Hollandaise Volante, la relève est là. Mais peut-être encore un peu tendre…. Point pour MER et son boost d’équipe.


Dans les autres divisions :

Pro :
Moreau de KAR assure. Dans tous les sens du terme. Victoire et leader au classement Constructeur ! Martin (SAR) et Bennett (SMR) complètent le podium. Dans le même ordre que le classement.

Débutant :
Nakasone et COB signe un 6° succès consécutif. L’avance sur SWT s’accroit. L’écart avec les autres est un gouffre.


md-quotelink
medal 5706
111 days ago
S35 – Episode 7 : Next Step : Canada !

860x600

Un peu de sirop d’érable... Un pancake... Et une température un peu plus chaude que la moyenne.
Et pas mal de pilotes vont tenter le départ en pneus rouges, histoires de donner à leurs équipes différentes stratégies...
Le premier de liste (l’auteur de la pole, oui), c’est Berger sur sa HFT. Il devance les 2 TEK (Raymond x Beauclé) qui réalisent une très bonne saison. Quatrième temps pour Panis sur sa GRA.
Cinquième ligne pour les rookies Roland Culé (BEE) et Wermink, la Hollandaise Volante de GIP.
Derrière eux, la seconde GIP, d’Axelle Aer, et la CMO de Leroy. Le vétéran part aussi en pneus rouges et réalise le 9° temps, devant AJ de PHE. Sur la 6° ligne, Perrot de CMR er Mäkeläinen d’ISL complètent la liste des pilotes en pneus rouges. 12 pilotes sur 32... Un GP qui risque d’être incertain...
Derrière tous ces pilotes, les 2 BYG, premières monoplaces en pneus jaunes. Puis les 2 MER et les 2 QOS, mélangées...
Et avec tous ces pilotes en pneus rouges, personne ne se détache vraiment. Le peloton s’étire, mais chacun reste à portée du DRS. Il faudra attendre les ravitaillements pour voir les choses bouger.
Berger, Raymond, Culé se partagent la tête de course avant les arrêts. La première salve à la fin du 8° tour, laissant Berger et les 2 pilotes TEK seuls en pneus rouges, avec presque 9 secondes d’avance, mais devant s’arrêter. 2 tours plus tard... Derrière eux, Simon (QOS) et Simon (MER), Richard (MER), Bernard (BYG), Bonnet (QOS, Petit (BYG) et Okafor (VRT).
Berger et Raymond s’arrêtent, laissant Beauclé seul en tête. Et Berger ressort 9°, un fait remarquable chez HFT, juste devant Okafor. Raymond lui, sort juste derrière elle !
Fin du 15° tour. Simon (QOS) et Richard (MER), qui menaient la course avec leurs coéquipiers s’arrêtent. Simon (MER) et Bonnet (QOS) prennent la tête pour un tour. Il semble que tous les pilotes se dirigent vers une stratégie à 4 arrêts. Bernard (GRE) mène alors. Il ne s’est pas encore arrêté.  Comme ses 2 poursuivants, Okafor (VRT) et Bernard (BYG). S’arrêteront-ils au prochain tour ou ont-ils choisis de ne s’arrêter que 3 fois ?
Fin du 17° tour, Bernard (GRE) entre dans les stands, suivi d’Okafor (VRT). Berger (HFT) revenu en 3° position va récupérer la tête de la course. Collé au train par les TEK. Bernard (BYG) et Denis Chon (BEE) entrent à leur tour aux stands.  Les ravitaillants du moment plus les quelques qui ne l’ont pas encore fait sont clairement sur la stratégie à 3 arrêts. Mais sera-ce la bonne stratégie pour ce GP ?
D’autant plus que les 3 devants (Beauclé et Raymond de Tek, Berger de HFT) semblent seuls au monde est loin des autres.... Ils sont rapides, donc, leur F1 est légère : stratégie à 4 arrêts.
Jusqu’au 26° tours, c’est LE tiercé de la course. Jusqu’à l’arrêt de Berger.
Derrière les TEK, un peu de mouvements. Wermink et sa F1 rose est 3°. Elle devance Simon (MER), Bonnet (QOS), Richard (MER), Culé (BEE), Simon (QOS), Panis (GRE), Leroy (CMO). Mais elle est déjà à 11 secondes des leaders.
Un bel avantage mais insuffisant. Raymond s’arrête avant son coéquipier et voit fondre les poursuivants sur lui. Il ressort 10°, en manquant de peu de se mettre hors-jeu avec Berger. Une sortie limite. C’était viril mais correct.
Devant Beauclé a toujours son avance sur Wermink et les poursuivants. Quand il s’arrête, même sanction que son coéquipier. Le troupeau de poursuivants passe. Même son coéquipier, collé par Berger bien revenu sur lui grâce ou à cause d’un retardataire...
Le reste de la course va ainsi alterner les leaders en fonctions des arrêts. Et très souvent, les leaders pilotent une QOS ou une MER, ou encore une TEK.
Et comme souvent, le dernier ravitaillent sera révélateur du classement final.
46° tour : Bonnet (QOS) et Simon (MER) entrent aux stands. Presque 12 secondes d’avance sur le 3°, Raymond (TEK). Mais ce dernier entre dans la zone de DRS collé par Berger qui le dépasse aisément. Berger retrouve la tête de la course, avec dans son sillage les 2 TEK et Simon (QOS).
Et il va mener jusqu’à son arrêt au 54° tour, marquant le début de la dernière salve d’arrêts pour les pilotes avec une stratégie à 4 arrêts.
Le peu d’avance qu’il avait fond plus vite que la neige au soleil. Simon et Bonnet (QOS) prennent la tête, devant Raymond et Beauclé (TEK). A peine plus loin derrière, les 2 MER (Richard x Simon), puis le vétéran Nissa, Bernard sur sa GRE qui doit faire son 3° arrêt et Leroy (CMO).
Ces 3 derniers sont suffisamment loin de Berger. Ce qui lui permet de ressortir de Leroy et Bernard. Nissa s’arrête à son tour.
Devant, QOS mène encore est toujours. Raymond, 3° et incapable de dépasser les QOS même avec le DRS décide de s’arrêter pour mettre des gommes neuves. Il est remplacé sur le podium provisoire par son partenaire.
Fin du 59° tour. Bonnet rentre aux stands. Simon prend la tête. QOS est bien là !
Les 2 MER suivent tant bien que mal. Berger et sa HFT s’accrochent à la 5° place, mais les 2 TEK font le forcing pour revenir.
La sortie des stands permet cependant à Bonnet de ressortir devant les 2 TEK qui ont dépassées Berger (il est 7° maintenant). Bonnet sort donc des stands en 3° position. Incroyable ! Son coéquipier doit encore s’arrêter. Tout comme Simon de MER. Bonnet viendrait-il de s’ouvrir la voie royale de la victoire ? Et bien.... Pas encore.... Simon et Simon s’arrêtent ensemble, et tous les pilotes reviennent très vite. Mais la sortie des stands les renvoie DEVANT Bonnet. Du moins, Simon de QOS. ET il espère que son homonyme sera « bloqué » par son coéquipier.
Début du 66° tour. Il reste 5 tours. La victoire va se disputer entre les pilotes QOS et MER. Ils ont repoussé les TEK à plus de 3 secondes en roulant en équipe. C’est l’impression qu’ils donnent de l’extérieur : une union pour repousser les autres avant la bataille finale !
Une explication qui sera magnifique et verra les Simon s’échanger la tête de la course jusqu’au drapeau à damiers. Beauclé, lui pousse sa monoplace au maximum de ses possibilités pour rejoindre le quatuor de tête. Il y parvient juste avant la zone de DRS, se donnant une chance de podium. Richard, lui booste sa voiture aussi juste avant la zone de DRS, laissant sur place la HFT de Berger qui semble montrer quelques limites.
Beauclé lui semble bien parti pour gagner son pari de la dernière chance. Sa voiture a plutôt bien supporté d’être malmenée et avant la dernière zone de DRS, il se retrouve 3°. Mais les 2 devants boostent leur monoplace. Simon (QOS) va battre Simon (QOS). Beauclé et sa TEK résisteront jusqu’au bout à Bonnet (QOS). Richard (MER) et Raymond (TEK) trop longs des premiers, trop loin l’un de l’autre, et en avancent sur le suivant finiront tranquillement 5 et 6.
Berger prendra une belle 7° place, devant Bernard (GRE), Leroy (CMO) et Panis (GRE).
A noter que dans ce TOP 10, les pilotes GRE ont été les seuls à avoir utiliser une stratégie à 3 arrêts...


Coupe
Second tour, manche 2.
QOS – HFT : Malgré Berger, HFT n’a pu maitriser mieux ce GP et laisse échapper la victoire à QOS. 2° point pour QOS.

BYG – CMO : Stratégie bizarre de BYG et surtout un dernier arrêt trop tardif qui a sorti ses pilotes du TOP 10 et laissé passer Leroy devant eux. Point pour CMO.

TEK – GRE : La grosse course de TEK est mal récompensée dans ce GP. Une 3° place qui aurait pu être une 1°. Mais Pour la Coupe, c’est suffisant pour égaliser !

MER – GIP : Les voiture ont été peu en vue pour ce GP. Seule Wermink a tenté de surnager, se portant dans le TOP de la course avant de disparaitre. Et MER a fait une fin de course de folie. Bilan ? Point pour MER



Dans les autres divisions :

Pro :
Seconde victoire consécutive pour Moreau de KAR, qui confort leurs premières places aux classements généraux. SAR joue placée (2 et 3), tout comme SMR (5 et 6) qui s’accroche à sa 3° place au classement constructeur.

Débutant :
Coup de tonnerre ici sur le Circuit Gilles-Villeneuve ! Nakasone n’a pas gagné sa 7° course consécutive ! Il a été battu par Müller de SWT qui a mieux géré les caprices de la piste.
Aux classements rien ne change. Nakasone et Cob sont toujours devant SWT.

md-quotelink
medal 5572
111 days ago
S35 – Episode 8 : Home Sweet Home

860x600

On a beau s’appeler « International Star League », on n’en reste pas moins Français ! Et ce GP a toujours une saveur particulière.
Et un peu une odeur aussi, vu la température et la moiteur....
Bref, on ne devrait pas trop s’embêter mais on ne va pas non plus avoir une grande course.
D’ailleurs, seulement 3 pilotes décident de partir en pneus rouges : Jules Bianchi sur HFT (qui réalise la pole), Okafor et sa VRT, et Kristensen, sur sa ISL, 3° temps.
Après eux, du jaune, du jaune, du jaune.... Pas forcément couleur pastis, quoique cela nous rafraichirait bien (Attention, l’abus d’alcool est dangereux). Et dans cet océan de jaune (malheur... le rêve... quand d’autres veulent se baigner dans du lait d’ânesse...), dans cet océan de jaune donc, les QOS et les MER sont déjà là... 4° temps : Simon (MER). Troisième ligne Simon (QOS) et Richard (MER). Quatrième ligne : Bonnet (QOS) et Raymond (TEK). Cinquième ligne : Beauclé et Panis (GRE). Derrière ce TOP 10, les 2 BYG.
Sur cette grille la configuration QOS l’une derrière l’autre et Mer l’une derrière l’autre et une configuration connue et devenue commune. Qui ne laisse présager qu’une seule issue : la victoire d’un de ces 4 pilotes ! Cependant, les TEK collées à leurs basques ne devraient pas leur facilité la tâche !
La chose étonnante dans cette grille est l’absence d’une BEE au moins, ou d’une CMO. Ces équipes se retrouvent « loin » mais le TOP 10 reste possible. A l’inverse, le vétéran lui est trop loin. 21° temps... Peut-être une mauvaise stratégie de partir en pneus jaunes...
En attendant, les pilotes en pneus rouges eux mènent la course du mieux qu’ils peuvent. Notamment Okafor qui place sa VRT en tête de la course pendant 4 tours, jusqu’à son ravitaillement. Un choix qui aurait pu être payant avec une stratégie à 3 arrêts. Mais une équipe comme VRT ne peut se permettre ce luxe...Okafor finit son second relais en 2° position, puis son troisième à la troisième place. Le quatrième à la quatrième me direz-vous ? Et bien non... mais presque pas loin : 8°. Ce qui est plus que correct pour cette écurie. Mais le dernier relais sera celui de trop. Cette stratégie a permis à VRT de garder un pilote plutôt à l’avant en changeant souvent de pneus, car la monoplace use les pneus bien trop vite. Mais ce dernier relais.... Il sera trop court pour Okafor. Et trop long... Elle finira 15°, juste derrière la HFT de Bianchi, qui n’a pas fait une mauvaise course ni une bonne aussi. Il paie son manque d’expérience. Et malgré l’aide du vétéran, souvent en délicatesse avec sa monoplace pour tenter de le ramener sur le TOP 10, il finira 14°, juste derrière Nissa.
Devant, qui croyez-vous voir gagner ? Un indice ? Relisez plus haut. JE vous ai déjà écrit qui serait susceptible de gagner. Et ces quatre-là prenne la tête au 7° tour. Dès que Kristensen, Bianchi et Okafor ravitaillent. 3, 2, 1. Perdu pour eux, gagner pour les autres !
Même si la course n’est pas jouée d’avance. Surtout qu’il n’y a pas d’écart entre ces 4 et tous les autres. A tel point que Panis (GRE) prend le contrôle de la course avec l’aide du DRS dans le 10° tour !
Il subira le même sort, de la part de Bonnet (QOS) 2 tours plus tard. Puis ce sera un ping-pong sur cette place. Et aux stands, il va y avoir un sacré bouchon ! Regardez bien : Simon (QOS, 1°), Richard (MER, 2°), Panis (GRE, 3°), Raymond (TEK, 7°), Denis Chon (BEE, 8°), Wermink (GIP, 9°), Alain Proviste (PHE, 10°). 7 pilotes sur les10 premiers aux stands simultanément !
Et ils vont ressortir tous dans le même ordre, places 7 à 13 !
17° tour : tout le monde s’est arrêté. Devant Okafor mène la course. Devant Bianchi (HFT). Ils sont loin devant les QOS, mais vont devoir s’arrêter avant elles ! Et ce 18° tour leur sera fatal ou presque. Ressortir aux alentours de la 18° place à ce moment du GP ne permet pas de gagner.
Devant QOS reprend sa marche en avant, laissant quelques miettes de première place à MER. De temps en temps, Bernard et sa GRE se rappellent à leur bon souvenir, en prenant la tête. Mais sa stratégie est légèrement décalée, et l’arrêt précoce par rapport aux QOS et aux MER.
Pendant quelques tours, on trouve aussi aux avant-postes Wermink, la Hollandaise Volante (GIP), ou le jeune Denis Chon (BEE). Notamment quand les « grands leaders » font boire leurs montures !
Et quand ces pilotes s’arrêtent, ce sont les MER qui contrôlent alors la course. Mais sans toutefois systématiquement contenir Bonnet (QOS) qui prend un malin à les dépasser !
49° tour. Il reste 5 tours. Richard et Simon sont en tête pour peut-être un doublé. Derrière eux, Bonnet (QOS). Puis Denis Chon toujours présent avec sa BEE, et devant Bernard (GRE). LE TOP 5 n’est pas définitif, mais il a une belle gueule comme on dit ! Derrière eux, Beauclé (TEK), Simon (QOS), Raymond (TEK), Roland Culé (BEE) et Bernard (GRE). 10 places, 10 pilotes, 5 écuries !
52° des 53 tours. Les MER passent à l’offensive et reprenne la tête de la course en exploitant leur machine au maximum. Bonnet se retrouve 3°.
Dernier tour. Les 4 pilotes en tête : Simon et Richard (MER), Bonnet (QOS), Beauclé (TEK) donnent tout ! Les voitures sont poussées au maximum du maximum de la limite. La zone de DRS est inutile et inutilisable dans ses conditions. Mais Bonnet est toujours au contact des MER, dont il peut presque sentir l’odeur de la sueur des pilotes. Et il sait que sa F1 en a encore derrière l’accélérateur. Il pousse au maximum et double l’une après l’autre les MER. Juste avant la ligne d’arrivée ! Un boost magnifique jusqu’à la limite de sa voiture donne la victoire QOS. Victoire qui se dérobe encore aux MER, mais qui seront tout de même sur le podium (2 Simon, 3 Richard). Derrière, Beauclé n’a pas pu suivre. Et Simon (QOS) l’a dépassé. Simon 4, Beauclé 5. Et Raymond 6°, presque tranquillement. 6 places, 6 pilotes, 3 équipes.
Panis et CMO, presqu’inexistant pendant tout le GP finissent par dépasser Panis (GRE) et Denis Chon (BEE), dans les derniers virages, et dans les mêmes conditions que le vainqueur de l’épreuve.
Panis sur sa verte CMO 7° devant Panis sur sa Rouge GRE zébrée de noir 8°. Puis les 2 BEE (Denis devant Roland Culé) complètent le TOP 10 de ce GP de France.


Coupe
Second tour, manche 3.
QOS – HFT : Ce coup-ci, c’est Bianchi qui commence devant. Mais qui finit derrière. Et QOS qui gagne encore une course. Et un point... 3-0 et qualification en demi-finale.

BYG – CMO : Sarah Panis revenu du Diable-vaux-vert se classe dans le TOP 10. Très loin devant des BYG dépassées dans cette course. Troisième manche, troisième point, et qualification ! 0-3.

TEK – GRE : GRE est régulièrement dans les points, mais dans les petits points. TEK est aussi régulièrement dans les points. Mais des plus gros. Donc devant GRE. Encore une fois. Second point qui donne l’avantage à TEK 2-1.

MER – GIP : MER a encore cru à la victoire, mais en est quitte pour un nouveau (double) podium. C’est toutefois encore largement suffisant face à des GIP loin des points. 3° point, et qualification de MER.



Dans les autres divisions :

Pro :
3/3 en 3 courses pour Moreau, plus que jamais leader du classement Pilotes, tout comme son équipe KAR. Sar grâce à Martin (2°) et SMR grâce à Bennett (3°), restent au contact

Débutant :
Nakasone a remis les pendules à l’heure en remportant le GP de France, après son raté au Canada. Rien ne change : Nakasone et Cob sont toujours devant SWT.

md-quotelink
medal 5572
108 days ago
S35 – Episode 9 : Autruche Autrichienne

860x600

Il faisait bon en Autriche. De gros nuages, une petite pluie. La semaine autrichienne a rafraîchi les esprits. Enfin, presque. Parce qu’en F1, ça chauffe dur !
Déjà dans les têtes, pour trouver une stratégie qui permettra de gagner (surtout si on n’est pas TOP 3 de la saison).
Et donc, avec tout ça, bien mélanger au shaker, HFT a décidé de faire partir ses 2 pilotes en pneus rouges. Et c’était bien la seule équipe à tenter ce coup. Et forcément, la première ligne est 100% HFT, avec Berger devant le vétéran.
En seconde ligne, les 2 MER (Simon x Richard), puis sur la troisième, un premier mix ! Simon (QOS) devant Bernard (BYG). Quatrième ligne : Bonnet (QOS), Raymond (TEK).
Puis Beauclé (TEK) et Petit (BYG) sur la 5° ligne. Et sur la 6° ligne, les 2 GRE (Panis x Bernard).
Et forcément, les 2 HFT vont faire course en tête pendant leur relais. 8 tours pour le vétéran Nissa qui alternera la tête de course avec son jeune coéquipier. Il s’arrêtera un tour avant lui. Et même s’ils ont un peu d’avance, Nissa ressort de là... 30°... La stratégie sera-t-elle efficace ? Si ce n’est pour gagner, au moins marquer des points... Parce que sur ce circuit très court, chaque seconde compte...
Le tour suivant, Berger s’arrête. Il compte presque 8 secondes d’avance sur le second. Et à son tour il sort 30°. Nissa est juste devant lui... Et la course va leur sembler longue. Mais longue. Attaquer et fragiliser les moteurs ou être patients ? Pas simple. EN tout cas, rouler au moins en équipe, histoire de profiter du DRS.
Du coup, c’est Richard et sa MER qui prennent la tête. Derrière lui ? Bah je vous laisse deviner... Une ? QOS ? Oui, c’est bien ça. Une QOS. Il y a toujours une QOS. Et c’est celle de Simon, qui devance la TEK de Raymond. 3 places, 3 équipes. Pour les 3 places suivantes, on prend les équipiers et on mélange un peu. Bonnet (QOS), Beauclé (TEK) et Simon (MER). Roland Culé intercale sa BEE entre ces 3 équipes et GRE, qui a ses 2 pilotes juste derrière (Panis x Bernard). Et pour clore ce TOP 10 de début de GP (10° tour), Pua sur sa TAZ.
Ce TOP 10 évoluera peu. Juste quelques changements de place grâce au DRS. Jusqu’à l’arrêt des leaders. Cela va casser un peu le rythme et la monotonie qui peuvent engendrer ce circuit.
Et quand tout le monde a fait son ravitaillement, le vétéran se retrouve en tête. La stratégie décalée devrait pouvoir payer (enfin !). Nissa premier, Bonnet sur QOS (oui, toujours un QOS) en 2, et Berger en 3.
Au 22° tour, grâce au DRS, Berger passe enfin Bonnet. Les 2 HFT sont aux 2 premières places. Pas comme à la parade puisqu’il y a un écart entre les pilotes, mais quand même.
24° tour : c’est à la fin de ce tour que Nissa changent de pneus. Petite avance (plus faible qu’au début du GP), et Berger est toujours 2°, prend la tête. Nissa sort 18°. Bien mieux que le 1er arrêt. Berger, lui perd la tête (sic) à cause du DRS. C’est la dernière fois du GP qu’une HFT a été en tête.
La stratégie leur permettra malgré tout de faire TOP 10, non sans mal. Mais il est évident que la HFT n’est pas aussi performante que les F1 du TOP 3.
A la faveur des arrêts, on voit apparaître dans le TOP 10 une CMO. Partie très loin, mais bien patiente, Sarah Panis finit par intégrer ce Top dont les BEE et les GRE sont éjectées. Seule la TAZ de PUA semble résister.
Devant, une ou 2 QOS, 1 MER ou 1 Tek en tête en fonction des dépassements... Rien de bien différent « de d’habitude ».
Au 59° tour, tout le monde (ou presque) a fait son 3° ou son 4° ravitaillement. Bonnet (QOS) est devant ; collé par les 2 MER et son coéquipier. Raymond (TEK), Panis (CMO) et Beauclé (TEK) sont distancés. Les positions ne sont pas encore figées, mais les groupes oui.
Les 4 infernaux devant, les 2 TEK, 1 CMO et 1 HFT, puis l’autre HFT et enfin les autres, Pua de TAZ en tête.
Les positions sont modifiées en fonction du DRS, des dépassements, de la conduite de la monoplace...
Plus de 17,5 secondes d’avance pour le premier groupe sur le deuxième... Et malgré que les pilotes poussent les F1 au max, ce 2nd groupe reste loin.
En tête, Simon est passé Bonnet. Facilement, parce que c’est une course d’équipe. Et QOS s’offre un doublé. Devant les 2 MER, l’autre Simon montant sur le podium, et donc, Richard 4°.
Raymond (TEK) complète le TOP 5, mais est très loin (17.71s). Il a résisté à Panis (CMO) et Beauclé (TEK). Nissa et Berger finissent 8 et 9. Mais Berger est à 18.34s de Nissa ! Les écarts sont incroyables !
Dixième et dernier dans les points, Pua prend un point précieux pour TAZ dans la course au maintien.


Coupe
Second tour, manche 4.
QOS – HFT : Malgré un départ en première ligne, les HFT ont fini loin derrière les victorieuses QOS. Score sans appel : 4-0.

BYG – CMO : Encore une course folle de Sarah Panis. Et des BYG pas en forme. Bilan ? CMO prend le point de la manche. 0-4.

TEK – GRE : Après un bon début, GRE s »’est étiolée. ET TEK n’est pas une équipe TOP 3 pour rien. Le point de cette 4° manche est celui de la qualification pour TEK ! 3-1

MER – GIP : MER encore 3 et 4. GIP, même pas dans le TOP 10. Rien à dire. 4-0, MER.



Dans les autres divisions :

Pro :
Martin gagne un nouveau GP pour SAR. Pas de 4/4 pour Moreau, mais KAR reste quand même leader.

Débutant :
Décidément, les GP se suivent et ne se ressemblent pas. Müller a encore mis Nakasone à l’amende en remportant son second GP ! Mais cela n’occasionne aucun changement aux classements.
md-quotelink

You must be logged in to post a reply.